Publié le

Définition du Ki

shapeimage_2-3« Ki » est un terme japonais. Les Chinois l’appellent « Chi » ou « Qi », les Vietnamiens utilisent le mot « Khi », les Indiens, le mot « Prana » en Sanskrit, les hébreux « Ruach », les Grecs « Psyche ou Pneuma» et les occidentaux s’y réfèrent comme étant « l’énergie vitale ou interne », « la volonté radiante » ou encore « l’essence de vie ».

Toutes ces expressions désignent le même concept, c’est-à-dire la substance de l’Univers, le souffle vital.

Le Ki est à la base de tout ce qui existe et c’est pourquoi certains le considèrent divin. On le définit physiquement (et paradoxalement) comme un ensemble illimité de particules infiniment petites qui, lorsque condensées, révèlent toutes les formes perceptibles par nos sens et aussi les formes immatérielles comme la pensée et l’intuition. L’être humain bénéficie d’un accès illimité à cette « énergie vitale » dont il a besoin pour vivre longtemps, en santé, de manière positive et utile pour lui-même et pour la Société. Le constat d’être vivant signifie d’utiliser, de produire (créer) et d’échanger de l’énergie. À la source, cette énergie, comme toute autre forme d’énergie, c’est le Ki.

Toute expression physique de la Création émane de la pensée énergie (Univers non-physique). L’Univers physique relevant de nos perceptions est constitué exclusivement d’énergie (Ki) condensée prenant diverses formes. Dans l’expérience matérielle de la vie (Univers physique), la coordination du corps et de l’esprit est un état altéré de la conscience qui permet d’agir sur l’énergie subtile non-physique (le Ki) pour produire des résultats tangibles physiquement.

L’étude du Ki et l’application des principes universels permettent d’élargir véritablement sa propre conscience. La force réelle et la créativité d’un individu résident dans son calme et sa clarté d’esprit, non pas dans ses capacités physiques et intellectuelles comme notre Société tend à nous le laisser croire. Ainsi, la puissance d’un individu devrait s’accroître à mesure qu’il vieillit. C’est le cas, par exemple, de maîtres d’arts martiaux qui, malgré un âge très avancé, peuvent réaliser sans effort des prodiges physiques ou dominer plusieurs jeunes experts qui les attaquent en même temps.

C’est par l’entraînement que ces maîtres ont pu atteindre des niveaux supérieurs de compréhension de soi, du Ki et de l’Univers. L’étude des principes universels de coordination du corps et de l’esprit nous montre le chemin de ces maîtres.

Jean-Rock Fortin