Publié le

Soigner avec Ki

shapeimage_2-8Notre santé est à son meilleur lorsque le Ki universel circule bien dans notre corps. Pour de nombreuses raisons, comme le stress, l’anxiété, la maladie ou une blessure, une personne peut être privée partiellement de Ki. Et privée complètement d’énergie vitale, une personne meurt, car son métabolisme s’arrête. Par contre, en procurant à notre corps un flot constant de Ki, nous favorisons à la fois la santé mentale et physique.

Le Ki est la substance même de l’Univers et il doit circuler librement dans notre corps. Bien sûr, la santé est promue par une saine alimentation, une attitude positive, de l’eau de bonne qualité et du bon air. Cependant une carence de Ki ou d’énergie vitale peut causer des problèmes de santé.

L’être humain possède tout ce dont il a besoin pour vivre en santé, et s’il arrive que son énergie vitale circule mal dans son corps, une autre personne peut y diffuser le Ki universel directement. Le principe de base est de créer une fluidité énergétique grandissante en débloquant les conduites obstruées par des tensions physiques ou mentales.

Lorsqu’une pompe à eau manuelle se vide, une nouvelle quantité d’eau est nécessaire pour l’amorcer. Ce faisant, nous pourrons à nouveau y puiser de l’eau fraîche. Avec le Ki, c’est la même chose. Nous stimulons le Ki d’une personne en lui redonnant un nouveau souffle à l’endroit approprié. L’individu effectuant des pressions avec Ki n’est pas un guérisseur. Il ne fait qu’activer l’énergie vitale d’une autre personne. Il aide cette dernière à se guérir naturellement par elle-même.

La science progresse rapidement et réalise de grandes découvertes dans le domaine de la médecine. Cependant, les patients sont souvent dépendants de médicaments ayant des effets secondaires indésirables. Bien que les médicaments aient pour objectif de regagner l’énergie vitale dissipée d’une personne, nous oublions souvent que cette énergie est à la base même de la vie.

Les médicaments traitent les symptômes de la maladie, mais n’ont habituellement aucun effet sur la source réelle du problème. Les médecins associent la majorité des maladies à des causes psychosomatiques et ils sont d’avis que, dans de nombreux cas, l’être humain a tout ce qu’il lui faut pour se guérir. Nous nous rendons bien compte que la médecine traditionnelle à elle seule est parfois insuffisante pour recouvrer la santé. Il faut aussi compter sur les forces et les lois universelles que nous connaissons maintenant. C’est pourquoi de nombreuses médecines alternatives sont devenues de plus en plus populaires. La technique n’a d’autre objectif que de promouvoir la santé et ne rejette aucune autre forme de traitement reconnu.

Une personne familière avec les pratiques de Ki ne cesse d’être surprise des résultats qu’elle obtient dans sa pratique. Nous observons souvent la guérison définitive d’affections qui perdurent même depuis plusieurs années, et aussi une joie très intense de la part du sujet. C’est la plus belle récompense que peut en retirer le pratiquant.

Il arrive parfois qu’une personne appliquant des pressions avec Ki crée une carence de Ki dans son propre corps. Suite à un traitement, il est donc souhaitable de pratiquer la respiration ou la méditation avec Ki, pour une période équivalente à la durée du traitement offert.

Des pressions au cou, de chaque côté de la colonne vertébrale ou des épaules sont généralement très appréciées, car de nombreuses tensions s’accumulent à ces endroits. L’efficacité des pressions avec Ki est directement proportionnelle à la capacité d’un individu à diffuser le Ki universel. Des personnes ne prendront que quelques secondes, alors que d’autres peuvent presser durant plusieurs minutes pour obtenir les mêmes résultats. Par la pratique, nous améliorons nos capacités.

Il vaut la peine pour quiconque de découvrir et d’apprendre les techniques de Ki. La technologie est bénéfique aussi bien pour celui qui effectue les pressions de Ki que pour celui qui les reçoit. Ceci à condition de respecter les principes suivants :

  1. Diffuser le Ki à partir du Centre situé dans le bas-ventre.
  2. Le corps est toujours libre de toute tension.
  3. Presser verticalement le centre du tendon sans appliquer de force physique tout en pénétrant la partie moelleuse de la chair.
  4. Concentrer son attention sur le bout des doigts en réduisant infiniment le Ki de moitié en moitié.
  5. Stimuler le tendon tout au long, sans l’endommager.

Jean-Rock Fortin