Quelques rudiments de radiesthésie

La radiesthésie est un art divinatoire de détection utilisant la sensibilité naturelle d’une personne et de sa connaissance inconsciente de l’Univers, pour lui permettre, notamment, de retrouver un objet perdu, une personne disparue, répondre à des questions variées, établir des probabilités, déterminer la localisation de sources d’eau et la profondeur à creuser d’un puits, etc.

En Europe, la radiesthésie est fréquemment utilisée à des fins médicales. Comme pour le bras inflexible, ce sont des phénomènes réels que la science ne peut pas encore expliquer et dont les potentialités sont infinies.

C’est un art dont les vestiges les plus anciens remonteraient à plus de 8000 ans. Les outils utilisés en radiesthésie sont en fait des outils de communication avec soi-même, des amplificateurs de notre propre connaissance. Le Soi, connecté à l’Univers, rend possible l’accès à la source d’information universelle.

La radiesthésie est accessible à tous, mais tout comme pour l’induction de rêves lucides et de nombreux exercices de Ki, elle nécessite, pour parvenir à des résultats probants, la coordination corps – esprit et le détachement entier de l’objet de connaissance à l’étude. 

Les techniques de radiesthésie, qui sont d’une simplicité désarmante, ont souvent été obscurcies par un mysticisme bien inutile où toutes sortes de précautions devaient être prises à l’égard des outils utilisés afin de prétendument les «purifier».

Dans les faits, tout cela s’avère bien inutile puisqu’on peut utiliser des cintres, n’importe quelle branche d’arbre assez résistante, n’importe quel petit objet pour se fabriquer un pendule de fortune, etc. C’est assurément le respect de soi et de la nature qui produit les résultats. Ce n’est pas le respect des outils qui en feront leur efficacité, car ces derniers ne font qu’obéir à nos commandements.


Voici quelques uns des outils de radiesthésie qui sont fréquemment utilisés  :


LE PENDULE

N’importe quel petit objet symétrique suspendu à un fil souple de plus ou moins 16 cm. Cet instrument permet d’amplifier notre sensibilité naturelle de perception des vibrations qui émanent de toutes choses.

Mythe et réalité: Un pendule s’improvise de toutes les manières. Par exemple, une petite boule d’arbre de Noël suspendu à un fil à pêche fonctionnera très bien. Et il n’est pas nécessaire que le cordon soit une chaine de métal, ça ne change rien. Cette légende urbaine se base sur une incompréhension associée à un quelconque magnétisme.

Aussi, les rites mystérieux dit de purification de l’objet s’avèrent complètement inutiles. Le seul but de ces rites est d’éloigner les profanes. Dans le même ordre d’idée le pendule ne choisit pas son propriétaire, c’est l’inverse. On ne doit pas non plus l’identifier comme une personne ou une entité quelconque, car ce faisant on créé une forme-pensée qui réussira peut-être un jour à contrôler la vie de son propriétaire au lieu de l’inverse. Le pendule est un outil d’appréhension de la connaissance universelle enfouie en chacun de nous.

Alors pourquoi se procurer un tel objet? C’est parce que votre attention sera plus grande si vous possédez un pendule dédié à votre usage exclusif. Si l’objet est esthétique et agréable au toucher, il stimulera l’expérience cognitive du radiesthésiste. Il pourra ainsi entrer plus facilement en résonance avec l’objet.

Pour accentuer ce processus, les nouveaux pendules “PASCAL” de la Boutique BANYU-AÏGO sont maintenant dévissables afin qu’on puisse y insérer de petite quantité de matière ou artéfact en lien avec l’étude ou la recherche du radiesthésiste. Encore une fois, c’est dans le but de stimuler ce lien de résonance avec l’instrument.

Afin d’initier ce lien de résonance avec le pendule, soit la communication avec soi-même, l’opérateur suspend ce dernier au-dessus la paume de son autre main ouverte jusqu’à ce qu’il s’immobilise doucement après avoir effectué diverses oscillations (par exemple : en cercle dans le sens des aiguilles d’une montre, puis d’avant en arrière, etc.).

On commandera alors au pendule de faire « OUI », puis « NON ». Le pendule oscillera différemment. Ce système dichotomique permet de déduire les réponses recherchées à condition de poser des questions adéquates permettant d’être répondues, sans ambiguïté, soit par « OUI » ou soit par « NON ». Poser de mauvaises questions est la cause principale de frustrations du débutant. On doit réfléchir profondément pour formuler de bonnes questions.


LE BIOMÈTRE

Un cadran semblable à un rapporteur d’angles avec graduation en unités Bovis (ou Angstrœms), afin de mesurer la fréquence vibratoire des choses, des êtres vivants et des lieux.

Pour effectuer cette mesure, on utilise un pendule. Tenu avec légèreté, on le suspend au-dessus du centre au bas de la charte. L’opérateur concentre sa pensée sur une chose ou un être. Le pendule se mettra alors à osciller pour pointer vers le résultat. D’un opérateur à l’autre, les résultats affichent une constance relative. Cependant, les écarts entre les diverses mesures d’un même opérateur s’avèrent significatifs.

La fréquence vibratoire est un indice relatif de concentration d’énergie positive émanant des objets et des êtres. Dans la nature tout vibre, tout émet des ondes. Les minéraux, les végétaux et le corps humain sont composés d’atomes dotés d’une énergie vibratoire.

Généralement, les objets physiques vibrent à une fréquence moindre que les plantes qui vibrent moins que les animaux, et ainsi de suite. En activant sa capacité spirituelle, l’humain peut concentrer l’énergie, ce qui produit un accroissement du nombre de vibrations complètes à l’intérieur d’un cycle donné.

Il m’arrive fréquemment de mesurer la fréquence vibratoire des membres de mon entourage. Lorsque quelqu’un vibre en deçà de l’équilibre biotique (moins de 6500 Bovis), je le contacte pour discuter de sa santé et, si possible, lui proposer des solutions pour regagner son énergie vitale dissipée.

Plus la perception d’une personne et sa sensibilité s’avèrent positives, plus elle est aimante, et plus elle enregistrera une fréquence vibratoire élevée. L’accroissement des capacités énergétiques et spirituelles d’une personne se traduit par l’augmentation de sa fréquence vibratoire. L’augmentation de la fréquence vibratoire de soi est le produit de l’élévation de la conscience.


LES CADRANS VARIÉS

Il existe une multitude de cadrans semblables au Biomètre et qui permettent de questionner de nombreux sujets à l’aide d’un pendule. Cette variété d’applications n’a de limite que notre imagination. Nous pouvons créer une infinité cadrans pour obtenir des réponses à ce qui nous anime. Les cadrans « OUI » / « NON » sont fréquemment en usage.


LES TIGES DE LAITON EN « L »

Il s’agit de tiges de métal en forme de “L”, dont la plus longue branche mesure environ 32 cm de longueur, qui réagissent au passage du radiesthésiste au-dessus des infrastructures ou de l’objet recherché.

La technique consiste à tenir, calmement et avec grande légèreté, les deux tiges pointant vers l’avant et à avancer paisiblement. D’emblée, lorsqu’on passe au-dessus d’une masse d’eau, d’une canalisation contenant un liquide ou de fils électriques, les tiges se croisent devant soi.

Avec les tiges en forme de «L», on peut commander ce qu’on souhaite trouver. Si on cherche de l’or, les tiges ne réagiront pas lors de notre passage au-dessus d’une nappe d’eau. Pour trouver le Nord, même si on n’a aucune idée de l’endroit où l’on se trouve, on le commandera verbalement en tenant une tige et elle s’alignera sur le même axe que l’aiguille d’une boussole.

Si vous allez à la pêche à la ligne sur un lac, demander l’endroit où ça mord maintenant ou l’endroit qui sera le meilleur à pêcher aujourd’hui. Les tiges pointeront dans une direction que vous suivrez en bateau. Et lorsque vous serez arrivé à destination, les tiges se croiseront, indiquant que c’est là qu’il faut jeter l’ancre.

Pour trouver un objet caché ou perdu, on commandera à la tige de pointer dans sa direction et elle le fera. Aussi, on peut repérer par triangulation, simplement en le commandant, un emplacement recherché avec une tige sur une carte géographique.

Chasseurs de trésors, à vos marque, prêts, partez …

(Peut-être découvrirez-vous l’emplacement de civilisations perdues à l’instar du célèbre personnage spirituel Baird T. Spalding qui avait parfois recours à des techniques radiesthésistes ou similaires)


LA BRANCHE EN « Y »

Autrefois on désignait le radiesthésiste sous l’appellation de «sourcier» parce qu’il était réputé pour trouver l’emplacement précis et le plus adéquat d’un terrain pour y creuser un puits artésien.

On utilisera, entre autres choses, un outil en forme d’«Y», comme une branche flexible ou un  assemblage de câbles d’acier ou autres, qui, tenue de la bonne façon, réagira au passage de l’emplacement recherché. Et comme pour réaliser un bras inflexible, c’est beaucoup plus facile qu’il y parait.

En tenant la branche en “Y” par en-dessous, une légère pression la fera monter pour la faire pointer vers l’avant. Le radiesthésiste avance alors tranquillement. Lorsqu’il se trouve au dessus de l’objet de sa recherche (eau, or, fils électriques, trésor, etc.), la branche va soudainement pointer vers le bas. Parfois on aura l’impression d’être sur le point de tomber tête première tellement la réaction est vive.


L’ANNEAU DE MÉTAL BRISÉ

La radiesthésie peut également s’exercer avec le corps de diverses manières, en voici un exemple. On joint devant soi le pouce et l’index d’une main. Puis, on y insère l’index de l’autre main. C’est une technique dichotomique permettant de déterminer “OUI” ou “NON”, ou “POSITIF” ou “NÉGATIF”.

Ainsi, la personne s’exécutant avec toute sa sincérité applique une grande pression pour sortir l’index de l’anneau par le côté, par la  force. Lorsqu’elle pense “OUI”, elle n’y parviendra pas, alors que lorsqu’elle pense “NON”, son index passera facilement au travers de l’anneau.

À la manière d’un pendule on peut poser des questions qui ne peuvent qu’être répondues que par “OUI” ou “NON”. Aussi, avec les doigts libres de la main avec laquelle on fait l’anneau, on peut tenir un objet près de sa poitrine, comme un aliment, un médicament, un artéfact ou autre. On fait alors le test pour découvrir si la chose se révèle être “POSITIF” ou “NÉGATIF” pour soi.


La radiesthésie est un domaine d’étude très vaste qui vaut la peine qu’on s’y intéresse. Comme pour la pratique adéquate des arts martiaux, la radiesthésie nous incite à croître spirituellement, à comprendre notre vraie nature et à se développer.

Apprendre les techniques de radiesthésie est facile pour une personne présentant une ouverture d’esprit. Ce qui est plus difficile c’est d’arriver au détachement requis pour accéder à la connaissance de l’Univers enfouie en chacun de nous. Cela implique l’acceptation du constat que nous sommes l’esprit “UN”, et que l’égo n’est qu’une construction illusoire.

Beaucoup de théories tentent d’expliquer les phénomènes radiesthésistes, alors que les techniques utilisées ne font qu’amplifier la connaissance non perceptible par nos sens physiques, mais qui fait partie de chacun de nous puisque nous sommes «UN» avec l’Univers, qu’on le veuille ou non.

Le Livre « Ki – Le chemin de l’éveil » explique comment parvenir au détachement requis pour utiliser adéquatement ces fabuleux outils. Plusieurs applications concrètes de radiesthésie y sont décrites, notamment sur le plan thérapeutique. Pour se le procurer, cliquez ce lien…

Pour se procurer des pendules “Pascal”, cadrans, biomètres et tiges de laiton en « L », cliquez ce lien… qui vous conduira à la boutique en ligne BANYU-AÏGO.


 

Jean-Rock Fortin

A propos Jean-Rock Fortin

Globetrotteur par affaires et pour le plaisir, Shihan Jean-Rock Fortin, M.A., est un instructeur d’arts martiaux (Ki-Aïkido & Art Martial Cognitif [AMC]), un coutelier d’art et un auteur. Il est aussi coach de vie et consultant en développement des organisations et développement durable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *