Publié le

Aide à la guérison

shapeimage_2-5Dans la pratique de l’Aïkido avec Ki, il arrive que la personne déploie un flot de Ki dépassant les capacités du partenaire ou encore que celui-ci brise sa coordination lors d’une attaque. Ce dernier peut alors subir des blessures lors de la projection, surtout s’il s’agit d’une technique où l’on applique un stress considérable sur une articulation. C’est à ce moment que les techniques de Kiatsu entre en jeu pour corriger la situation.

Avec un minimum de pratique, la personne peut reconnaître un partenaire ayant subi un désagrément. Après la projection, la personne replacera le membre dans la position où la blessure s’est produite puis, appliquera une pression avec Ki en maintenant cette position. Cette procédure est très efficace pour rééquilibrer le Ki momentanément dissipé du partenaire à l’endroit approprié. Souvent, ça ne prend que quelques secondes pour annihiler la douleur et soulager le partenaire.

De la même façon, lorsqu’une personne subit un traumatisme physique comme une coupure ou une blessure, elle peut accélérer une guérison d’une manière très efficace. Les médecins traditionnels s’accordent à dire que l’humain a tout ce qu’il faut en lui-même pour se guérir. Ils ont raison, mais ils ignorent bien souvent par quel processus l’être humain y parvient.

Lorsque la guérison est complexe ou tardive, cela signifie que le mental exerce une pression telle que les fonctions du corps ne peuvent faire leur travail adéquatement. Une personne avisée peut annihiler le traumatisme dans son propre mental en reproduisant l’événement physiquement le plus tôt et le plus fidèlement possible, sans toutefois se blesser de nouveau. Une personne qui a subi une coupure peut reproduire l’événement au même endroit, avec la même ambiance, la même musique et le même couteau, etc. La procédure fidèlement reproduite permettra même de ressentir la douleur perçue lors de l’événement.

Cette procédure similaire à la technique des traumatismes traités en Aïkido aura pour effet d’expulser le traumatisme du mental pour laisser le corps faire son travail adéquatement en renouvelant très rapidement le Ki dissipé.

L’énergie utilisée dans les pratiques martiales, c’est le Ki. Si nous en comprenons véritablement l’essence, nous ne pouvons que l’utiliser à bon escient. L’énergie servant à briser des briques d’un seul coup de poing est la même que celle visant à aider une autre personne à recouvrer la santé. Il n’est point besoin d’atteindre un élargissement de conscience significativement élevé pour choisir la bonne application. Utiliser sa puissance intérieure et ses connaissances du Ki pour aider les autres est véritablement la Voie universelle, celle qui permet de croître sans cesse. C’est cela le vrai Budo !

« La médecine occidentale a trop souvent recours à la chirurgie. Les médecins ont coutume d’enlever ce qui est indésirable. Quand quelque chose ne fonctionne pas dans le corps, trop souvent, ils conseillent l’opération. Les psychothérapeutes ont la même attitude. Les thérapeutes cherchent à aider leurs patients en les débarrassant de ce qui est indésirable et en ne gardant que ce qui est désirable. Ainsi, il risque de ne plus rester grand chose. Si nous essayons de nous débarrasser de ce que nous ne voulons pas, nous risquons de nous débarrasser d’une grande part de nous-mêmes.

« Au lieu d’agir comme si nous pouvions disposer de parties de nous-mêmes, il vaudrait mieux étudier l’art de la transformation. Par exemple, la colère peut se transformer en compréhension, attitude plus bénéfique. Et si nous sommes en colère à cause de notre colère, nous nous retrouvons avec deux colères en même temps. Il nous suffit de l’observer avec attention et amour. De cette manière, en prenant soin de notre colère sans essayer de la fuir, elle s’apaisera d’elle-même. C’est une manière d’instaurer la paix. » Thich Nhat Hanh

Jean-Rock Fortin