Publié le

Le bras inflexible

shapeimage_2-4Cet exercice est communément appelé, à raison, le « bras inflexible ». Dans un premier temps, la personne sans coordination du corps et de l’esprit se tient debout, un bras levé en avant à l’horizontale. Son partenaire, lui, se place à côté et procède au test. Il pose une main sur le biceps et l’autre sous le poignet, et applique progressivement une force physique visant à plier le bras de la personne.

La personne résiste physiquement au partenaire. Tôt ou tard, le partenaire risque bien de réussir à plier le bras en raison de l’avantage de la position, et la personne testée se fatiguera énormément en raison d’un effort physique soutenu. Le partenaire doit se souvenir de la quantité de force physique qu’il applique sur le bras de la personne testée, car il devra faire le même effort un peu plus tard. Si la personne ne fait rien, le bras va plier facilement. Dans les deux cas, le test et l’exercice sont valables.

Dans un deuxième temps, la personne debout coordonne son corps et son esprit en focalisant son attention au centre situé dans le bas-ventre. Le partenaire vérifie la coordination de la personne en testant sa stabilité physique. La personne lève alors un bras de façon très détendue et naturelle, non pas avec le concours de l’épaule mais bien comme si un fil tirait le bout de ses doigts vers le haut. Le bras demeure toujours en pleine extension avec la même courbure naturelle qui prévalait lorsqu’il pendait sur le côté. Arrêtant à mi-chemin en avant d’elle (à l’horizontale), pointant légèrement le bout de ses doigts vers l’avant, la personne évite de tendre ses muscles ou de produire de tensions dans son bras et son épaule. Si elle est demeurée coordonnée et donc vraiment détendue, elle aura la vague impression que son bras flotte dans l’air sans effort. Elle ne doit pas se préoccuper du test qui viendra. La personne doit donc maintenir un esprit inébranlable en continuant à focaliser l’attention au centre situé dans le bas-ventre.

Bien que la personne n’utilise aucunement ses muscles ou d’autres formes de tensions physiques lors du second test, son bras est devenu virtuellement inflexible. Les enfants réalisent habituellement cet exercice avec une facilité déconcertante. Que le partenaire soit très fort physiquement et très musclé n’y change rien. Même si la personne testée est une dame âgée ou un enfant et que le testeur soit un homme, il lui sera vraisemblablement impossible de plier le bras en appliquant une force physique. Bien entendu, l’exercice et le test doivent être exécutés correctement.

La personne testée ne sent pratiquement aucun stress sur son bras et en vient à douter de la ténacité du testeur, et ce, même si ce dernier applique davantage de force physique. La personne testée peut demeurer dans cette position aussi longtemps qu’elle le désire sans se fatiguer alors que le testeur s’épuise. Ceci est un exemple physique de la puissance d’un individu qui diffuse le Ki. Notons que jusqu’à maintenant la science n’a pu expliquer les résultats des exercices les plus simples de coordination du corps et de l’esprit comme celui du bras inflexible.

Jean-Rock Fortin
(Extrait de : La Voie de l’Harmonie avec le Ki)

 

VIDÉO : Noah et son bras inflexible
(Sensei Philippe Poirer avec son fils Noah à deux ans et demi)