Publié le

Pas de gaucher dans le maniement du sabre Japonais

1376316_917444704935436_2912879424765406366_n

Photo: le katana de notre Dojo (fabriqué par JRF) portant le nom de notre devise : BANYU AÏGO (amour et protection pour toute chose).

Théoriquement, il n’y a que des droitiers dans le maniement du sabre japonais (le katana). Le sabre est tenu devant soi avec un angle léger d’environ 20 degrés dirigeant le tranchant vers la gauche de l’escrimeur. Cette prise est très naturelle et très relaxée, et elle permet une grande mobilité lorsque maitrisée. C’est d’ailleurs la seule prise permettant la coordination corps-esprit. Testez-le pour le vérifier.

L’aiguisage d’un katana selon les règles de l’art est ajusté de sorte que le fil du tranchant tombe droit au sol lorsque l’escrimeur tient le katana correctement en maintenant cet angle.

932831e55a3608dbd208787855db2b25

Autrement dit, en abattant le katana de haut en bas, en maintenant cette prise, permettra d’exécuter une coupe franche. Si un gaucher tenait le sabre avec l’angle requis pour une prise naturelle, c’est-à-dire en sens contraire d’un droitier, alors le fil du tranchant tomberait de côté, ce qui rendrait la coupe moins efficace en raison d’un manque de cohésion entre la prise du sabre et l’orientation du tranchant. À moins d’un aiguisage inversé du sabre, les gauchers sont contraints de pratiquer comme les droitiers.

Le katana est guidé par les membres du corps libres de toute tension c’est-à-dire, complètement relaxés. Ceci permet de laisser tomber le sabre afin de tirer profit de l’accélération gravitationnelle de notre planète qui est de 9,81 m/s2. Pour surmultiplier la vitesse de frappe et l’impact, le pratiquant abaissera, même subtilement, son centre (de gravité) au moment de porter l’atémi. Les tensions du corps (et/ou mentales) empêchent le déploiement optimal du katana en le contraignant.

 morihei-ueshiba-dynamic-bokken