TECHNIQUES D’AÏKIDO (Kumi Waza)


Aide-mémoire de KUMI WAZA*

Les techniques martiales illustrées constituent un petit curriculum de base de techniques d’Aïkido,[1] appelées Kumi Waza, pouvant se pratiquer sans restriction physique importante jusqu’à un âge très avancé.

Ainsi, dans le rôle de Nage, on ne retrouve pas de techniques qui nécessitent par exemple de soulever un partenaire, d’utiliser la force d’un déhanchement ou toute autre manœuvre nécessitant l’utilisation indue de force musculaire.

Concernant les chutes, il est vrai qu’elles impliquent parfois pour Uke de subir des vols planés sur quelques mètres de distance, mais point n’est besoin de devenir cascadeur pour pratiquer l’Aïkido. Il suffit de sortir des traditions des arts martiaux. En effet, les pratiquants de tous âges peuvent encaisser de telles chutes en toute sécurité en étant projetés sur d’épais matelas moelleux comme ceux utilisés pour les mêmes raisons en athlétisme. Cela permet aussi de rassurer Nage qui peut alors exprimer de grands déploiements de Ki sans risquer de blesser Uke accidentèlement.

Pour conduire à une bonne compréhension de l’art martial, les techniques illustrées doivent être exécutées en respectant à la lettre les principes d’Aïkido expliqués dans la deuxième partie du livre (« L’univers unifié et les principes d’Aïkido » : chapitres V à X), c’est-à-dire en les exécutant en tenant compte des connaissances sur le Ki.

Il y a cependant deux points très importants auxquels on doit prêter une attention plus particulière, soit : maintenir la coordination corps – esprit (voir chapitre VI : « Coordonner le corps et l’esprit en diffusant le Ki universel » [p. 135]) et ; respecter l’alignement des Kikaï-tanden (voir section IX.1 : « Le principe du double obèle » [p. 186]).

Toutes les techniques doivent s’exécuter avec succès de manière statique avant d’être tentées de manière dynamique. Évidemment, aucun livre ne saurait remplacer un instructeur qualifié. En l’absence d’un tel instructeur, je vous invite tout de même à suivre mon exemple en laissant l’Univers vous guider et devenir votre maitre. Après tout, ce qui est à la portée d’un homme est à la portée d’un autre si ce dernier y investit correctement son esprit.

Rappelez-vous qu’une technique bien exécutée reflète l’harmonie et la maitrise de la coordination corps – esprit. L’exécution d’une technique doit être fluide, c’est-à-dire exempte de tension malgré les attaques foudroyantes et structurées de Uke. Pour ce faire, on doit aligner les Kikaï-tanden selon le principe du double obèle.

Les flèches des illustrations indiquent les mouvements d’énergie précédant les mouvements du corps. Notons que chacune des techniques présentées ici peut faire l’objet de nombreuses variations subtiles ou importantes. On peut également dans de nombreux cas, changer d’attaque pour appliquer une même technique, et inversement, appliquer diverses techniques pour une même attaque.

Les techniques de base ainsi présentées sont qualifiées de « grands cercles », car elles enseignent aux pratiquants la compréhension de l’Art en utilisant de grands mouvements, forçant ainsi un important déploiement de Ki (voir chapitre V : « Ki et Aïkido, le secret des arts martiaux », [p. 128]).

Avec la pratique, cette maitrise des grands cercles conduira l’adepte à la maitrise des « petits cercles », soit l’application des techniques de manière toujours plus subtile et compressée, et basée davantage sur l’extériorisation du potentiel de Ki, plutôt que sur les mouvements du corps. Cela démontre encore une fois l’étendue du domaine d’étude relié au Ki et à l’Aïkido.

Un complément d’information est présenté pour chaque technique sous l’appellation « indices de succès ». Le nom de chaque technique présentée utilise le langage japonais. Ce n’est pas indispensable, mais cela permet de nommer de manière succincte la technique. Aussi, il s’avère pratique d’utiliser un langage de base commun pour faciliter la communication lors d’échanges avec d’autres pratiquants.

En japonais, on nomme la technique en commençant par l’attaque, suivie par la méthode de défense qui sera appliquée, puis on termine, le cas échéant, avec la spécificité de la technique.

Finalement, toutes les techniques martiales présentées dans cet ouvrage peuvent également se pratiquer seul. Ceci, à condition que l’adepte les ait pratiquées préalablement et correctement avec un partenaire. Ainsi, les techniques martiales pratiquées avec un attaquant imaginaire s’exécutent avec précision à la manière d’un lent ballet rappelant l’exécution des Katas de Tai Chi. Cette approche peu orthodoxe de l’Aïkido, et de diffusion du Ki, permet de raffiner la maitrise de l’Art à un niveau extraordinairement élevé.

[1] Note : Un film documentaire de 1958 (« Rendez-vous with adventure »), tourné à l’époque où O’Sensei Morihei Ueshiba et Sensei Koichi Tohei enseignaient l’Aïkido au Dojo Hombu de Tokyo, rapporte que l’art martial eut alors été constitué de 2664 techniques à part entière.


  1. Attaques par saisie d’un poignet du même côté (symétrique) – Katate-dori
  2. Attaques par saisie d’un poignet du côté opposé (croisée) – Katate-kosadori
  3. Attaques par saisie d’un poignet à deux mains – Katate-dori ryote-mochi
  4. Attaques par saisie des deux poignets – Ryote-dori
  5. Attaques par saisie du vêtement au niveau des épaules – Kata-dori
  6. Attaques par coups de poing – Mune-tsuki
  7. Attaques directes du tranchant de la main, de haut en bas – Shomen-uchi
  8. Attaques par frappes de côté à la tête – Yokomen-uchi
  9. Attaques par saisies par-derrière – Ushiro-dori
  10. Attaques par coups de pied – Geri
  11. Attaques lorsque Nage est dans la position seize – Zagi-handachi
  12. Tanto-dori (attaques au couteau)
  13. Jo-dori (défenses sur attaques avec un bâton de marche)
  14. Jo-nage (défense avec un bâton de marche)
  15. Tachi-dori (attaques au sabre)

unRequis de maitriser pour le grade de NIKYU en Aïkido (ceinture bleue) – Le pratiquant doit également maitriser le 1er niveau de coordination corps – esprit (SHOKYU)

deuxRequis de maitriser pour le grade d’IKKYU en Aïkido (ceinture marron) – Le pratiquant doit également maitriser le 2e niveau de coordination corps – esprit (CHUKYU)

troisRequis de maitriser pour le grade de SHODAN en Aïkido (ceinture noire premier dan) – Le pratiquant doit également maitriser le 3e niveau de coordination corps – esprit (JOKYU)

 


Retour en haut de la page


1 – KATATE-DORI 

Attaque par saisie d’un poignet du même côté (attaque symétrique).

Prise d’initiative en Tenkan : Dans les techniques 1.1, 1.2 et 1.3, Nage débute en laissant tomber le bras sous attaque et en effectuant un déplacement circulaire tel qu’expliqué à la section IX.2 : « L’alignement des Kikaï-tanden » (p. 188). Durant ce déplacement, Nage maintient son dos droit et les paumes des mains vers le haut, comme s’il transportait des vêtements précieux.


un1.1 – Katate-dori Ikkyo : Contrôle et immobilisation par flexion du poignet sur saisie d’un poignet du même côté. La technique d’immobilisation en Ikkyo s’appelle « premier principe ».

Indices de succès : Ayant créé une impulsion qui entraine Uke dans son sillage (en Tenkan), Nage arrête son déplacement en laissant tomber le bras sous attaque. Cette manœuvre aura pour effet de faire avancer Uke devant lui. En remontant son bras vers l’extérieur, Nage saisit la main de Uke ce qui contraindra ce dernier à lâcher prise. Nage doit alors passer complètement derrière le partenaire afin d’aligner les Kikaï-tanden, l’un derrière l’autre. Puis, en exécutant un déplacement circulaire, il dirigera le bout des doigts de Uke vers le bas, ce qui l’amènera au sol harmonieusement, sans effort.

Pour appliquer l’immobilisation, Nage s’agenouille le long du bras de Uke (position Kiza). Avec légèreté, il place une main au niveau du triceps de Uke en diffusant le Ki sous le sol.

Puis, de l’autre main, Nage enlève le jeu dans le poignet de Uke en l’étirant légèrement par la main, avec le concours de l’auriculaire. Tout en maintenant la main et le bras de Uke parallèles au sol, Nage pointe le bout des doigts du partenaire vers sa tête, ce qui aura pour effet de le contraindre par une vive douleur s’il tente de s’échapper de la prise.


un1.2 – Katate-dori Kokyu-nage Kaiten-nage : Projection par le souffle vital en faisant décrire au bras de Uke un grand cercle dans le plan vertical, tout en lui maintenant la tête en position basse (ce qui le contraint à rouler), sur saisie d’un poignet du même côté.

Indices de succès : Lorsque Nage a créé l’impulsion qui entraine Uke dans son sillage (en Tenkan), il arrête son déplacement en laissant tomber le bras sous attaque.

Continuant son mouvement de bras vers le haut comme s’il s’essuyait le front avec le dos de la main, Nage génère une impulsion qui lui permet de diriger Uke alentour de lui, en le faisant passer par-derrière. Lorsque Uke passe de l’autre côté, Nage laisse tomber son bras en effectuant une rotation, faisant décrire à Uke un cercle dans le plan vertical, ce qui aura pour effet de le projeter.

Avant de projeter Uke, Nage peut aussi appliquer un contrôle en lui saisissant le poignet durant la rotation du bras et en posant, avec légèreté, une main sur sa tête avant de le projeter. Incidemment, cette manœuvre permet de se déplacer tout en contrôlant Uke afin de le projeter dans n’importe quelle direction, par exemple sur d’autres attaquants potentiels se tenant à proximité.


un1.3 – Katate-dori Kokyu-nage Kiri-kaeshi : Projection par le souffle vital laissant passer l’attaquant afin de produire un changement de direction par retournement, sur saisie d’un poignet du même côté.

Indices de succès : Nage prend l’initiative en dirigeant le Ki vers le bas tout en tournant son corps à 90 degrés. Décrivant, avec le bras, une trajectoire en forme de huit (8), Nage commence par faire passer Uke complètement de l’autre côté. Puis, il se déplace légèrement en repliant son bras et en maintenant son coude vers le bas, afin de déstabiliser Uke qui se retrouvera alors en appui temporaire sur le poignet.

Pour rétablir son équilibre, Uke sera donc forcé de faire un pas en avant. Avant qu’il le fasse, Nage laissera soudainement tomber son bras, ce qui aura pour effet de faire tomber Uke au sol, sans effort, le contraignant ainsi à prendre la chute en roulade avant afin de se protéger. Pendant la manœuvre de projection, Nage prendra grand soin de ne pas pencher son corps afin d’éviter, lors de sa chute, toute collision avec le talon de Uke.


un1.4 – Katate-dori Kokyu-nage Onshi-no-gyoi : Projection par le souffle vital utilisant un mouvement latéral des bras, sur saisie d’un poignet du même côté.

Indices de succès : Après avoir créé une impulsion qui entraine Uke dans son sillage (en Tenkan), Nage arrête son déplacement et baisse le centre en fléchissant les genoux, puis remonte en étendant ses bras vers le ciel.

Se déplaçant légèrement pour aligner perpendiculairement les Kikaï-tanden, Nage balance ses bras de côté comme dans l’exercice 2.D de l’Annexe V : « Sayu Waza » (p. 328), ce qui aura pour effet de projeter Uke sur le dos.


un1.5 – Katate-dori Kokyu-nage Tobikomi : Projection par le souffle vital, en déviant l’attaque, puis en exécutant un bond vers l’avant en tournoyant, sur saisie du poignet du même côté.

Indices de succès : Lorsque Uke est sur le point d’agripper le poignet de Nage, ce dernier pointe le bout de ses doigts vers le haut afin de dévier l’attaque.

Puis, Nage glisse l’autre main sous le poignet de Uke, ce qui lui permet de casser la prise et de créer une brèche lui permettant de se déplacer facilement derrière le partenaire.

Nage dirige Uke dans un mouvement vers le bas, tout en effectuant un déplacement circulaire. Il contrôle la tête de Uke en la maintenant dans le creux de son épaule.

Il exécute alors un mouvement du bras vers le haut, suivi d’un autre vers le bas, comme dans l’exercice 10 de l’Annexe III : « Ude-mawashi Waza » (p. 322), ce qui aura pour effet de faire chuter Uke.


un1.6 – Katate-dori Kokyu-nage Zenpo-nage : Projection par le souffle vital, vers l’avant, en produisant un mouvement vers le bas, puis vers le haut, et encore vers le bas, dans la direction de l’attaque, sur saisie d’un poignet du même côté.

Indices de succès : Tout au long de la technique, Nage se déplace avec Uke en s’adaptant avec fluidité à son rythme et à sa vitesse d’attaque. Et quand survient l’attaque, Nage prend l’initiative en dirigeant le Ki vers le bas avant que Uke l’agrippe.

Puis il exécute un mouvement du bras vers le haut en tournant dans la direction de l’attaque. Uke et Nage se trouvent alors côte à côte. Lorsque les Kikaï-tanden se trouvent alignés, Nage dirige le Ki vers le bas dans un mouvement similaire à celui de lancer une balle vers le sol, ce qui produira la chute de Uke.

Dans une variation de la technique, lorsque Nage effectue la motion de lancer une balle au sol, il peut également enrouler le poignet de Uke avec ses doigts (Tsuki-kaiten), avec grande légèreté sans le saisir, lorsque ce dernier l’agrippe.


deux1.7 – Katate-dori Shiho-nage : Projection par retournement de la main vers l’arrière et vers l’extérieur obligeant Uke à chuter pour se soustraire à la clé, sur saisie d’un poignet du même côté. Shiho-Nage signifie : projection dans quatre directions, soit deux de chaque côté, en Irimi et Tenkan.

Indices de succès : Nage dirige le Ki vers le bas, puis saisit le poignet de Uke au moment où ce dernier l’agrippe. Nage pivote alors sur place et tourne le centre pour aligner les Kikaï-tanden à 90 degrés, tel que décrit à la section IX.2 : « L’alignement des Kikaï-tanden » (p. 188).

Nage terminera la technique en tournant, tout en tenant d’une main celle de Uke, et s’assurera de lâcher prise dès que ce dernier commencera à descendre, pour éviter de le blesser en le retenant.


un1.8 – Katate-dori Kote-gaeshi Tobikomi : Projection en déviant l’attaque puis en exécutant un bond vers l’avant en tournoyant, puis en appliquant une torsion du poignet vers l’extérieur, sur saisie du poignet du même côté.

Indices de succès : Lorsque Uke est sur le point de lui agripper le poignet, Nage dirige le Ki en pointant le bout de ses doigts vers le haut afin de dévier l’attaque. Puis, il glisse l’autre main sous le poignet, ce qui permet de casser la prise et de créer une brèche lui permettant de sauter derrière Uke sans rencontrer d’obstacle.

Nage va alors tournoyer en exécutant un déplacement similaire à celui de l’exercice 2.F de l’Annexe V : « Udefuri Choyaku Waza » (p. 329). Avec sa main qui, au départ, était sous attaque, Nage agrippera au passage le poignet de Uke en entrainant ce dernier dans un déplacement circulaire (en Tenkan). Puis, en s’arrêtant, Uke sera contraint de passer devant Nage en raison du momentum créé par ce déplacement.

Nage placera alors sa main libre en avant de lui en allongeant son bras. La main de Uke rencontrera celle de Nage qui, lors du contact, aura déjà dirigé le Ki vers le sol afin de produire instantanément la projection.

 


Retour en haut de la page


2 –   KATATE-KOSADORI 

Attaque par saisie d’un poignet du côté opposé (attaque croisée ou asymétrique).


trois2.1 – Katate-kosadori Kokyu-nage Hachi-no-ji : Projection par le souffle vital utilisant un retournement dans une trajectoire en forme de huit (8), sur attaque par saisie d’un poignet du côté opposé.

Indices de succès : Lors de l’attaque, Nage dirige Uke vers l’extérieur en levant son bras tout en se tournant légèrement de côté. Cela permettra à Nage de le diriger sur le côté. Nage saisit alors le poignet de Uke et produit un mouvement circulaire vers le bas, puis vers le haut. Ce faisant, Uke subira un retournement et se retrouvera donc dans la direction opposée de son attaque. À cette étape, les Kikaï-tanden seront alignés côte à côte.

Alors, Nage projettera Uke en dirigeant le bout des doigts vers le bas, en avançant. Durant toutes ces manœuvres, il est impératif que le bras de Nage demeure en pleine extension naturelle et à l’intérieur de son champ de vision périphérique, tel que dépeint à la section VII.2 : « Diffuser le Ki vers l’avant » (p. 167).


un2.2 – Katate-kosadori Kokyu-nage Tobikomi : Projection par le souffle vital par contrôle de la tête, en exécutant un bond vers l’avant en tournoyant, sur une attaque par saisie d’un poignet du côté opposé.

Indices de succès : Lorsque l’attaque survient, Nage marche ou bondit droit devant en abandonnant son bras à Uke. Nage se retrouvera alors derrière Uke et se retournera naturellement lorsque la prise de Uke se resserrera. Les Kikaï-tanden se retrouveront alignés l’un derrière l’autre.

À ce moment-là, Nage dirigera Uke en diffusant le Ki vers le bas, tout en contrôlant sa tête dans le creux de son épaule, dans un déplacement circulaire. Nage n’aura plus qu’à diriger le Ki vers le haut et, finalement, vers le bas pour produire la projection. Les mouvements du bras s’effectuent de manière similaire à ceux décrits dans l’exercice 10 de l’Annexe III : « Ude-mawashi Waza » (p. 322).

Une variation en petit cercle de cette technique consiste à laisser tomber le bras sous attaque en se tournant à 90 degrés, puis à contrôler directement la tête de Uke sur l’épaule. La projection s’ensuit simplement en exécutant un mouvement circulaire du bras attaqué vers le haut, puis vers le bas. Cette technique s’applique également sur une attaque au poignet à deux mains (Katate-dori Ryote-mochi).


un2.3 – Katate-kosadori Kokyu-nage Irimi : Projection par le souffle vital par allongement d’un bras dans la direction opposée à la ligne d’attaque, sur attaque par saisie d’un poignet du côté opposé.

Indices de succès : Cette technique m’a été enseignée dans un rêve lucide. Elle consiste à diriger le Ki du partenaire vers le bas en laissant tomber le bras lorsque Uke tente d’agripper le poignet. Ensuite, il suffit d’allonger le bras demeuré libre devant la poitrine de Uke en tournant le centre pour se positionner de côté dans le sens de la ligne l’attaque, puis en l’abaissant, tout en éloignant le bras tenu par Uke. La manœuvre amènera Uke de côté, puis au sol. Ce mouvement est apparenté à l’exercice 2.D de l’Annexe V : « Sayu Waza » (p. 328).


trois2.4 – Katate-kosadori Kote-gaeshi Tobikomi : Projection en déviant l’attaque tout en exécutant un bond vers l’avant en tournoyant, puis en appliquant une torsion du poignet vers l’extérieur, sur saisie d’un poignet du côté opposé.

Indices de succès : Lorsque Uke est sur le point d’agripper le poignet de Nage, ce dernier dirige le Ki en pointant le bout de ses doigts vers le haut afin de dévier l’attaque. Nage va alors sauter derrière Uke en tournoyant comme dans l’exercice 2.F de l’Annexe V : « Udefuri Choyaku Waza » (p. 329). Au passage, il agrippera la main de Uke, ce qui l’entrainera dans un déplacement circulaire.

Nage tournera alors dans la direction inverse pour appliquer la technique articulaire en donnant d’abord une légère impulsion vers le bas, puis vers le haut, avant d’appliquer, vers l’extérieur, la torsion sur le poignet de Uke.

 Plutôt que d’effectuer la technique en Kote-gaeshi par une torsion du poignet produite par une pression sur les doigts de Uke, Nage peut exécuter la technique en appliquant une pression directement sur l’avant-bras. De cette manière, une projection à grand déploiement est mieux contrôlée et aussi plus sécuritaire.  2- Attaques par saisie d’un poignet du côté opposé (croisée)

 


Retour en haut de la page


VI.3 –   KATATE-DORI RYOTE-MOCHI

Attaque par saisie d’un poignet à deux mains.

 Prise d’initiative en Tenkan : Dans les techniques 3.1, 3.2 et 3.3, Nage prendra l’initiative en présentant soudainement au visage de Uke le dos de sa main lors de l’attaque. En raison du fonctionnement du cerveau, la position des mains de Uke sur le bras de Nage sera la même que si ce dernier l’avait laissé saisir son bras sans bouger (voir l’explication à la section VII.3 : « L’intention et le rythme » [p. 171]).

Nage entamera alors un déplacement circulaire (en Tenkan) tout en plaçant sa main près de son œil, comme s’il voulait le cacher du soleil.


deux3.1 – Katate-dori Ryote-mochi Kokyu-nage En-undo : Projection par le souffle vital effectuée par la rotation d’un bras, sur attaque par saisie d’un poignet à deux mains.

 

Indices de succès : Lorsque Uke sera entrainé dans le sillage de Nage (en Tenkan), ce dernier arrêtera son déplacement en exécutant une rotation de son bras, c’est-à-dire en le laissant tomber, puis en le ramenant vers le haut, puis encore vers le bas, ce qui produira, si le rythme a été préservé, une projection très fluide et harmonieuse (comme c’est d’ailleurs censé s’avérer le cas pour toutes les techniques d’Aïkido).


deux3.2 – Katate-dori Ryote-mochi Kokyu-nage Hachi-no-ji : Projection par le souffle vital suivant une trajectoire horizontale en forme de huit (8), sur attaque par saisie d’un poignet à deux mains.

Indices de succès : Lorsque Uke sera entrainé dans le sillage de Nage (en Tenkan), ce dernier arrêtera son déplacement en exécutant une rotation de son bras, soit en l’abaissant puis en le ramenant vers le haut. À cet instant, Nage sautera derrière Uke pour compléter la technique en dirigeant le Ki vers le bas, en tournant, tout en appliquant un contrôle de la tête en la plaçant dans le creux de son épaule. Nage n’aura plus qu’à diriger le Ki vers le haut, puis vers le bas, pour effectuer la projection.


deux3.3 – Katate-dori Ryote-mochi Kote-gaeshi : Projection par torsion du poignet vers l’extérieur, sur attaque par saisie d’un poignet à deux mains.

 

Indices de succès : Lorsque Uke sera entrainé dans le sillage de Nage (en Tenkan), ce dernier arrêtera son déplacement en abaissant son bras, puis en le ramenant vers le haut. Quand il laissera tomber son bras, Nage saisira au passage la main de Uke qui se décrochera en montant, puis il appliquera une pression dirigée vers le sol, sur les doigts de Uke, en descendant, ce qui produira la projection.


un3.4 – Katate-dori Ryote-mochi Kokyu-nage Zenpo-nage : Projection par le souffle vital, vers l’avant, en produisant un mouvement vers le haut, puis vers le bas dans la direction de l’attaque par saisie d’un poignet à deux mains.

Indices de succès : Nage doit diriger le Ki vers le bas avant de subir l’attaque. Par la suite, il exécutera un mouvement vers le haut et un autre vers le bas pour réaliser la projection. Il devra s’adapter à la vitesse de l’attaque en se déplaçant harmonieusement avec Uke.

Lorsque Nage dirigera le Ki vers le haut, il tournera son centre perpendiculairement, tout en pliant son bras, coude impérativement maintenu vers le bas.

C’est alors que Uke se retrouvera devant Nage. Il sera déséquilibré temporairement et il sera contraint d’essayer de se soutenir sur le bras de Nage. C’est à ce moment-là que Nage, qui maintient son corps droit, laissera simplement tomber son bras vers le bas pour produire la projection.

 


Retour en haut de la page


4 –   KATATE-RYOTE-DORI 

Attaque par saisie des deux poignets par-devant.

deux4.1 – Katate-ryote-dori Kokyu-nage Hakucho : Projection par le souffle vital en effectuant un mouvement similaire à celui d’un cygne de lac qui étend ses ailes pour amerrir, sur saisie des deux poignets.

Indices de succès : Lorsque survient l’attaque, Nage dirige le Ki vers bas, puis vers le haut, en montant ses bras vers le ciel. Pour effectuer la projection, Nage s’affaisse au sol, en génuflexion, en avançant légèrement sur la gauche ou sur la droite.

De cette manière, Nage laissera passer éventuellement Uke d’un côté ou de l’autre. Il n’aura plus qu’à laisser tomber ses bras à l’intérieur de son champ de vision, ce qui contraindra Uke à tomber et à effectuer une roulade vers l’avant.


un4.2 – Katate-ryote-dori Kokyu-nage Zenpo-nage : Projection par le souffle vital vers l’avant en produisant un mouvement vers le haut, puis vers le bas dans la direction de l’attaque, sur saisie des deux poignets.

Indices de succès : Avant de subir l’attaque, Nage doit diriger le Ki vers le bas. Par la suite, tout en tournant à 180 degrés, il ramènera ses mains ensemble en exécutant un mouvement vers le haut puis un autre vers le bas pour produire la projection. Le mouvement vers le bas doit être effectué lorsque les Kikaï-tanden s’alignent côte à côte. Nage doit s’adapter à la vitesse de l’attaque en se déplaçant harmonieusement au même rythme que Uke.

Une variation de cette technique se décrit comme suit : Lorsque survient l’attaque, Nage tourne son centre perpendiculairement à Uke, tout en laissant tomber le bras extérieur et en pointant vers le sol. Uke s’en trouvera déséquilibré. Pendant ce temps, la main arrière de Nage effectuera un mouvement circulaire vers le haut, puis vers le bas, comme si Nage lançait une balle au sol au moment où s’alignent les Kikaï-tanden côte à côte, ce qui produira, indubitablement, une projection de très grande amplitude.


deuxVI.4.3 – Katate-ryote-dori Tenchi-nage : Projection dite du ciel et de la terre, en levant une main vers le haut et en maintenant l’autre vers le bas, sur attaque par-devant par saisie des deux poignets.

Indices de succès : Sur l’attaque, Nage prend l’initiative en abaissant le centre et en laissant tomber le bras du côté de sa jambe avancée.

Il dirige le Ki avec sa main en pointant droit au sol. Puis, avec son autre main, il dirige le Ki vers le haut, en prenant soin qu’elle demeure à l’intérieur de la saisie de Uke.

a – Avec déplacement de Nage dans le même alignement que la ligne d’attaque de Uke (Irimi) : Nage aligne les Kikaï-tanden en avançant à côté de Uke, puis tourne son centre en dirigeant le Ki vers le bas toujours en pointant ses doigts vers le sol.

b – Avec déplacement circulaire dans une direction autre que l’angle d’attaque de Uke (Tenkan) : Nage aligne les Kikaï-tanden en reculant dans un déplacement circulaire. Uke subit ainsi une impulsion l’emportant dans le sillage de Nage.

Pour réaliser la projection, Nage peut procéder de deux manières : 1 — il inversera subitement la position des bras en continuant de se déplacer, ce qui aura pour effet de projeter Uke sans effort, ou ; 2 — il enchainera la technique telle qu’expliquée précédemment (IV.4.3.a) lorsqu’il aura, par son déplacement, créé une impulsion.4- Attaques par saisie des deux poignets.

 


Retour en haut de la page


VI.5 –   KATA-DORI et RYOKATA-DORI 

Attaque par saisie du vêtement au niveau des épaules, d’une seule main (Kata-dori) ou des épaules à deux mains simultanément (Ryokata-dori).

Prise d’initiative de face en Irimi et Tenkan : Dans les techniques 5.1, 5.2, 5.3 et 5.4, Nage débute en brossant avec sa main celle du côté opposé de Uke, en diffusant le Ki vers le bas.

Nage s’exécute en s’adaptant à la vitesse de l’attaque en reculant avec un petit saut, comme dans la première partie de l’exercice 2.E de l’Annexe V : « Koshin Waza » (p. 329). Nage doit impérativement ramener ses jambes ensemble, sinon il sera à la merci de Uke.

a – Avec déplacement de Nage dans la même direction que la ligne d’attaque (Irimi) :

Après avoir brossé la main de Uke vers le bas, Nage la lui saisit et avance en ligne droite en procédant au retournement. Nage maintient son bras droit durant la manœuvre de retournement comme dans l’exercice 10 de l’Annexe III : Ude-mawashi Waza » (p. 322). Le partenaire se retrouvera penché à mi-chemin vers le sol.

b – Dans un déplacement circulaire (Tenkan) :

Nage entame le retournement en montant son bras tenant la main de Uke. Plutôt que de continuer en descendant directement comme en Irimi, Nage passe complètement derrière le partenaire afin d’aligner les Kikaï-tanden l’un derrière l’autre, puis il exécute un déplacement circulaire en dirigeant le bout des doigts de Uke vers le bas, ce qui amènera harmonieusement et sans effort ce dernier à mi-chemin vers le sol.


un5.1 – Kata-dori Ikkyo : Contrôle par flexion du poignet et immobilisation sur saisie du vêtement au niveau des épaules (à une ou deux mains). La technique d’immobilisation en Ikkyo s’appelle « premier principe ».

Indices de succès : Après avoir procédé au retournement, en Irimi ou en Tenkan, Nage continue d’avancer en exécutant un petit saut, comme dans l’exercice 2.E de l’Annexe V : « Zenshin Waza » (p. 329). Durant ce déplacement, Nage pointe vers le sol l’index de la main qui effectue la saisie, tout en sécurisant le bras de Uke au niveau du coude avec son autre main. Ce faisant Uke est amené au sol face contre terre.

Pour appliquer l’immobilisation, Nage s’agenouille le long du bras de Uke (position Kiza). Avec légèreté, il place une main au niveau du triceps de Uke en diffusant le Ki sous le sol. Puis, de l’autre main, Nage enlève le jeu dans le poignet de Uke en l’étirant légèrement par la main, avec le concours de l’auriculaire.

Tout en maintenant la main et le bras de Uke parallèles au sol, Nage pointe le bout des doigts du partenaire vers sa tête, ce qui aura pour effet de le contraindre par une vive douleur s’il tente de s’échapper de la prise.


un5.2 – Kata-dori Nikyo : Contrôle par torsion du poignet en le bloquant sur l’épaule et immobilisation sur saisie du vêtement au niveau des épaules (à une ou deux mains).

Indices de succès : Après avoir procédé au retournement en Irimi ou en Tenkan, Uke se retrouvera penché, à mi-chemin vers le sol. C’est à ce moment-là que Nage relâchera la pression.

Naturellement, Uke tentera de se redresser pour s’échapper ou pour continuer son attaque. Lorsqu’il le fera, Nage en profitera pour retourner le poignet et le bloquer dans le creux de son épaule (Nikyo). Le bras de Uke doit toujours se retrouver plié.

Lorsque Uke sera redressé, Nage dirigera le Ki vers le bas avec sa main libre, en la posant sur le poignet de Uke. Ce dernier se retrouvera accroupi au sol en s’efforçant de se soustraire à la clé.
Pour amener Uke face contre terre, Nage effectuera un déplacement circulaire afin de l’entrainer au sol sans effort.

Nage immobilisera Uke sol en le tenant par le bras, comme s’il s’agissait d’un bébé, ce qui permettra de retirer le jeu des articulations avec grande légèreté.

Il n’aura alors qu’à tourner son centre pour contraindre Uke davantage si ce dernier tente de fuir.

Variations multiples :

Il existe de nombreuses façons d’appliquer Nikyo. Ainsi, sur l’attaque précédente (Kata-dori Nikyo), Nage pourrait brosser la main de Uke, puis la placer directement dans le creux de son épaule pour appliquer la technique. 

Sur une attaque par saisie d’un poignet du même côté (Katate-dori), Nage laissera tomber son bras lors de l’attaque de Uke, puis le ramènera vers le haut et vers l’extérieur. Cela permettra de casser la saisie de Uke. Au même moment, Nage saisira la main de Uke pour la placer dans le creux de son épaule afin de pouvoir compléter la technique.

Sur une attaque par saisie d’un poignet du côté opposé (Katate-kosadori) ou sur une attaque par saisie d’un poignet à deux mains (Katate-dori Ryote-mochi), on doit tout d’abord prendre l’initiative adéquatement.

Puis, on appliquera la technique en dirigeant le Ki vers le bas avec la main du poignet sous attaque. Préalablement, Nage aura bloqué le poignet de Uke avec sa main restée libre. Dans ces derniers cas, la technique ne requiert pas de placer le poignet de Uke dans le creux de l’épaule de Nage. En effet, la technique s’exécute directement avec les mains.


un5.3 – Kata-dori Sankyo : Contrôle par torsion du poignet et de l’avant-bras suivant un axe vertical et immobilisation sur saisie du vêtement au niveau des épaules (deux variations). La technique d’immobilisation en Sankyo s’appelle « troisième principe ».

Indices de succès :

a – Après avoir procédé au retournement en Irimi, Uke se retrouvera alors penché à mi-chemin vers le sol. À ce moment-là, Nage saisira le poignet de Uke avec sa main libre et se déplacera devant lui. Puis, Nage reculera et diffusera le Ki vers le sol, en contrôlant le bras de Uke durant la descente avec son autre main.

Nage immobilisera Uke au sol en le tenant par le bras, comme s’il s’agissait d’un bébé, ce qui permettra de retirer le jeu des articulations avec grande légèreté. Nage n’aura alors qu’à tourner son centre pour contraindre Uke davantage si ce dernier tente de fuir.

b – Après avoir procédé au retournement en Tenkan, Uke se retrouvera alors penché à mi-chemin vers le sol. À ce moment-là, Nage relâchera la pression.

Naturellement, Uke tentera de se redresser pour s’échapper ou pour continuer son attaque. Lorsqu’il le fera, Nage en profitera pour placer le poignet de Uke en visse (Sankyo) en remontant. Dans la prise, l’auriculaire de Nage croisera celui de Uke.

Nage maintiendra le bras de Uke plié à 90 degrés. Tournant vers Uke à partir du centre, Nage produira une vive réaction lorsqu’il croisera les Kikaï-tanden perpendiculairement.

De fait, Uke se retrouvera en équilibre sur la pointe des pieds. À ce moment-là, Nage dirigera le Ki au sol en y pointant ses index. C’est ainsi qu’il pourra amener Uke au sol, face contre terre, sans effort en effectuant un déplacement circulaire. Dans ce cas-ci, pour l’immobiliser, Nage maintiendra la prise d’une main en plaçant sa jambe le long du bras de Uke. Et, afin de contraindre Uke qui tenterait de s’échapper, Nage lui appliquera une pression sur le bras en descendant son centre avec grande légèreté.

Dans les deux approches de déplacement (dans la même direction ou non de la ligne d’attaque), Nage pourrait aussi projeter Uke vers l’avant (tel qu’illustré). Lorsque Uke se retrouvera en équilibre sur la pointe des pieds, Nage dirigera le Ki au sol tout en avançant avec un petit saut, comme dans l’exercice 2.E de l’Annexe V : « Zenshin Waza » (p. 329).


un5.4 – Kata-dori Yonkyo : Contrôle par pression sur les points sensibles du bord radial de l’avant-bras, près du poignet, et immobilisation, sur saisie du vêtement au niveau des épaules. La technique d’immobilisation en Yonkyo s’appelle « quatrième principe ».

Indices de succès : Après avoir procédé au retournement en Irimi ou en Tenkan, Uke se retrouvera penché, à mi-chemin vers le sol. Nage opèrera alors un changement dans la position de ses mains. En effet, Il commencera par saisir l’avant-bras de Uke de sa main libre. Puis, avec son autre main, il saisira l’avant-bras près du poignet de Uke. Par cette manœuvre, Nage relâchera la pression sur le bras de Uke.

Naturellement, Uke tentera de se redresser pour s’échapper ou pour continuer son attaque. Quand il commencera à le faire, Nage dirigera l’avant-bras de Uke vers le haut et continuera à monter jusqu’à ce que Uke en soit déstabilisé.

Les mains de Nage se retrouveront alors placées en coup de ciseau autour de l’avant-bras de Uke, comme s’il tenait un sabre. À ce stade, Nage opèrera avec la même sensation de légèreté développée dans la pratique de l’exercice 2.C de l’Annexe V : « Kaho Tekubi Kosa Waza » (p. 328).

Il dirigera alors le Ki vers le bas, tout en effectuant un déplacement circulaire, ce qui entrainera Uke au sol sans effort. L’immobilisation consiste à maintenir la saisie, à appuyer le genou sur le bras de Uke, puis à abaisser le centre lorsque ce dernier tente de s’échapper, ce qui provoquera une vive douleur qui forcera Uke au repos.


deux5.5 – Ryokata-dori Kokyu-nage : Projection par le souffle vital en levant et en abaissant le ou les bras, sur saisie du vêtement à deux mains simultanément, au niveau des épaules.

Indices de succès : Cette technique et ses nombreuses variantes dirigeant le Ki vers le haut, puis vers le bas, sont fréquemment utilisées lors des Randori. Les techniques suivantes sont exécutées à la manière de l’exercice 1 de l’Annexe V : « […] préparation au Randori » (p. 324). En voici trois variations :

Dans la première variation, levez les bras comme dans l’exercice dynamique 1.A de l’Annexe V : « Ikkyo Waza » (p. 324), puis laissez-les tomber. L’un des bras de Nage doit tomber sur celui de Uke. Ce faisant au bon moment, Uke sera dirigé vers le sol et passera sur le côté pour terminer la projection en roulade avant.

Dans la deuxième variation, levez les bras et tournez avec Uke en laissant tomber les bras comme dans l’exercice dynamique 1.B de l’Annexe V : « Zengo Waza » (p. 325).

Dans la troisième variation, Nage reproduit la même technique et abaisse l’avant-bras ou la main de Uke, mais en se déplaçant de côté pour sortir de la ligne d’attaque. Uke sera alors projeté sur le dos.

Comme il se doit dans un Randori à plusieurs attaquants, cette dernière variation de technique permet à Nage de se déplacer de côté avec légèreté, et ainsi de s’esquiver facilement des attaques des autres Uke, tout en projetant l’attaquant de manière à faire obstacle aux autres.


deux5.6 – Ryokata-dori Kokyu-nage Ojigi : Projection par le souffle vital effectuée en tournant à 180 degrés et en exécutant un salut à l’orientale, sur saisie du vêtement à deux mains simultanément, au niveau des épaules.

Indices de succès : Dès le début de l’attaque, Nage dirige le Ki de Uke vers le bas. Lorsque celui-ci tente d’agripper le vêtement, Nage dirige le Ki vers le haut en se redressant et en se tournant à 180 degrés. Puis, quand les Kikaï-tanden sont alignés côte à côte, Nage dirigera le Ki vers le bas en exécutant un salut à l’orientale à partir du centre, produisant ainsi la projection de Uke qui sera prise en roulade avant.

 


Retour en haut de la page


6- Attaques par coups de poing

Attaque par coup de poing du côté de la jambe avancée d’un demi-pas de Nage.

trois6.1 – Mune-tsuki Irimi Michibiki-kaeshi : Projection par retour d’énergie dans la ligne d’attaque, par Atémi du revers de la main avant (Shuto) à la gorge de Uke, sur attaque de coup de poing au thorax.

Indices de succès : Nage, une jambe avancée d’un demi-pas, abaisse le centre légèrement et fait passer Uke devant lui, en dirigeant le Ki vers le bas avec sa main avant. Un nouveau mouvement de Ki est alors produit dans la direction contraire de l’attaque et est suivi par le revers de la main de Nage.

L’Atémi est porté à la gorge de Uke, alors que la paume est tournée vers le sol. Le bout des doigts est utilisé telle une lame. À l’entrainement, Uke passera d’instinct en dessous de Nage, à la manière d’un voleur de but au baseball, afin d’éviter de se fracasser la trachée sur un bras inflexible.

Une variation de cette technique consiste à porter l’Atémi avec la main arrière, avec la paume de la main tournée vers le ciel.  


6.2 – Mune-tsuki Irimi Sudori : Projection en effectuant un déplacement vers l’avant pour se placer par terre en boule, au moment où Uke amorce son attaque de coup de poing au thorax.

Indices de succès : Nage amorce son déplacement en diffusant fortement le Ki vers le haut, puis vers le bas, en avançant, lorsqu’il s’affaisse au sol pour se placer en boule à 90 degrés par rapport à Uke.

Cette manœuvre bloque les jambes de Uke en mouvement, ne lui offrant d’autre choix que de passer par-dessus afin d’éviter de potentielles et sérieuses blessures aux jambes et aux genoux.

Cette technique utilisée fréquemment en Randori peut également être effectuée pour contrer d’autres attaques, par exemple une frappe de côté à la tête (Yokomen-uchi) ou une attaque par saisie à deux mains du vêtement au niveau des épaules (Ryokata-dori), une attaque au Tanto, Jo ou Boken, etc.

Dans certains cas, Nage peut également s’arrêter à mi-chemin, c’est-à-dire sans s’affaisser complètement au sol, en sortant légèrement de côté. Il effectuera alors la technique un peu à la manière d’un croc-en-jambe.

Pour Nage, cette technique peut sembler simple à exécuter comparativement à la difficulté de prise de chute pour Uke. 


deux6.3 – Mune-tsuki Kaiten-nage : Projection vers l’avant en faisant décrire au bras de Uke un grand cercle dans le plan vertical tout en lui maintenant la tête en position basse, ce qui le contraint à rouler, sur un coup de poing au thorax.

Indices de succès : Avec sa main avant, Nage prend l’initiative en dirigeant le Ki vers le bas tout en reculant légèrement. Ce faisant, sa main tombera infailliblement sur les environs du poignet de Uke.

En continuant avec un mouvement circulaire tout en tournant sur le côté à 90 degrés, le bras de Uke décrira un grand cercle dans le plan vertical. Pendant cette manœuvre, la main de Nage s’enroulera autour du poignet de Uke.

Avec sa main restée libre, Nage contrôlera la tête de Uke vers le bas, et lorsque les Kikaï-tanden se retrouveront alignés perpendiculairement, il sera en mesure de le projeter.

Il n’aura qu’à continuer le mouvement circulaire du bras et à cet instant, Uke sera projeté en roulade avant, dans la direction de l’attaque.


trois6.4 – Mune-tsuki Kiri-kaeshi : Projection produisant un changement de direction de la ligne d’attaque, sur attaque par un coup de poing au thorax (cette technique m’a été enseignée dans un rêve lucide).

Indices de succès : Quand l’attaque survient, Nage prend l’initiative en diffusant le Ki vers le bas et en tournant le centre à 180 degrés. Ce faisant, sa main tombera infailliblement sur le poignet de Uke. Nage l’entrainera dans son sillage en effectuant un déplacement circulaire (en Tenkan). Sous l’impulsion du mouvement, Uke continuera d’avancer légèrement quand, soudainement, Nage se retournera vers lui.

En repartant en sens inverse, Uke se retrouvera devant Nage qui en profitera pour diriger le Ki vers le bas en dirigeant le poignet de Uke vers l’extérieur.

De plus, avec son autre main, Nage dirigera le Ki vers le bas en brossant avec légèreté le cou de Uke comme s’il portait un Atémi (Shuto). La chute harmonieuse se produira en avançant lorsque les Kikaï-tanden se croiseront.


trois6.5 – Mune-tsuki Kokyu-nage Uchiwa-nage : Projection par le souffle vital, par Atémi du revers de la main à la gorge, avec déploiement porté dans un mouvement en demi-cercle, sur attaque de coup de poing au thorax.

Indices de succès : Nage dirige le Ki de Uke vers le bas en ramenant sa main vers lui. Puis, en avançant légèrement tout en se tournant de côté, il déploie son bras à la manière d’un éventail afin de porter, du revers du poing, un Atémi au visage de Uke (Mawashi Uraken Uchi).

L’Atémi porté est retiré immédiatement à la manière d’un coup de fouet. Pour éviter la frappe, un Uke avisé glissera en dessous du bras de Nage.

Qui donc a dit que dans la pratique de l’Aïkido, il n’y avait pas de frappe ou d’Atémi porté, mises à part les attaques de Uke qui, à un niveau avancé de maitrise, se doivent d’être foudroyantes?


un6.6 – Mune-tsuki Kote-gaeshi Katame : Contrôle par torsion du poignet vers l’extérieur, et immobilisation, sur coup de poing au thorax.

Indices de succès : Quand l’attaque survient, Nage prend l’initiative en diffusant le Ki vers le bas et en tournant le centre à 180 degrés. Ce faisant, sa main tombera infailliblement sur le poignet de Uke. Nage entrainera Uke dans son sillage dans un déplacement circulaire (en Tenkan). Puis, Il allongera l’autre main devant lui et arrêtera son déplacement.

Sous l’impulsion du mouvement, Uke continuera d’avancer. Nage guidera la main de Uke de sorte qu’elle entrera en contact avec sa main libre. Par le bout des doigts, le Ki sera dirigé au sol et causera la chute de Uke. Nage retiendra la main de Uke en avançant, ce qui aura pour effet de retourner Uke face contre terre.

Nage contrôlera Uke au sol en tenant son bras délicatement, comme s’il s’agissait d’un bébé, ce qui permettra de retirer le jeu des articulations avec grande légèreté. Nage n’aura alors qu’à tourner son centre pour contraindre Uke davantage quand ce dernier tentera de fuir.


deux6.7 – Mune-tsuki Kote-gaeshi Hantai-tenkan : Projection en déviant l’attaque et en exécutant un bond vers l’avant en tournoyant, puis en appliquant une torsion du poignet vers l’extérieur, sur coup de poing au thorax.

Indices de succès : Nage prend l’initiative en dirigeant le Ki vers le bas. Contrairement à la technique précédente (V.6.6), il saisit la main de Uke en sortant de côté, vers l’intérieur, puis exécute un déplacement circulaire pour le contourner. En effectuant un second déplacement circulaire en sens inverse, similaire à l’exercice 2.F de l’Annexe V : « Udefuri Choyaku Waza » (p. 329), Nage saisit au passage le poignet de Uke avec sa main restée libre.

Puis, en se déplaçant en arrière de Uke, Nage produit alors un mouvement vers le bas, puis vers le haut, avant de le projeter par une pression au poignet appliquée avec sa main libre.

Dans ce cas, Uke peut être projeté sur quelques mètres de distance. Il est important que Nage ne retienne pas Uke lorsqu’il commence son vol plané afin d’éviter de le blesser.


deux6.8 – Mune-tsuki Zenpo-nage : Projection vers l’avant en produisant un mouvement vers le bas, le haut, puis encore vers le bas, dans la direction de l’attaque, sur coup de poing au thorax.

Indices de succès : Nage doit s’adapter à la vitesse de l’attaque en se déplaçant harmonieusement avec Uke. Pour prendre l’initiative, Nage dirige mentalement le Ki vers le bas. Puis, en dirigeant le Ki vers le haut, il saisit le bras du partenaire à deux mains, l’une au poignet par-dessus la main de Uke et l’autre aux environs du triceps.

Se tournant de côté au même moment, Nage dirige le bras de Uke vers le haut. En avançant au rythme de l’attaque, il projette Uke dans un dernier mouvement de Ki vers le bas lorsque les Kikaï-tanden se croisent. La technique s’effectue de la même façon lorsque Uke l’attaque avec un couteau (Tanto).

 


Retour en haut de la page


7- Attaques par frappes directes du tranchant de la main à la tête, de haut en bas

Frappe directe du tranchant de la main à la tête, de haut en bas, du côté de la jambe arrière de Nage.


deux

7.1 – Shomen-uchi Ikkyo : Contrôle par flexion du poignet et immobilisation, sur frappe à la tête, de haut en bas, avec le tranchant de la main.

Indices de succès : Uke attaque du même côté que la jambe arrière de Nage. Aussitôt qu’il perçoit le Ki de l’attaque de Uke (voir section VII.3 : «L’intention et le rythme» [p. 171]), Nage dirige fortement le Ki vers le haut et monte son bras directement. De cette façon, il déviera l’attaque bien avant qu’elle prenne de l’amplitude.

a – Avec déplacement de Nage dans la même direction que la ligne d’attaque de Uke (Irimi) : Après avoir dévié l’attaque vers le haut, Nage prendra contact avec le bras de Uke au niveau du triceps et du poignet.

Cette manœuvre lui permettra de saisir subséquemment la main du partenaire. Le contrôle s’effectuera en avançant en ligne droite, à partir du centre, tout en effectuant un mouvement circulaire avec le bras qui tient la main de Uke au niveau de la paume.

b – Avec déplacement circulaire dans une autre direction que l’angle d’attaque de Uke (Tenkan) : Après avoir dévié l’attaque vers le haut, Nage se tournera et fera continuer l’attaque vers le bas en se penchant. Les Kikaï-tanden se retrouvent alors alignés parallèlement.

À ce moment, Nage qui aura saisi la main de Uke, entreprend un déplacement circulaire entrainant Uke au sol harmonieusement, en tournoyant, pour finalement effectuer le contrôle en Ikkyo tel que décrit précédemment.


un

7.2 – Shomen-uchi Kokyu-nage : Projection par le souffle vital par contrôle de la tête, sur frappe à la tête, de haut en bas, avec le tranchant de la main.

Indices de succès : Uke attaque du même côté que la jambe arrière de Nage. La technique s’exécute comme dans l’exercice 4.D décrit à l’Annexe V : « Shomen-uchi Kokyu-nage Waza » (p. 334).

Le premier mouvement de Nage consiste à diffuser le Ki vers le haut avec le bras du côté de sa jambe avancée, ce qui a pour effet de dévier l’attaque de Uke.

Ensuite, Nage pivote pour se placer de côté afin d’aligner les Kikaï-tanden à 90 degrés. Le Ki est alors diffusé vers le bas en continuant de tourner (éventuellement jusqu’à 180 degrés), tout en contrôlant la tête de Uke dans le creux de l’épaule.

Puis, le Ki est dirigé vers le haut, et une fois encore vers le bas pour produire la projection. Lorsqu’il termine la technique, Nage se retrouve de côté, dans le sens de la ligne d’attaque.

 


Retour en haut de la page


8- Attaques par frappes de côté à la tête

Attaque par frappe de côté à la tête, du côté de la jambe avancée de Nage.

Pour asséner l’Atémi (Shuto), Uke doit sortir de la ligne d’attaque avant d’arriver à une longueur de bras de Nage. Il attaque du même côté que la jambe avant de Nage afin d’aligner les Kikaï-tanden à 90 degrés, ce qui lui permettra d’offrir à Nage une attaque des plus foudroyantes.

Hé oui! le principe du double obèle, présenté à la section IX.1 (p. 186), s’applique aussi bien aux défenses qu’aux attaques. Ainsi, en attaquant du côté de la jambe arrière de Nage, Uke offrirait à ce dernier une attaque très faible, voire même, futile.

Afin de prendre l’initiative dans les techniques 8.1, 8.3 et 8.7, Nage se déplace légèrement, dans le sens de l’attaque de Uke, de sorte que les Kikaï-tanden s’alignent l’un en face de l’autre. Ce faisant, l’attaque de Uke devient veule et le rend momentanément sans défense.


deux8.1 – Yokomen-uchi Kokyu-nage Hachi-no-ji : Projection par le souffle vital suivant une trajectoire en forme de huit (8), sur une frappe de côté à la tête.

Indices de succès : Nage accueille la main de Uke avec grande légèreté, tel un cadeau. Il effectue alors un déplacement en avançant et en laissant courir sa main le long du bras de Uke jusqu’à son biceps, en tournoyant, ce qui va le conduire derrière lui.

Le Ki est d’abord diffusé vers le bas, en continuant de tourner (éventuellement jusqu’à 180 degrés) tout en contrôlant la tête de Uke dans le creux de l’épaule, puis le Ki est diffusé vers le haut, et encore une fois vers le bas afin de produire la projection.


trois8.2 – Yokomen-uchi Kokyu-nage Irimi : Projection par le souffle vital en avançant droit sur le bras de Uke, près de l’épaule, sur une frappe de côté à la tête.

Indices de succès : Lorsqu’il ressent le Ki du partenaire, c’est-à-dire bien avant que Uke se mette en mouvement, Nage amorce la technique.

Il diffuse donc le Ki vers le haut en avançant à partir du centre, afin de se rapprocher suffisamment de Uke pour placer directement le tranchant de sa main sur le biceps tout en descendant légèrement le centre.

Cette manœuvre aura pour effet de produire la chute de Uke, car sa propre attaque s’enroulera alors autour du bras de Nage. L’attaque de Uke est donc retournée illico contre lui. Plus forte et puissante sera l’attaque de Uke et plus expéditive en sera sa chute.


trois8.3 – Yokomen-uchi Kokyu-nage Ude-kime-nage : Projection par le souffle vital par extension du bras (biceps de Nage sous le triceps de Uke), et déplacement du corps vers l’avant, sur une frappe de côté à la tête.

Indices de succès : Afin de prendre l’initiative, Nage se déplace légèrement dans le sens de l’attaque de Uke de sorte que les Kikaï-tanden s’alignent l’un en face de l’autre. Ce faisant, l’attaque de Uke devient veule, le rendant momentanément sans défense.

Nage accueille la main de Uke avec grande légèreté, tel un cadeau. Il saisit le poignet de Uke en continuant d’avancer dans l’angle d’attaque tout en plaçant son autre bras sous le triceps de Uke, près du coude. Nage avance en dirigeant le Ki vers le haut dans un déplacement tel que décrit dans l’exercice 2.E : « Zenshin Waza » de l’Annexe V (p. 329). Lorsque les Kikaï-tanden se retrouvent alignés parallèlement, Nage dirige le Ki vers le bas avec la main tenant le poignet de Uke, tout en laissant tomber son autre bras, ce qui a pour effet de le projeter dans une roulade avant.

Variations : Cette technique, « Ude-kime-nage », peut être exécutée notamment sur une attaque par saisie d’un poignet du côté opposé (Katate-kosadori), sur une attaque par saisie d’un poignet à deux mains (Katate-dori Ryote-mochi) ou une attaque par saisies des poignets par-derrière (Ushiro Tekubi-dori), etc.


un8.4 – Yokomen-uchi Kokyu-nage Zenpo-nage : Projection par le souffle vital, vers l’avant, en produisant un mouvement vers le haut, puis vers le bas dans la direction de l’attaque, sur une frappe de côté à la tête.

Indices de succès : Lorsque survient l’attaque de Uke, Nage bondit sur place pour interchanger avec précision la position de ses pieds. Au même moment, il diffuse le Ki vers le haut en montant ses bras vers le ciel.

Ces manœuvres vont permettre de réaliser un alignement des Kikaï-tanden à 90 degrés. En continuant de tourner, Nage dirige le Ki vers le bas avec sa main située à l’extérieur tout en brossant la tête de Uke avec grande légèreté, comme s’il lui assénait progressivement un Atémi à la tête (Shuto) avec la paume de la main, ce qui a pour effet de projeter Uke dans une roulade avant.


trois8.5 – Yokomen-uchi Kokyu-nage Sudori-nage : Projection par le souffle vital par pivotement et déplacement du corps vers l’avant, sur une frappe de côté à la tête.

Indices de succès : Nage diffuse le Ki vers le haut en montant son bras, ce qui a pour effet d’accueillir l’attaque en la bloquant avec sa main, avec la plus grande légèreté.

Au même moment, il assène un Atémi de l’autre main, vers le haut, dans la région du larynx. Il s’agit d’un coup de poing dont l’index est mis en protubérance : Keiko-ken (coup porté appelé «œil de phénix»). Le coup porté avec grande légèreté va stopper la course de Uke et le faire reculer. Résultant des manœuvres de Nage, l’attaque de Uke devient veule, le rendant momentanément sans défense.

Nage saisit alors le poignet de Uke et pivote par l’intérieur. Lorsque les Kikaï-tanden seront alignés côte à côte, Nage dirigera le Ki vers le sol en abaissant le bras, tout en avançant dans le sens de la ligne d’attaque, ce qui projettera Uke dans une roulade avant.


8.6 – Yokomen-uchi Kote-gaeshi : Projection par torsion du poignet vers l’extérieur, sur une frappe de côté à la tête.

Indices de succès : Afin de prendre l’initiative, Nage se déplace légèrement, dans le sens de l’attaque de Uke, de sorte que les Kikaï-tanden s’alignent l’un en face de l’autre. Ce faisant, l’attaque de Uke devient veule, le rendant ainsi momentanément sans défense.

En effectuant un mouvement circulaire des bras, Nage accueille la main de Uke en plaçant les siennes par-dessus, afin de la contrôler et de l’amener vers le haut.

En continuant de décrire un cercle, Nage saisit d’une main le poignet de Uke en montant et applique, avec son autre main en redescendant, une torsion du poignet, vers l’extérieur.

Puis, durant la descente, Nage exécute un petit pas de côté dans le sens contraire de l’attaque, ce qui aura pour effet de contraindre Uke à prendre la voie des airs avant de retomber au sol.


un8.7 – Yokomen-uchi Shiho-nage : Projection par retournement de la main vers l’arrière et vers l’extérieur obligeant Uke à chuter pour se soustraire à la clé, sur une frappe de côté à la tête.

Indices de succès : Afin de prendre l’initiative, Nage se déplace légèrement dans le sens de l’attaque de Uke de sorte que les Kikaï-tanden s’alignent l’un en face de l’autre.

Ce faisant, l’attaque de Uke devient veule, le rendant momentanément sans défense. Nage accueille la main de Uke avec grande légèreté, tel un cadeau.

Nage saisit le poignet de Uke et se déplace dans l’une ou l’autre des deux directions, en avançant soit en continuant dans la direction de la ligne d’attaque (en Tenkan) ou dans le sens inverse (en Irimi). Il pivote alors sur place, ce qui a pour effet de retourner la main de Uke vers l’arrière.

Nage continue de tourner, et la chute de Uke se produira lorsque les Kikaï-tanden se croiseront à un angle de 90 degrés. Une analyse détaillée concernant cette technique est disponible à la section IX.2 : «L’alignement des Kikaï-tanden» (p. 188).

 


Retour en haut de la page


9- Attaques par saisies par-derrière

En mode dynamique, les partenaires débutent face à face. Uke se déplace rapidement pour saisir un poignet ou le bras de Nage, selon le cas, puis contourne ce dernier puis compléter l’attaque par-derrière.

En mode statique, on applique l’attaque directement par-derrière.

En mode Randori, Nage provoquera souvent ce genre d’attaque en tournant lègèrement le dos à un Uke se lançant sur lui. Et puisque Nage sait comment appliquer ces techniques en mode statique, alors, se faire attraper ne risque pas de le confondre.

Pour prendre l’initiative lorsque la technique est exécutée de manière dynamique dans le cas où Uke agrippe un poignet (Tekubi-dori), Nage dirige le Ki vers le haut, puis vers le bas en laissant tomber le premier bras sous attaque. Ensuite, il enchainera avec les données techniques présentées ci-après.


deux9.1 – Ushiro Tekubi-dori Kubishime Sankyo-nage : Contrôle par torsion du poignet et de l’avant-bras suivant un axe vertical, et projection, sur prise de strangulation et saisie d’un poignet par-derrière.

Indices de succès : Après avoir pris l’initiative, Nage lève les deux bras vers le haut à partir du bout des doigts lorsque Uke arrive derrière lui. Nage peut alors saisir le poignet de Uke au-dessus de sa tête et appliquer le contrôle de l’avant-bras suivant un axe vertical (Sankyo), en descendant les mains devant lui. Cette manœuvre empêchera Uke de compléter sa tentative de strangulation.

Tenant la prise avec grande légèreté, comme dans la pratique de l’exercice 3 de l’Annexe IV : « Sankyo Waza » (p. 323), Nage tourne son centre vers Uke de manière à le faire reculer légèrement.

Puis, il dirige le Ki vers le haut en pointant en direction de Uke les doigts de sa main libre, maintenant appuyée sur celle du partenaire, ce qui aura pour effet de faire monter ce dernier sur la pointe des pieds. À ce moment-là, Nage avance à partir du centre, dans un déplacement similaire à l’exercice 2.E : « Zenshin Waza » (p. 329), de l’Annexe V. Au terme de ce déplacement qui entrainera Uke dans son sillage, Nage n’aura plus qu’à diriger le Ki directement au sol, du bout de ses doigts, produisant ainsi la chute. Uke encaissera la projection en exécutant une roulade avant.

« Sankyo-nage » est également applicable lorsque Uke attaque par saisie des deux mains par-derrière (Ushiro Tekubi-dori). Dans ce cas, la saisie de la main de Uke par Nage, pour appliquer la clé (Sankyo), s’effectuera après avoir ramené les bras de Uke devant soi en reculant légèrement.


deux9.2 – Ushiro Tekubi-dori Kokyu-nage Zenpo-nage : Projection vers l’avant en produisant un mouvement vers le haut, puis vers le bas (dans la direction de l’attaque), sur attaque par saisie des deux poignets par-derrière.

Indices de succès : Après avoir pris l’initiative, Nage lève les deux bras, paumes tournées vers le haut, à partir du bout des doigts, lorsque Uke arrive derrière lui.

Il dirige alors le Ki vers le bas, en pointant ses doigts vers le sol, tout en avançant la jambe du côté anticipé de la projection. Nage exécute exactement les mouvements décrits dans l’exercice 4.A : « Ushiro Tekubi-dori Zenshin Waza » (p. 333).


trois9.3 – Ushiro Tekubi-dori Kote-gaeshi : Projection par torsion du poignet vers l’extérieur, sur attaque par saisie des deux poignets par-derrière.

Indices de succès : Après avoir pris l’initiative, Nage lève les deux bras, à partir du bout des doigts, paumes tournées vers le haut, lorsque Uke arrive derrière lui. Nage exécute les mouvements décrits dans l’exercice 4.B : « Ushiro Tekubi-dori Koshin Waza » (p. 333), de l’Annexe V, c’est-à-dire qu’il recule en abaissant les bras et en se déplaçant légèrement de côté.

Cependant, il ne descend pas entièrement au sol, car Uke serait indubitablement projeté comme dans la technique précédente. Il arrête son mouvement vers le sol, à mi-chemin. Ce faisant, les partenaires se retrouveront presque face à face.

Nage sera alors à même de saisir la main de Uke et de l’entraîner dans un mouvement circulaire, vers le haut, afin d’appliquer une torsion du poignet vers l’extérieur en redescendant, ce qui produira la chute de Uke.


deux9.4 – Ushiro Tekubi-dori Ikkyo : Contrôle par flexion du poignet et immobilisation, sur attaque par saisie des deux poignets par-derrière.

Indices de succès : Après avoir pris l’initiative, Nage lève les deux bras, à partir du bout des doigts, paumes tournées vers le haut, lorsque Uke arrive derrière lui. Nage exécute les mouvements décrits dans l’exercice 4.B : « Ushiro Tekubi-dori Koshin Waza » (p. 333), de l’Annexe V, c’est-à-dire qu’il recule en abaissant les bras.

Ce faisant, Nage pourra appliquer une pression sur le bras de Uke au niveau du triceps, près du coude, pour l’amener au sol, face contre terre, dans un déplacement rectiligne (Irimi), ou dans un déplacement circulaire (Tenkan).

Durant la descente, Nage se saisira du poignet de Uke afin d’appliquer la flexion de contrôle au sol, appelée Ikkyo, et ce, avec la légèreté développée dans la pratique de l’exercice 1 de l’Annexe IV : « Ikkyo Waza » (p. 323).

Pour un complément d’information concernant l’application de la clé d’immobilisation, voir la technique 5.1 : « Kata-dori Ikkyo » de l’annexe VI (p. 349).


deux9.5 – Ushiro Tekubi-dori Kokyu-nage Ura-gaeshi : Projection par le souffle vital, par retournement, en tournant le dos, sur attaque par saisie des deux poignets par-derrière.

Indices de succès : Après avoir pris l’initiative, Nage dirige le Ki vers le haut en levant le bras attaqué lorsque Uke commence à passer derrière lui. Nage ne bouge pas son autre bras, lequel est maintenu le long de son corps.

Gardant les bras en pleine extension naturelle, il se tourne dans le sens contraire de l’attaque, ce qui provoque un retournement de Uke qui tente d’agripper l’autre main de Nage, toujours placée en bas, le long du corps. À la fin du retournement, Nage étend ses bras de chaque côté en se déplaçant légèrement pour produire la projection, avec esthétisme.


troisVI.9.6 – Ushiro-dori Kokyu-nage : Projection par le souffle vital en avançant, sur prise par-derrière à bras-le-corps.

Indices de succès : Pour prendre l’initiative, on procède de la manière décrite à la section VIII.1 : «La non-résistance sur le plan physique» (p. 177). Ainsi, Nage tournera ses mains ouvertes en pointant les auriculaires vers l’extérieur, afin d’enlever le jeu, même très subtil, de la prise de Uke.

Pour appliquer cette technique, on utilisera exactement les mêmes mouvements que ceux décrits dans l’exercice 4.C : Ushiro-dori Waza » de l’Annexe V (p. 334). Le Ki est dirigé vers sol, par le bout des doigts, dans un déplacement vers l’avant à partir du centre, ce qui contraint Uke à lâcher la prise et à chuter en roulade avant.

 


Retour en haut de la page


10- Attaques par coups de pied

trois

10.1 – Mae-geri Irimi Michibiki-kaeshi : Projection par retour d’énergie dans la ligne d’attaque, par Atémi du revers de la main avant (Shuto) à la gorge de Uke, sur coup de pied frontal.

Indices de succès : Tournant le centre à 90 degrés, Nage fait passer l’attaque de Uke en dirigeant le Ki vers le bas avec les doigts de la main. Un nouveau mouvement de Ki est alors produit en direction inverse de la trajectoire d’attaque, avec la même main, et il s’ensuit l’Atémi porté du revers de la main (Shuto) à la gorge de Uke.

L’Atémi est porté à la gorge de Uke, alors que la paume est tournée vers le sol. Le bout des doigts est utilisé telle une lame. À l’entrainement, Uke passera d’instinct en dessous de Nage, à la manière d’un voleur de but au baseball, afin d’éviter de se fracasser la trachée sur un assemblage de bras inflexible.

Une variation de cette technique consiste à porter l’Atémi avec la main arrière, avec la paume de la main tournée vers le ciel.


trois10.2 – Mawashi-geri Kokyu-nage Ashi-dori : Projection par le souffle vital, effectuée par saisie et retournement de la jambe de Uke, sur coup de pied circulaire fouetté dans un mouvement partant de l’extérieur vers l’intérieur.

Indices de succès : Au déclenchement de l’attaque, Nage prend l’initiative en se déplaçant légèrement du côté intérieur, c’est-à-dire dans le sens de l’attaque.

Cette manœuvre a pour effet d’annihiler la force du coup de pied en le rendant veule. Simultanément, Nage accueille la jambe en l’enroulant avec son bras, provoquant ainsi le retournement de Uke. Nage avancera alors pour provoquer la chute de Uke en roulade avant.

 


Retour en haut de la page


11- Attaques lorsque Nage est dans la position seiza

Lorsque l’attaque est pressentie, Nage se redresse et replie ses orteils pour s’appuyer sur la partie avant de la plante du pied (position Kiza).

deux11.1 – Zagi-handachi Mune-tsuki Kote-gaeshi : Contrôle par torsion du poignet vers l’extérieur, et immobilisation, sur coup de poing au thorax.

 

Indices de succès : Nage prend l’initiative en dirigeant le Ki de Uke vers le bas, tout en tournant le centre à 180 degrés. Ce faisant, sa main tombera infailliblement sur celle de Uke.

Nage retourne alors le poignet de Uke en sens inverse de l’attaque afin d’appliquer une torsion du poignet vers l’extérieur. Par le bout des doigts, le Ki est alors dirigé au sol, et entraine la chute de Uke.

Avec sa main libre placée au niveau du coude de Uke, Nage retient le partenaire tout en se redressant légèrement et en guidant son bras, ce qui a pour effet de le retourner face contre terre.

Nage contrôle Uke au sol en tenant son bras comme s’il s’agissait d’un bébé, ce qui permettra de retirer le jeu des articulations avec grande légèreté. Nage n’aura alors qu’à tourner son centre pour contraindre Uke dans ses tentatives de s’échapper.


deuxVI.11.2 – Zagi-handachi Shomen-uchi Kokyu-nage : Projection par le souffle vital sur frappe directe du tranchant de la main (Shuto) à la tête, de haut en bas.

Indices de succès : Le premier mouvement de Nage consiste à diffuser le Ki vers le haut avec le bras du côté opposé à l’attaque de Uke, ce qui a pour effet de dévier ladite attaque. Puis, Nage pivote pour se placer de côté, soit à 90 degrés par rapport à Uke.

Le Ki est alors diffusé vers le bas, tout en contrôlant la tête de Uke qui sera dirigée dans le creux de l’épaule, puis vers le haut, et encore vers le bas, ce qui produira la projection.


deux

11.3 – Zagi-handachi Yokomen-uchi Zenpo-nage : Projection vers l’avant en produisant un mouvement de Ki vers le haut, puis vers le bas, dans la direction de l’attaque, sur une frappe de côté à la tête.

Indices de succès : Uke sort de la ligne d’attaque pour asséner un Atémi du tranchant de la main (Shuto) au côté de la tête ou au cou de Nage (voir le préambule de la section 8 de la présente annexe [p. 360], pour plus d’information).

Sur l’attaque de Uke, Nage diffuse le Ki vers le haut en montant ses bras vers le ciel. Ces manœuvres vont permettre de réaliser un alignement des Kikaï-tanden.

En continuant de tourner, Nage dirige le Ki vers le bas avec sa main située à l’extérieur, tout en brossant la tête de Uke de son autre main, avec grande légèreté, comme si, progressivement, il lui assénait un Atémi de la paume (Shuto).

Nage opère ces manœuvres en tournant jusqu’à 180 degrés. Ce faisant, il fera alors de nouveau face à Uke et fin prêt à continuer avec d’autres techniques.

 


Retour en haut de la page


12- Tanto dori (attaques au couteau)

deux12.1 – Tantodori Mune-tsuki Ikkyo : Contrôle par flexion du poignet, sur attaque de coup de couteau (Tanto) porté directement au thorax.

Indices de succès : Nage prend l’initiative en dirigeant le Ki vers le bas, en reculant avec un petit saut, comme dans l’exercice 2.E : « Koshin Waza » de l’Annexe V (p. 329).

Ce faisant, sa main tombera infailliblement sur celle de Uke. Nage saisira la main de Uke en sortant de côté, vers l’intérieur, et en se déplaçant derrière lui. Nage effectuera alors un mouvement circulaire du bras, de bas en haut et de haut en bas, à la manière des mouvements de l’exercice 10 de l’Annexe III : « Ude-mawashi Waza » (p. 322).

Pointant ses doigts vers le bas, Nage entrainera Uke au sol dans un déplacement avant, en ligne droite, ou dans un déplacement circulaire. Une fois Uke arrivé au sol, face contre terre, Nage appliquera la technique d

’immobilisation en Ikkyo afin de contraindre Uke à lâcher le Tanto. Pour un complément d’information concernant l’application de la clé, voir la technique 5.1 : « Kata-dori Ikkyo » de l’annexe VI (p. 349).

Nage s’emparera du Tanto et effectuera une clé de bras afin de placer la paume de la main de Uke sur le haut de son dos. Pour l’aider à reprendre aisément Ma-aï (distance adéquate séparant Nage et Uke durant le moment précédant une attaque), Nage maintiendra la pression sur la main de Uke tout en se relevant avant de s’éclipser.


deux12.2 – Tantodori Mune-tsuki Kote-gaeshi : Projection par torsion du poignet, vers l’extérieur, sur coup de couteau (Tanto) porté directement au thorax.

 

Indices de succès : Nage prendra l’initiative en dirigeant le Ki de Uke vers le bas en tournant le centre à 180 degrés. Ce faisant, sa main tombera infailliblement sur le poignet de Uke. Nage se déplacera derrière Uke en l’entrainant brièvement dans son sillage dans un déplacement circulaire (en Tenkan).

Puis, il laissera tomber le bras qui guide la main de Uke. Cette manœuvre fera en sorte que ce dernier va se retourner vers Nage qui dirigera alors le Ki vers le haut pour appliquer une torsion du poignet vers l’extérieur, en descendant. La main libre de Nage pointera vers le sol en enroulant les doigts de la main de Uke qui tient le Tanto, le contraignant à lâcher prise. C’est alors que Nage en profitera pour projeter Uke tout en s’emparant facilement du Tanto.

Cette technique s’exécute de la même manière pour une attaque d’estoc portée avec un sabre (Boken) ou avec un bâton de marche (Jo). Dans ces cas-là, puisque Uke tiendra ces armes à deux mains pour porter l’attaque, Nage n’aura qu’à saisir la main avant de la prise de Uke pour appliquer la technique.


deux

12.3 – Tanto-dori Sakate-mochi Yokomen-uchi Irimi Gokyo : L’attaque consiste en une frappe de côté à la tête, la lame du Tanto pointant du côté de l’auriculaire de Uke. Il s’ensuit une projection par agrippement de la main de Uke et une immobilisation en exerçant un contrôle au coude et au poignet par une pression sur l’avant-bras. La technique d’immobilisation en Gokyo s’appelle « cinquième principe ».

Indices de succès : Dès que Uke amorce son attaque, Nage entre directement dans la ligne d’attaque en dirigeant le Ki d’une main, vers le haut, pour prendre contact avec l’avant-bras de Uke. Au même moment, de l’autre main, il assène à Uke un Atémi vers le haut, dans la région du plexus solaire. Il s’agit d’un coup de poing avec phalanges tournées vers le haut (Ura-tsuki) dont celle du majeur est mise en protubérance (coup porté appelé «tête du dragon»).

En raison des manœuvres de Nage, Uke vacillera vers l’arrière, ce qui rendra son attaque veule. Avec la main ayant porté l’Atémi, Nage saisira le poignet de Uke par le dessus, puis pivotera par l’extérieur en laissant tomber son bras.

Il continuera de tourner en dirigeant le Ki vers le bas et en sécurisant la technique avec son autre main désormais placée près du coude. Cette manœuvre entrainera harmonieusement Uke au sol, face contre terre. Nage s’agenouillera par terre, le long du bras de Uke immobilisé de côté (à 90 degrés).

Puis, avec légèreté, il placera une main au niveau coude de Uke tout en diffusant le Ki sous le sol. Toujours en agissant avec la plus grande légèreté, Nage pourra alors soulever le coude et le plier en ramenant la main de Uke.

Quand une légère pression sera appuyée sur son coude, Uke sera contraint de lâcher sa prise du Tanto. Nage pourra ainsi s’en emparer, puis se relever sans crainte en maintenant toujours la pression sur le coude de Uke.


deux12.4 – Tanto-dori Shomen-uchi Kokyu-nage : Projection par le souffle vital par contrôle de la tête, sur frappe directe à la tête, de haut en bas avec un couteau (Tanto).

Indices de succès : Uke attaque du même côté que la jambe arrière de Nage. La technique s’exécute comme dans l’exercice 4.D décrit à l’Annexe V : « Shomen-uchi Kokyu-nage Waza » (p. 334). Le premier mouvement consiste à diffuser le Ki vers le haut avec le bras du côté de la jambe avant de Nage, ce qui aura pour effet de dévier l’attaque de Uke.

Ensuite, Nage pivotera pour se placer de côté afin d’aligner les Kikaï-tanden à 90 degrés. Le Ki sera alors diffusé vers le bas en continuant de tourner (éventuellement jusqu’à 180 degrés), tout en contrôlant la tête de Uke dans le creux de l’épaule. Puis, le Ki est dirigé vers le haut, et une fois encore vers le bas pour produire la projection. Quand Nage laissera tomber son bras, sa main s’abattra naturellement sur le poignet de Uke.

Nage tient alors le poignet de Uke de sorte que le tranchant du Tanto pointe vers l’extérieur. Autrement dit, s’il s’agissait d’un vrai couteau, Nage ne se blesserait pas. Pour retourner Uke face contre terre, Nage se déplacera en contournant Uke en marchant alentour de lui. Uke se retrouvera alors sur le ventre et c’est à ce moment-là que Nage s’emparera du Tanto.


deux12.5 – Tantodori Ushiro-tsuki Kote-gaeshi : Projection en pivotant à partir du centre, puis par torsion du poignet vers l’extérieur, sur coup porté au dos avec un Tanto.

Indices de succès : Uke tient Nage en joue en pointant un Tanto dans son dos, prêt à le lui enfoncer au moindre mouvement. Se tenant les mains en l’air, Nage initiera la technique en pivotant à 180 degrés à partir du centre. Cette manœuvre le fera sortir de la ligne d’attaque tout en déclenchant l’attaque de Uke vers l’avant. En continuant de pivoter, Nage laissera tomber son bras, ce qui lui permettra de saisir la main de Uke et de l’entrainer dans son sillage avec un déplacement circulaire (en Tenkan).

Nage guidera alors la main de Uke de sorte qu’elle entrera en contact avec sa main libre placée devant lui. Le Ki sera alors dirigé au sol par le bout des doigts, ce qui causera la chute de Uke. Au même moment, Nage en profitera pour confisquer le Tanto à Uke.

Cette technique se pratique aussi lorsque Nage est tenu en joue par Uke avec une arme à feu ou un sabre (Boken). Elle se pratique également lorsque tenu en joue de face. Dans ce dernier cas, même si Uke n’a qu’à presser la gâchette d’un pistolet au moindre mouvement de Nage, ce dernier sera plus rapide que lui simplement en tournant son torse à partir du centre avant de saisir la main qui tient l’arme.

Par contre, si Nage essaie de saisir l’arme directement, Uke aura le temps de presser la détente à chaque fois.

J’ai eu l’occasion de tester cette technique à maintes reprises, notamment durant ma formation de gendarme canadien. D’un point de vue martial, le temps requis par le corps pour en arriver à faire quelque chose après en avoir reçu l’ordre du cerveau s’avère très lent. C’est pourquoi il est préférable de faire confiance à l’intuition, car cette dernière est opérante instantanément (pour un complément d’information, voir chapitre VII : «Percevoir le Ki, l’intention et le rythme du partenaire» [p. 162]).


deux12.6 – Tantodori Yokomen-uchi Shiho-nage : Projection par retournement de la main vers l’arrière et vers l’extérieur, obligeant Uke à chuter pour se soustraire à la clé, sur une frappe de côté à la tête.

Indices de succès : Uke attaque du côté de la jambe avant de Nage. Il sort de la ligne d’attaque quand il se déplace pour asséner un coup au côté de la tête ou au cou de Nage avec le tranchant du Tanto.

Pour prendre l’initiative, Nage se déplace dans le sens de l’attaque de Uke de sorte que les Kikaï-tanden s’alignent l’un en face de l’autre. Ce faisant, l’attaque de Uke devient veule, et le rend momentanément sans défense.

Nage accueille la main de Uke avec grande légèreté, tel un cadeau. Il saisit le poignet de Uke et se déplace dans l’une ou l’autre des deux directions, soit dans la même direction que la ligne d’attaque (en Tenkan), ou dans le sens contraire à la direction de la ligne d’attaque (en Irimi).

Il pivote alors sur place, ce qui a pour effet de retourner vers l’arrière la main de Uke tenant le Tanto. Nage continue de tourner et la chute de Uke se produira, sans effort, lorsque les Kikaï-tanden se croiseront à un angle de 90 degrés.

Une analyse détaillée concernant cette technique est disponible à la section IX.2 : «L’alignement des Kikaï-tanden» (p. 188).

Lorsque Uke commencera à tomber, Nage sera en mesure de s’emparer du Tanto. La technique s’effectue également lorsque Uke attaque avec un Boken ou un Jo. Dans ce cas-ci, le Boken ou le Jo subit un contrôle particulier vers le haut avant de pivoter pour éviter tout contact de Nage avec l’arme.

 


Retour en haut de la page


13- Jo dori (défenses sur attaques de Uke avec un bâton de marche)

trois13.1 – Jodori Mune-tsuki Kokyu-nage Kiri-kaeshi : Projection par le souffle vital impliquant pour Uke un changement de direction de 180 degrés de sa ligne d’attaque par retournement, sur coup droit porté au thorax.

 

Indices de succès : Uke attaque en avançant pour porter un coup d’estoc au thorax de Nage. Ce dernier prend l’initiative en dirigeant le Ki de Uke vers le bas avec son bras, en tournant le centre à 180 degrés. Ce faisant, sa main tombera infailliblement sur le Jo de Uke.

Nage se déplace alors derrière Uke en l’entrainant brièvement dans son sillage dans un déplacement circulaire, tout en laissant tomber le bras guidant le Jo. Cette manœuvre fera en sorte que Uke va se retrouver face à Nage. À cet instant, Nage retournera le Jo et le saisira à deux mains.

En continuant son mouvement circulaire du Jo, il dirigera le Ki au sol en avançant dans la direction opposée à la ligne d’attaque. Uke sera alors projeté en roulade avant.


trois13.2 – Jodori Mune-tsuki Kokyu-nage Tsuki-kaeshi : Projection par le souffle vital, par retournement de Uke dans le sens contraire à sa ligne d’attaque, sur coup droit porté au thorax.

Indices de succès : Uke attaque en avançant pour porter un coup d’estoc au thorax de Nage. Ce dernier prend l’initiative en tournant son centre à 90 degrés tout en dirigeant le Ki vers le sol, ce qui lui permettra d’accueillir le Jo de Uke et de le saisir à deux mains.

Les bras de Nage suivent l’impulsion du Jo créée par l’attaque.

Ce faisant, Nage entraine Uke en face de lui. Il dirige alors le Ki vers le ciel, en avançant, ce qui fera pivoter Uke sur lui-même. Lorsque les Kikaï-tanden se retrouvent alignés parallèlement, Nage pointe le Jo au sol pour produire la projection.


trois13.3 – Jodori Mune-tsuki Kokyu-nage Zenpo-nage : Projection par le souffle vital en produisant un mouvement vers le haut, puis vers le bas dans la direction de l’attaque, sur coup d’estoc porté au thorax.

Indices de succès : Uke attaque en avançant pour porter un coup d’estoc au thorax de Nage. Ce dernier prend l’initiative en tournant son centre à 90 degrés tout en dirigeant le Ki vers le sol, ce qui lui permet d’accueillir le Jo de Uke et de le saisir à deux mains.

Nage devra cependant s’adapter à la vitesse de l’attaque en se déplaçant harmonieusement avec Uke dans le sens de la ligne d’attaque.

En continuant de tourner, Nage dirige le Ki vers le haut. Ce faisant, les Kikaï-tanden se retrouveront alignés côte à côte. En avançant au rythme de l’attaque, Nage projette Uke dans un dernier mouvement de Ki vers le bas.


trois13.4 – Jodori Shomen-uchi Kote-gaeshi : Projection par torsion du poignet vers l’extérieur, sur frappe directe à la tête de Nage, de haut en bas, avec un Jo.

Indices de succès : Nage prend l’initiative en dirigeant le Ki de Uke vers le bas en tournant le centre à 180 degrés tout en abaissant un bras. Infailliblement, sa main tombera sur le poignet de Uke.

Nage se déplace derrière Uke en l’entrainant brièvement dans son sillage dans un déplacement circulaire tout en laissant tomber le bras qui guide la main avant de Uke. Cette manœuvre fera en sorte que Uke se retournera vers Nage. Ce dernier dirigera alors le Ki vers le haut et appliquera une torsion du poignet vers l’extérieur, en descendant. La main libre de Nage pointera vers le sol en enroulant les doigts de Uke qui tiennent le Jo, contraignant ainsi ce dernier à lâcher prise. Nage en profitera alors pour s’emparer facilement du Jo tout en projetant Uke.

Cette technique s’exécute de la même manière pour une attaque portée avec un sabre (Boken ou Katana). Et, puisqu’il n’y a que des droitiers dans le maniement du sabre japonais, la technique ne se pratique que d’un seul côté, soit le gauche (voir la note de bas de page no 228 [p. 383] pour un complément d’information).


trois13.5 – Jo-dori Yoko-barai Kokyu-nage : Projection par le souffle vital sur coup porté latéralement à l’abdomen.

Indices de succès : Uke attaque sans arrêt, de gauche à droite et de droite à gauche, en tentant de frapper Nage de côté à l’abdomen. Lors des attaques, Nage recule légèrement pour se placer hors de portée du Jo. Il amorcera la technique en se déplaçant vers l’avant dès que la pointe de l’arme passera devant lui.

La technique s’exécute comme dans l’exercice 4.D décrit à l’Annexe V : « Shomen-uchi Kokyu-nage Waza » (p. 334). Le premier mouvement consiste à diffuser le Ki vers le haut, en avançant droit devant. Le Ki est alors diffusé vers le bas en tournant, tout en contrôlant la tête de Uke dans le creux de l’épaule. Puis, le Ki est dirigé vers le haut, et une fois encore vers le bas afin de produire la projection.

Quand Nage laissera tomber son bras, sa main s’abattra naturellement sur le poignet de Uke. Il saisira alors le poignet. Pour retourner Uke face contre terre, Nage se déplacera en contournant Uke en marchant de côté. Uke se retrouvera alors sur le ventre et c’est à ce moment-là que Nage s’emparera du Jo. La technique s’effectue aussi dans le cas d’une attaque au sabre (Boken).


trois13.6 – Jo-dori Yokomen-uchi Kokyu-nage Zenpo-nage : Projection par le souffle vital, vers l’avant (dans le sens de l’attaque), sur une frappe de Jo portée de côté à la tête.

Indices de succès : Uke attaque du côté de la jambe avant de Nage. Uke sort de la ligne d’attaque lorsqu’il se déplace pour asséner un Atémi avec le Jo au côté de la tête ou au cou de Nage.

Nage doit s’adapter à la vitesse de l’attaque en se déplaçant harmonieusement avec Uke. Sur l’attaque, Nage recule d’un pas et en même temps, diffuse le Ki vers le haut en montant ses bras vers le ciel. Ces manœuvres permettront de réaliser un alignement des Kikaï-tanden à 90 degrés.

En continuant de tourner, Nage dirige le Ki vers le bas, avec sa main située à l’extérieur, et saisit le Jo. Simultanément, avec son autre main, Nage dirige Uke en le frappant avec légèreté aux environs du haut de son bras. Uke est alors contraint de chuter en roulade avant et de lâcher le Jo, ce qui permet à Nage de le récupérer.

 


Retour en haut de la page


14- Jo nage (défense avec un bâton de marche)

 

trois

14.1 – Jo-nage Kokyu-nage : Projection par le souffle vital, sur saisie à deux mains du Jo par Uke.

Indices de succès : Nage prend l’initiative en laissant tomber légèrement la pointe du Jo que Uke tente de saisir. Au même moment, Nage tournera de côté, ce qui amènera Uke devant lui. Les Kikaï-tanden se retrouvent alors alignés à 90 degrés.

Nage n’aura donc plus qu’à diriger le Ki vers le haut dans un mouvement circulaire au-dessus de la tête de Uke, puis vers le bas, ce qui aura pour effet de le projeter au sol.


trois14.2 – Jo-nage Kokyu-nage Ashi-sukui : Projection par le souffle vital par balayage de l’arrière de la jambe, sur saisie du Jo à deux mains, par Uke.

Indices de succès : Nage prend l’initiative en laissant tomber devant lui la pointe du Jo que Uke tente de saisir.

Nage retire alors soudainement le Jo de la portée de saisie de Uke en exécutant un grand mouvement circulaire qui aboutit à une frappe de la jambe de Uke au niveau de son mollet. Uke est alors balayé au sol.


trois14.3 – Jonage Kokyu-nage Kiri-kaeshi : Projection par le souffle vital laissant passer l’attaquant afin de produire un changement de direction par retournement, sur saisie du Jo à deux mains, par Uke.

Indices de succès : Nage prend l’initiative en dirigeant le Ki vers le bas, tout en tournant son corps à 90 degrés et accueille l’attaque de Uke.

Décrivant, avec le Jo, une trajectoire en forme de huit (8), Nage fait passer Uke complètement de l’autre côté pendant cette manœuvre.

Pour projeter Uke, Nage se déplacera vers l’avant en dirigeant le Ki vers le haut, puis vers le bas. Pour se protéger, Uke sera ainsi contraint de prendre la chute en roulade avant.


trois14.4 – Jonage Kokyu-nage Zenpo-nage : Projection par le souffle vital vers l’avant en produisant un mouvement vers le haut, puis vers le bas, dans la direction de l’attaque, sur saisie du Jo à deux mains par Uke.

Indices de succès : Nage doit s’adapter à la vitesse de l’attaque en se déplaçant avec Uke. Pour prendre l’initiative, il dirige mentalement le Ki vers le bas, puis abaisse le Jo lorsque Uke le saisit. Puis, en dirigeant le Ki vers le haut et en tournant à 90 degrés, les Kikaï-tanden vont se retrouver alignés. Nage abaissera alors le Jo, ce qui produira la chute du partenaire en roulade avant.

Nage peut aussi tenir le Jo avec une prise inversée des mains (Sakate-mochi), soit une saisie du Jo où les auriculaires sont orientés vers l’avant.


trois14.5 – Jonage Kote-gaeshi : Projection par torsion du poignet vers l’extérieur, sur saisie à deux mains du Jo par Uke.

Indices de succès : Nage prend l’initiative en dirigeant le Ki vers le bas tout en abaissant le Jo. Nage remonte alors le Jo vers le haut en le retournant vers l’extérieur, puis vers le bas afin de produire une torsion sur le poignet de Uke.

Les Kikaï-tanden doivent se retrouver alignés face à face ou à 90 degrés pour réaliser la technique harmonieusement et sans effort. Pour réaliser la projection, Nage n’aura qu’à avancer le centre vers l’avant au moment où il abaisse le Jo.


trois14.6 – Jonage Nikyo : Contrôle par torsion du poignet en le bloquant autour du Jo de Nage, sur saisie du Jo à deux mains, par Uke.

Indices de succès : Nage prend l’initiative en laissant tomber légèrement la pointe du Jo que Uke tente de saisir.

Au même moment, Nage tournera de côté, ce qui amènera Uke devant lui. Les Kikaï-tanden se retrouveront alors alignés à 90 degrés. C’est à ce moment-là que Nage retourne le Jo sur lui-même afin de bloquer le poignet de Uke et de diriger le Ki vers le bas. Pour compléter la projection, Nage avancera en diffusant le Ki droit au sol.

Pour une explication détaillée de cette technique voir la section IX.3 : «Le mouvement des axes de communication énergétique» (p. 192).


trois

14.7 – Jo-nage Shiho-nage : Projection par retournement de la main, vers l’arrière et vers l’extérieur, obligeant Uke à chuter pour se soustraire à la clé, sur saisie du Jo à deux mains par Uke.

 

Indices de succès : Au moment où Uke saisit le Jo, Nage pivote sur place et tourne le centre pour aligner les Kikaï-tanden à 90 degrés, tel que décrit à la section IX.2 : «L’alignement des Kikaï-tanden» (p. 188). Par cette manœuvre, Uke tentera de se soustraire à la clé, ce qui provoquera la chute de ce dernier.

 


Retour en haut de la page


15- Tachi dori (attaques au sabre)

trois

15.1 – Tachi-dori Shomen-uchi Irimi Sudori Kokyu-nage : Projection par le souffle vital par contrôle de la tête après esquive de dos, sur frappe directe à la tête, de haut en bas.

Indices de succès : Nage se tient debout avec une jambe avancée d’un demi-pas. Lorsque Uke attaque, Nage procède à une esquive qui le fera passer dos à Uke. Il reproduit fidèlement l’exercice 4.E décrit à l’Annexe V (p. 335).

Cette manœuvre va décontenancer Uke et permettre à Nage de s’en rapprocher. Lorsque ce dernier se retrouve complètement derrière Uke, il lève aussitôt les deux bras vers le ciel en diffusant le Ki vers le haut. Ainsi, lorsque Uke se retournera en poursuivant Nage pour l’attaquer de nouveau, il se livrera de lui-même aux mains de Nage.

Ce dernier exécute alors l’exercice 4.D décrit à l’Annexe V : « Shomen-uchi Kokyu-nage Waza » (p. 334). Le Ki est diffusé vers le bas en tournant, éventuellement jusqu’à 180 degrés, tout en contrôlant la tête de Uke dans le creux de l’épaule.

Puis, le Ki est dirigé vers le haut, et une fois encore vers le bas pour produire la projection. Quand Nage laissera tomber son bras, sa main s’abattra naturellement sur les poignets de Uke. Nage tiendra alors le Boken de sorte que le tranchant pointera vers l’extérieur. Autrement dit, s’il s’agissait d’un sabre réel, Nage ne se couperait pas.

Pour retourner Uke face contre terre, Nage se déplacera en contournant Uke tout en marchant de côté. Uke se retrouvera alors sur le ventre et c’est à ce moment-là que Nage s’emparera du Boken. Cette technique peut se faire de la même façon avec une attaque au Jo.


trois

15.2 – Tachi-dori Shomen-uchi Irimi-dori : Projection par mouvement de haut en bas en avançant dans le sens de l’attaque et en agrippant le sabre de Uke avec la main droite, sur frappe directe à la tête, de haut en bas.

Indices de succès : Nage prend l’initiative en dirigeant le Ki de Uke vers le bas en tournant son centre à 180 degrés. Avec un peu de pratique, sa main tombera infailliblement sur la poignée du Boken. Ainsi, les Kikaï-tanden se retrouveront alignés côte à côte.

Puis, Nage dirige le Ki vers le haut en se déplaçant vers l’avant, dans le sens de la ligne d’attaque, puis vers bas. Pour se protéger d’une collision avec le sol, Uke sera alors contraint de lâcher sa prise du Boken et de prendre une chute en roulade avant. Cette technique se réalise également avec une attaque au Jo.


trois15.3 – Tachi-dori Yokomen-uchi Irimi Kokyu-nage : Projection par mouvement vers le haut en frappant légèrement l’avant-bras et la main de Uke, au moment où celui-ci amorce son attaque de frappe de côté à la tête.

Indices de succès : Uke attaque du côté de la jambe avant de Nage. Il sort de la ligne d’attaque lorsqu’il se déplace pour asséner un Atémi avec le Boken au côté de la tête ou au cou de Nage. Pour plus d’information concernant l’attaque, voir le préambule de la section 8 de la présente annexe (p. 360).

Quand Nage ressent le Ki du partenaire, c’est-à-dire bien avant que Uke se mette en mouvement, il amorce la technique. Il diffuse alors le Ki vers le haut, en avançant à partir du centre, afin d’établir un léger contact avec Uke en plaçant ses mains sur les poignets de ce dernier.

Après le contact, Nage abaisse son centre. Uke tombera parce qu’il sera déséquilibré dès le début de l’attaque. En effet, l’attaque de Uke rencontrera les bras inflexibles de Nage. Ainsi, plus forte et puissante sera l’attaque de Uke et plus expéditive sera sa chute. Cette technique peut se faire de la même façon avec une attaque au Jo.


Retour en haut de la page


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *