Méditation ZEN

La mudra « Dhyani » est utilisée dans la méditation Zen. Cette méditation porte le nom de Zazen (d’où l’expression « faire Zazen »). En position assise en tailleur (Agura), ou en position Seiza (sur les genoux), la main droite se place dans la main gauche, le tout reposant vers le bas avec légèreté, paumes vers le haut et les pouces se touchant à peine. On dira de la Mudra : « tenir une fourmi entre les pouces sans l’écraser et sans la laisser s’échapper ».

Pour l’exercice, entrons en méditation profonde avec la mudra Dhyani en focalisant notre attention au Centre situé dans le bas-ventre (Kikaï-tanden). Puis, remplaçons l’idée de tenir la fourmi par celle de tenir notre propre essence divine et réalisons que notre destin, notre éveil et notre réalité sont bel et bien entre nos mains et que nous disposons d’un pouvoir infini qui est régi par notre seule volonté.

Méditer consiste à attendre que le calme de l’esprit se manifeste totalement. Cet éveil se nomme « Satori ». Bien sûr, nous avons Satori lorsque nous coordonnons le corps et l’esprit. La méditation nous permet simplement faire grandir davantage cette illumination.

En cours de méditation, lorsque des idées parasites surgissent de notre mental, nous ne devons pas tenter de lutter contre elles. Comme des nuages qui défilent dans le ciel, nous devons simplement laisser ces interférences s’évanouir tout en continuant l’exercice. La vacuité résultant de ce non-effort c’est le chemin de la conscience pure.

Ceux qui l’expérimenteront se rendront compte que ce sont probablement là les meilleurs moments de leur vie!

La Mudra Dhyani est aussi appelée « Zen », le « Symbole de la formule cachée ». La neuvième Mudra des neuf sceaux (le Kuji-kiri) incorporés dans le Ninjutsu et le Bujutsu pour invoquer différentes divinités et protecteurs bouddhiques. Cette Mudra est liée à l’ouverture à l’Univers et à l’invisibilité. Le Ninja fut un guerrier libre du moyen âge japonais spécialisé dans l’art de la furtivité et de l’assassinat.

C’est le symbole de la forme cachée (Ongyo, ou Inkei). Ce sceau permet à l’individu de percer complètement son propre esprit, pour s’ouvrir à l’univers, demander la protection des forces cosmiques, et devenir « invisible » aux yeux des impurs.


Le mantra associé est : On A Ra Ba Sha No-O Sowaka
(je suis la vacuité et la lumière)

Divinité à visualiser : Zõchõ T’en, Patron de la croissance avec un sabre ou une lance.

Comme dans la méditation du Yoga japonais, on aussi peut utiliser des bols tibétains.


Note : Lorsqu’on tient la pierre de Ki ou un autre petit objet pour méditer, c’est avec la main gauche et c’est la main droite qui se retrouve en dessous sans joindre les pouces.

Abonnez-vous à l'infolettre du DOJO

Pour plus d'information, contactez-moi !

Shihan Jean-Rock Fortin, M.A.
Québec, QC, Canada
Courriel : [email protected]
Téléphone : (418) 650-5494

A propos Shihan Jean-Rock Fortin, M.A.

Globetrotteur par affaires et pour le plaisir, et Orientaliste, je suis instructeur d'arts martiaux (maitre-enseignant de Ki-Aïkido [Shihan] & Art Martial Cognitif [AMC]), Fondateur du Dojo de lumière Ki-Aïkido-Kaï Québec (2010), "Séancier" de Kiatsu, Radiesthésiste, Coutelier d'art à mes heures (spécialisé dans la fabrication de Katanas modernes), Conférencier et Auteur du livre "Ki - Le Chemin de l'Éveil" (2018). Je suis également Coach de vie et Consultant en développement des organisations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *