Publié le

Maître de Jiu-Jitsu

shapeimage_3

Pour un instructeur d’Aïkido (ou d’arts martiaux en général), c’est toujours un honneur d’enseigner à des gens qui démontrent une ouverture d’esprit, du respect et une attitude positive. On dira qu’on reconnaît les qualités d’un instructeur dans celles ses élèves, qu’ils soient neophytes ou très avancés dans la maîtrise des arts martiaux. C’est bien vrai, et je me dois d’admettre que mes élèves me le rendent bien. Un Sensei attire inévitablement des élèves qui correspondent à sa qualité d’humain.

Mais, lorsque qu’un élève obtient offiellement le titre de Maître d’arts martiaux, alors que doit-on en penser? C’est le cas de Sensei Philippe Poirier à qui j’enseigne l’Aïkido avec Ki depuis maintenant six ans.  Les faits de sa graduation au rang de Godan en Jiu-Jitsu sont présentés ici-bas :

Le 6 septembre dernier, Renshi Philippe Poirier fut hissé au rang des plus grands, celui de Maître en Jiu-Jitsu (Genkido). C’est sous le regard attentif et fier de ses 30 élèves présents au Dojo, ainsi que de son fils Noah et son épouse Marie-Claude, qu’il reçut son diplôme et sa nouvelle ceinture des mains des Shihan Donald Poirier (Jiu-Jitsu Genkido) et Daniel Miller (Jiu-Jitsu Juki). 
À première vue, pour la plupart des gens, ça semble être l’accomplissement d’un rêve, l’impression d’avoir atteint le haut de la montagne, une raison de se bomber le torse, etc. Pour Renshi c’est tout autre. C’est beaucoup plus que ça. Voici quelques faits à apprendre avant d’aller plus loin…

C’est suite à la performance de Soke Charles Bédard, en 1975, que Shihan Daniel Miller débuta les arts martiaux. Il s’entraîna, entres autres, en Juki-Jitsu (en compagnie de Serge Laflamme) sous la direction de Senseï Denys Cloutier. Ensuite, il vint aux Îles-de-la-Madeleine en 1984 pour transmettre ce qu’il avait appris. C’est à ce moment que Shihan Donald Poirier fut formé par Miller, puis Laflamme (plus tard avec le Ju-Justu SonKeiDo). Quelques années après, Renshi arriva dans le décor, désirant apprendre tout ce que Shihan Donald Poirier voulait lui enseigner. Renshi commença à enseigner alors qu’il n’était que ceinture verte.  Deux ans après avoir obtenu sa ceinture noire, il partit à Sherbrooke pour ses études où il se fit enseigner  le Ju-Justu Jukaido-Kan par nul autre que… Charles Bédard en personne, jusqu’à ce qu’il atteigne une 2e ceinture noire. Satori direz–vous ? Une chose est sûre c’est que les étoiles étaient bien alignées…

À son retour d’Estrie avec la permission d’ouvrir une école de Jiu-Jitsu Jukaido-Kan, Renshi continua de s’investir dans l’école de Shihan Donald Poirier, refusant ainsi de diviser la clientèle des Îles en deux styles de Jiu-Jitsu. Cependant, il fut accepté d’intégrer divers éléments du Jukaido-Kan dans le programme déjà établi. Ces ajustements menèrent à la fondation d’un nouveau style (Jiu-Jitsu Genkido), issu d’un effort commun des deux fondateurs : Shihan Donald Poirier et Renshi Philippe Poirier.

shapeimage_2-12Pendant tout ce temps, Soke Charles Bédard continua de conseiller Renshi même s’ils ne se voyaient pas aussi souvent que souhaité. De cette façon, il veilla à la progression de son élève. 12 ans durant, Renshi communiqua avec Soke Bédard pour le mettre au courant de son évolution dans les arts martiaux ce qui rendait ce dernier très heureux et fier.

En octobre 2011, Shihan Donald Poirier fit part de son désir, à Shihan Miller, de remettre le 5e dan à Renshi. Cependant, il lui précisa que Renshi n’accepterait sûrement pas facilement ce titre, cet honneur. C’est alors que Miller prit les choses en mains et rencontra Soke Bédard pour lui parler du projet. Ce dernier prit son temps pour y réfléchir, non pas qu’il n’était pas d’accord, mais seulement qu’il n’avait jamais gradé un élève d’un autre style au rang de Maître. Après avoir pesé le pour et le contre il accepta avec plaisir.

Le 18 juin 2012, Miller se rendit chez Bédard pour qu’il signe le fameux diplôme. Par la suite, Shihan Miller viendrait aux Îles en septembre pour remettre le grade. Ce devait être une surprise, mais la vie en a décidé autrement. Les jours de Soke Bédard étaient comptés suite à de nombreux problèmes de santé. Alors, ils décidèrent d’en parler à Renshi aussitôt.

Voici quelques extraits du courriel original envoyé à Renshi par Shihan Daniel Miller :

« Salut Philippe. Si Charles, Donald et moi-même te demandions de nous faire confiance, que nous te demandions de faire quelque chose pour le bien collectif du Genkido, du Jukaido-kan et du Juki Ju-jitsu. Sans pour autant savoir quel est l’objet de cette demande, oserais tu nous dire oui en nous faisant simplement confiance? C’est une question très sérieuse Philippe à laquelle je souhaite une réponse rapide! »

« Bonjour ! Ça semble effectivement sérieux comme question, mais si celui qui a importé le Jiu-Jitsu aux Îles et qui était présent à ma première ceinture noire, celui qui m‘a enseigné depuis 1991 et celui qui m’a confirmé que ce que je faisais était bien en mettant mes connaissances à l’épreuve tout en continuant de me former, me demandent quelque chose… alors je crois bien que je peux et que je dois répondre oui. »

« Charles, Donald et moi-même avons décidé de te graduer Godan. Oui parce que tu es vraiment rendu là, certes. Mais aussi parce que tu représentes ce que j’avais rêvé quand j’ai importé le Jiu-Jitsu aux Îles, parce que Donald te veut près de lui d’égal à égal (tu gardes ton titre de Renshi et Donald celui de Shihan) et parce que Charles croit que tu représentes également l’union de nos trois systèmes et que tu es aussi notre petit-fils si on peut dire ainsi. Voilà! Merci de poursuivre le rêve que j’avais à l’époque. Domo Arigato !

Aussi, je voulais que tu le saches dès maintenant car Charles souhaitait pouvoir t’en jaser avant de quitter notre monde…

Tu sais Philippe, je crois qu’il y a bien plus qu’un amas de bons coups du destin dans nos rencontres. Il y a un cercle, une sphère qui s’est complétée quelque part. Ce que je voulais donner au club des Iles en 1985-86 et que je n’ai pu réaliser, tu es en train de le faire par l’aikido que tu étudies car cette étude amène ton Jiu-Jitsu plus loin. Charles est arrivé dans ta vie au moment le plus opportun je crois. »

C’est à ce moment que Renshi accepta l’idée de cette graduation. Malheureusement, ce dernier dut se rendre aux funérailles de Maître Charles Bédard qui livra son dernier combat au matin du 18 juillet (un mois après la signature du diplôme). D’ailleurs c’est seulement le 5e diplôme de Maître qu’il signa dans sa longue carrière d’arts martiaux et le seul provenant d’une autre école de la sienne.

C’est donc avec grande émotion que Renshi Philippe Poirier reçu les honneurs qui lui étaient réservés ce 6 septembre. Deux des trois signataires du diplôme étaient présents et je crois sincèrement que Soke Charles Bédard y était lui aussi, mais d’une autre façon. Renshi de nature plutôt parlante trouva difficilement les mots pour exprimer sa reconnaissance. « …Si j’avais dû faire mes preuves sur un tatami ou pendant un examen physique, cardio ou d’endurance, ça aurait plutôt facile, mais de recevoir des honneurs comme ça sans rien avoir demandé ou sans même y avoir pensé, de la part de personnes influentes dans ma progression des arts martiaux, c’est touchant. D’autant plus que les Shihan Poirier et Miller soient allés chercher l’approbation d’un homme qui compte beaucoup pour moi : Soke Charles Bédard. »

Renshi termina le cours en rappelant que la plus belle récompense pour un Sensei, n’est pas un diplôme ou une ceinture, mais de voir ses élèves assister à ses cours à chaque semaine.

« Celui qui enseigne touche à l’éternité,
et ne sait jamais où s’arrête son influence. » – Henry Adams

Suite à sa graduation, Renshi fut invité à faire la fête. Il remerciât humblement ses hôtes en déclinant l’invitation, car il devait donner un cours d’Aïkido ce soir là. Eh oui, Philippe Poirier est également instrucuteur d’Aïkido pratiqué avec Ki, et il en assume entièrement la responsabilité. Pour moi, c’est au travers de ce genre d’anecdotes que la grandeur d’âme d’un homme est révélée. Félicitations Renshi!

Jean-Rock Fortin