Publié le

Le TÉMOIN

shapeimage_2-17L’ego est par définition l’état du « moi » comme sujet pensant. Combiné à l’emprise du mental, il est difficile d’élargir sa conscience. L’ego est à l’opposé de la conscience universelle et nous devons l’abandonner pour croître réellement. Nous devons considérer l’être véritable comme le « témoin » et non comme l’acteur, le spectateur ou le sujet agissant et pensant.

« La bonne nouvelle c’est que nous sommes Bouddha. La mauvaise, c’est que tous les êtres sont Bouddha. Le symptôme de la maladie humaine est de vouloir être unique.

Chacun de nous cherche à être le seul unique. Chacun de nous veut régler l’Univers afin qu’il tourne autour de lui, et seulement autour de lui. L’idée que nous sommes identiques à tous les êtres est quelque chose que nous sommes incapables d’accepter. Et la manière la plus simple d’affirmer notre unicité est d’attirer l’attention des autres…

C’est plutôt le sacrifice de son unicité, le renoncement constant à soi-même qui conduit à l’éveil. Et ce travail ne peut être fait que secrètement, silencieusement et sans fanfare.

La seule manière de nous reconnaître comme un Unique inviolable, est d’accepter les souffrances qui viennent du fait que nous ne sommes pas uniques, dans le sens que nous voudrions. En effet, sous tant d’aspects nous sommes tellement ordinaires ! »  (Albert Low)

Il est difficile d’accepter l’abandon de l’ego, car dans notre Société on adule et rétribue l’individu qui surpasse ou domine les autres, tels que : le champion de golf, la médaillée d’or olympique, le joueur vedette de hockey, etc. Cette attitude puérile est véritablement une tare importante de notre Société, car elle empoisonne le mental d’un grand nombre d’individus. On parlera même sottement de « saine compétition » pour se donner bonne conscience. L’illusion arbitraire du perdant et du gagnant est le reflet d’une incompréhension totale de ce que nous sommes en réalité.

Est digne d’admiration, l’individu qui au cours de sa vie a laissé derrière lui son ego. Une telle personne comprend la vie avec une grande clarté et tire les leçons positives de tous les événements. Elle est le témoin, la véritable essence de l’Humanité et de la Création.

Dans l’action comme dans la méditation, le témoin est l’expression de l’être véritable. Il prend une part active à l’événement, il est l’expression de la conscience universelle, la lumière, la Création. Lorsqu’une personne médite, elle observe sa conscience profonde ; c’est-à-dire que le témoin est en symbiose avec l’observateur et l’objet observé. En action, comme dans la pratique des arts martiaux, le témoin est en symbiose avec l’acteur et l’action ou l’événement. C’est pourquoi la technique est transcendée. Nous devons simplement laisser l’événement se produire. C’est l’univers en nous qui s’accomplit.

Pour comprendre ce principe de réalisation de soi, la personne peut visualiser qu’elle se trouve à l’extérieur de son propre corps et qu’elle observe la méditation ou l’action se réaliser. Tous les exercices de Ki s’exécutent avec une facilité déroutante lorsque pratiqués dans cette optique. Expérimentez-le et vous réaliserez comment l’Univers s’exprime à travers vous.

« Pour que l’action soit juste, il faut que la méditation la précède et coexiste avec elle. Alors seulement se dévoile la vraie liberté. »  Taisen Deshimaru

Méditer, même en action, c’est : laisser l’Universel en nous s’exprimer, il le désire ; laisser notre conscience s’élever, elle n’attend que cela ; laisser germer la graine en nous afin qu’elle devienne la fleur parfaite qui dort en nous depuis toujours ; laisser le bonheur venir, il le demande. L’étincelle de l’esprit universel que nous sommes réalisera sa volonté et ses œuvres si nous ne l’en empêchons pas. Pour réaliser cela nous devons être sans but ni esprit de profit. C’est le détachement.

L’expérience individuelle, ou la perspective de la matière vécue par chacun d’entre nous, semble nous conférer un caractère unique. Cette individualité illusoire est préservée aux travers des activités de Ki comme la méditation. Le « masque » qu’est la personnalité deviendra cependant beaucoup plus esthétique.

Par la méditation, nous apprenons à suivre le mouvement universel et, de ce fait, à cultiver le maintien de la coordination dans nos activités journalières. Le centre est l’endroit où la négativité est annihilée, et la méditation nous enseigne à développer cette habileté. Ainsi, en nous pratiquant à diriger calmement la négativité vers le centre et en la laissant se dissoudre dans le cosmos, la négativité de l’environnement ne nous contrôlera pas. C’est l’une des nombreuses raisons de pratiquer la méditation, c’est-à-dire développer un esprit inébranlable en toutes circonstances.

Jean-Rock Fortin