Pourquoi se refuse-t-on de guérir ?

La médecine associe à plus de 90% la majorité des maux à des causes d’origines psychosomatiques. Ceci nous indique l’importance de l’interaction de l’esprit sur le corps. C’est pourquoi la plupart du temps les problèmes de santé sont d’ordre émotionnel faisant suite à des événements marquants (conflits, situations difficiles, etc.).

Paradoxalement, la médecine traditionnelle tente de soigner le corps alors que c’est l’esprit qui est principalement à l’origine des maux. De fait, la médecine est experte en maladies, mais ne se préoccupe pas beaucoup de la santé.

Identifier ces événements marquants, en prendre conscience et rétablir les blocages énergétiques suffisent souvent à régler des problèmes de santé (cliquez ce lien pour connaître un processus de Kiatsu : https://jrfortin.com/jrf/blog/le-kiatsu-et-la-resolution-quantique-des-causes-emotionnelles/).

Les affections d’ordre physique, quant à elles, ont pour cause des accidents, un milieu ou un mode de vie malsain, des parasites ou un empoisonnement physique ou psychologique (ex. : vaccins; masques; distanciation sociale; produits chimiques nocifs déversés dans l’environnement par voie aérienne, dans l’eau ou autrement; médicaments à effets secondaires indésirables; eau de mauvaise qualité; ondes électromagnétiques nocives comme celles de la 5G; phénomènes naturels comme des cheminées cosmotelluriques, etc.).

Il y a quelques années, j’ai été affligé de problèmes gastriques en raison d’une hernie hiatale congénitale. Mon médecin de famille m’avait prescrit comme il se doit une pilule bleue que je devais prendre une fois par jour pour le restant de ma vie. Je n’étais pas d’accord et j’ai fait des recherches. Lorsque j’ai revu le médecin, je l’ai informé que je m’étais soigné avec du confit de gingembre qu’on trouve à l’épicerie du coin.

Il me demanda combien j’en ingurgitais par jour. Je lui ai dit que j’en ai mangé modérément durant trois jours il y avait deux ans de cela, et depuis je n’ai eu aucun problème. Par la suite, mon bilan de santé s’était avéré parfait. Alors, le médecin m’a demandé : qu’est-ce que je pourrais bien te prescrire? Vous en rendez-vous compte?

Un ami s’est même fait dire par un cardiologue de ne plus revenir à son cabinet parce qu’il n’avait rien à prescrire. En effet, mon ami avait soigné son problème cardiaque avec de l’avoine. Il a trouvé cette alternative parce que le médicament prescrit avait comme effet secondaire qu’il ne puisse plus marcher. Il existe des millions d’exemples de ce type. Il y a toujours une alternative saine et naturelle à tous les maux qu’on puisse imaginer.

Mes anecdotes sont banales, mais démontrent que les protocoles que suivent les médecins semblent viser à enrichir l’industrie pharmaceutique qui contrôle leur ordre professionnel. Ils ne peuvent déroger de ces protocoles sous peine de perdre leur droit de pratique. Au Québec, ils n’ont même pas le droit de référer un patient à un autre type de thérapeute comme à un ostéopathe ou à un acuponcteur, etc. Pour ma part, pour des problèmes de santé et un bilan annuel, je fais affaire avec un thérapeute quantique (qui m’a d’ailleurs sauvé la vie).

Ainsi, la médecine traditionnelle est orientée vers la prescription de médicaments pour traiter les symptômes de la maladie plutôt que d’en éliminer les causes qui produisent des blocages énergétiques. Ces derniers empêchent le flux d’énergie vitale de circuler harmonieusement dans notre corps. Cette circulation de Ki est essentielle à notre survie et à notre bien-être.

Par ailleurs, notre ADN permet d’interagir avec la Source, ce champ quantique rempli d’énergie (de Ki) et dont est tiré la réalité de notre corps et aussi celle du monde physique. Chacun a en lui la capacité innée de s’autoguérir par la simple force de son intention. Le Dr Joe Dispenza l’a appliqué sur lui-même par suite d’un terrible accident de voiture. Il est un thérapeute mondialement connu pour ses travaux sur les capacités de guérison de l’esprit et il l’a prouvé !

Mais alors pourquoi y a-t-il des gens qui ne veulent pas guérir?

À la lumière des indices suivants, une personne peut procéder à une introspection sincère d’elle-même, de son être, de ses pensées et de ses attitudes afin de repérer les raisons qui l’empêchent de guérir. Il s’agit évidemment d’une liste non exhaustive, mais c’est un bon début :

1- Les commandes erronées à l’Univers

Lorsque malade, on peut commander la santé à l’Univers. Il existe diverses façons et techniques pour y arriver, et ça fonctionne, sauf si la commande est erronée. Il faut retenir que le subconscient n’enregistre pas la négation. Par exemple, si on dit : « je ne suis pas malade! » ça inscrit dans le subconscient « je suis malade! » … et vous le serez.

Si on dit « ça va bien aller! », ça signifie que présentement ça va mal. D’ailleurs, si on teste la stabilité corporelle avec un test de Ki, une personne prononçant cette phrase sera facilement déstabilisée physiquement, indiquant ainsi une perte de coordination corps-esprit. La personne se faisant dire cette phrase sera aussi déstabilisée (à moins qu’elle soit très évoluée spirituellement). C’est d’ailleurs judicieux de tester physiquement des affirmations pour les valider. Suivez ce lien pour comprendre comment y parvenir. https://jrfortin.com/jrf/blog/le-zen-des-pratiques-erronees-attention/

Si on dit « je vais guérir! », ça signifie : « je suis malade! ». On doit plutôt affirmer : « je suis en santé! », et on doit le faire au temps présent, car le futur n’existe pas. C’est pourquoi on peut guérir. On choisit la réalité alternative à la présente lorsqu’on commande à l’Univers.

Bouddha disait : « Tout ce que nous sommes est le résultat de ce que nous avons pensé, est fondé sur nos pensées, est fait de nos pensées. L’esprit est tout. Nous devenons ce que nous pensons !».

Si vous pensez négativement, vous annihilez l’accès à votre potentiel en brisant votre coordination corps-esprit. Résultat : votre fréquence vibratoire diminue et cause ou entretien la maladie. Si au contraire vous pensez positivement, alors votre fréquence vibratoire augmente et votre système immunitaire est à son meilleur.

2- La non-prise en charge de soi

La prise en charge de soi implique de changer de modes de vie sans regret.

Étant jeune, voici les choses que je ne faisais pas : méditer; renouveler mon Ki avec des pratiques énergétiques variées; pratiquer la pensée positive; dynamiser l’eau que je bois; manger le plus possible d’aliments végétaux vivants; utiliser des huiles essentielles, des thés, des tisanes, et des sons aux fréquences variées; avoir confiance en soi et en l’Univers; renoncer à l’emprise de l’égo; faire mon kéfir; jardiner, etc. Maintenant que je fais tout ça, je suis heureux et en excellente santé.

Vous avez assurément rencontré comme moi des gens qui, par exemple, vous diront en toute dissonance cognitive des choses telles que : « Encore un clou de cercueil! » (en regardant leur mégot de cigarette se consumer); ou, « Heureusement que pour mes problèmes de cholestérol je prends une pilule tous les jours » (ça me permet de manger gras comme je veux); ou encore, « Ce n’est pas parce que je fume trois paquets de cigarettes par jours que je suis atteint d’emphysèmes, c’est parce que mon employeur m’a exposé à des poussières », etc.

Tout cela fait partie des nombreux pièges du mental. La peur du changement ou de perdre quelque chose, même bénéfique parfois est régulée par le cerveau reptilien qui recherche la ritualisation. Il est parfois difficile de changer parce que les habitudes et les rituels sont souvent bien ancrés en nous. De fait, 95% de ce nous faisons nous vient de notre programmation subconsciente. Le 5 % restant opère le vrai schéma de décisions et des choix conscients que nous faisons. On doit parfois se reprogrammer pour guérir. Il ne s’agit que de bonne volonté.

3- L’effet de Halo pour justifier l’effet nocebo

Nous connaissons tous l’effet placebo, ce phénomène qui anime des croyances à un point tel que celles-ci agissent sur l’énergie vitale pour produire une guérison. Avaler une pilule de farine suffit pour guérir si le patient en est convaincu. Parfois, c’est parce que le médecin influence le patient en raison d’une altération psychologique appelée « effet de halo » ou « effet de notoriété ».

Cet effet est produit par un biais cognitif lié aux caractéristiques mêmes de la perception. Ainsi, l’effet de halo va attribuer de fausses qualités à des personnes en raison de leur statut, et non pas pour ce qu’elles sont réellement. Beaucoup de personnes peuvent croire que le médecin est infaillible. Tant mieux si le résultat est positif pour le patient, mais ça pourrait bien ne pas être le cas.

Ainsi, dans le cas d’une maladie grave, le médecin peut prévoir dans le temps la dégradation du patient, puis sa rémission à la suite de traitements sévères, puis sa rechute et finalement sa mort, tout en mentionnant qu’il n’existe pas d’alternatives. Hé bien dans de pareils cas, si le patient croit au médecin c’est exactement ce qui va se passer. Le médecin va même pouvoir se vanter d’avoir prévu tout ça alors qu’il a très bien pu influencer le patient au point de l’amener dans son schéma funeste. C’est ce qu’on appelle l’effet nocebo.

Ne croyez personne d’autre que vous-même! Un bon médecin ou un bon thérapeute peut vous guider vers la guérison, mais c’est vous qui décidez d’y arriver et non les influences extérieures illusoires.

4- Les gains indirects de rester ou de tomber malade

Il existe de nombreux avantages d’entretenir une maladie ou une affection. Prenons l’exemple d’un travailleur qui bénéficie d’indemnités récurrentes à la suite d’un accident de travail.  Il peut arriver qu’inconsciemment ce dernier entretienne sa condition afin de continuer à recevoir des prestations et ainsi éviter un retour au travail dans l’entreprise où il s’est un jour blessé.

Il s’agit ici d’un mécanisme de défense subconscient. De tels mécanismes sont très utiles, mais ne font pas la différence entre ce qui souhaitable ou non. Nous devons définir clairement ce que nous souhaitons et reprogrammer ainsi le subconscient. Des techniques méditatives avec mudras permettent d’y arriver.

Un autre exemple, celui d’une personne qui souscrit à une assurance cancer. Le subconscient peut interpréter ce geste comme un souhait le conduisant à entretenir l’idée d’en bénéficier. C’est très dangereux et cela pourrait être un élément déclencheur de la maladie.

5- La culpabilité

Nous avons tous subi des conditionnements basés sur des schémas irrationnels. L’un d’eux est religieux. On dira qu’il faut souffrir pour gagner le Paradis. Suivant cet adage, la souffrance s’avère incontournable, donc on doit être malade, c’est ce qu’il nous faut subir pour s’assurer d’une place de choix dans l’au-delà. C’est évidemment faux! On doit contrer ces influences négatives et revoir ses valeurs, et partir à la rencontre de son Moi supérieur. On doit s’harmoniser avec la nature.

Dans d’autres cas, certains diront qu’en comparaison avec d’autres ils sont chanceux d’avoir juste cette maladie ou cette affection. Encore une fois c’est une façon de penser qui est désastreuse parce qu’elle suggère d’en avoir davantage, d’avoir encore plus de maladies. En effet, l’être humain est là pour évoluer et prospérer. Pour y voir plus clair, on crée l’abondance de ce qu’on choisit selon notre point d’attention. Si on exprime de la gratitude envers la vie pour la santé (ou les choses) que l’on a, elle va grandir. L’abondance est une fonction naturelle de la vie des humains.

Finalement, enfoui dans les profondeurs du subconscient, il peut se trouver un sentiment de culpabilité pour de mauvaises actions que l’on a un jour posées. Des « péchés » selon nos valeurs et notre sens de l’éthique. Alors, pour expier ces « péchés » on se punit soi-même. Le pire c’est que l’on n’en a pas conscience. Ça peut même provenir de tourments karmiques de vies antérieures. Des techniques méditatives appropriées permettent de briser ce schéma (cliquez ce lien pour en voir un exemple : https://jrfortin.com/jrf/blog/meditation-guidee-therapeutique-shihan-jean-rock-fortin/)

6- Les processus évolutifs

Lorsque ma conjointe a mal à la tête, elle me demande de lui appliquer des pressions avec Ki de chaque côté des tempes selon les techniques de Kiatsu. Le mal disparaît comme par enchantement. Mais parfois, elle me signale son mal de tête, mais ne demande pas de pressions qui comme elle le sait lui enlèverait ce désagrément. Pourquoi? Eh bien, c’est parce qu’elle opère un processus évolutif, c’est-à-dire qu’elle chemine d’elle-même vers l’autoguérison.

Un mal de tête est souvent bénin, mais les mêmes processus s’appliquent dans les cas de maladies graves. Parfois, on doit demander de l’aide…

Dans certaines approches holistiques de promotion de la santé, le thérapeute de médecine alternative doit entendre la personne à soigner lui formuler une demande formelle, sans quoi : pas de traitement! Chose intéressante, lorsqu’on indique au sujet qu’il doit formuler une demande d’aide, il s’y refuse à plus de 50% du temps.

On dit que la volonté sincère de guérir résout 90% d’un problème de santé. Aussi, un thérapeute qui guérirait une personne sans sa demande et son consentement s’expose à un dilemme éthique. En effet, en guérissant une personne à son insu, le thérapeute s’attire les foudres du sujet et même de l’Univers parce qu’il interfère dans les processus évolutifs du sujet.

7- L’irresponsabilité

Beaucoup de gens font confiance à d’autres pour savoir ce qui est bon pour eux. Le médecin doit forcément savoir ce qui est bon pour moi? Et aussi, les gouvernements, et les médias et surtout les politiciens de notre époque au service de l’État profond… Ces derniers savent assurément ce qui est bon pour vous, ils veulent votre bien et ils feront tout pour l’obtenir!

Mais comment un prétendu journaliste de TVA ou de RC peut savoir que vous devriez vous faire vacciner? Vous connait-il à ce point? Sait-il qui vous êtes? Et comment un médecin peut suggérer le même traitement à tout le monde pour une affection alors que nous sommes tous différents et que nous vivons différemment et que nous évoluons dans des milieux différents?

Ne laissez pas quelqu’un d’autre vous dire ce qui bon pour vous, car vous seul le savez. Reprenez votre pouvoir divin et assumez votre souveraineté, faites confiance en votre ressenti et à vos intuitions, sans subir d’influences extérieures. Au besoin, réfléchissez profondément, et faites des recherches s’il le faut, il n’y a que vous qui soyez responsable de vous-mêmes.

Si les humains de la planète avaient compris cela, il n’y aurait aucun vacciné de la grippe dans notre monde. N’écoutez personne d’autre que vous. Vous pouvez faire la différence entre le vrai et le faux, entre le bien et le mal? Alors, prouvez-le… à vous-même.

8- Vivre en mode peur

Il n’existe véritablement que deux émotions : l’Amour et la peur. Lorsqu’une personne vie en mode peur il n’y a plus de rationalité et la fréquence vibratoire tombe dramatiquement basse, laissant la place à la maladie et aux comportements irrationnels. Nous avons vu que beaucoup ne veulent pas guérir malgré que leur plus grande peur c’est celle de mourir.

En instillant la peur, en mentant sans arrêt de manière éhontée par l’entremise des médias, on a réussi à imposer au monde des mesures sanitaires qui sont totalement inutiles, nuisibles pour la santé, absurdes et liberticides. La peur de la mort, quoique entièrement injustifiée dans cet exemple, a convaincu une grande partie de la population de se faire injecter à titre expérimental une masse de produits toxiques visant explicitement à détruire leur système immunitaire.

Il y a aussi la peur de ne plus voyager ou de ne plus aller dans des lieux publics, soit la peur de perdre quelque chose. À cet égard, de nombreuses personnes se sont fait injecter le produit non pas pour améliorer leur santé, mais bien pour des raisons idiotes comme pouvoir aller au resto ou même de risquer de gagner à la loterie. Cette manipulation malveillante, cette propagande, a convaincu des humains de faire la file comme du bétail que l’on conduit à l’abattoir. Assister à un pareil génocide peut s’avérer perturbant même pour les humains sur le chemin de l’éveil.

En mode Amour, c’est très différent, les vibrations sont très élevées. L’Amour est le plus grand pouvoir de l’être humain. Cette émotion conduit à l’éveil spirituel, à la création de nouvelles réalités (dont la santé) et à des niveaux de conscience supérieurs. Pour reprendre notre pouvoir nous devons affirmer notre souveraineté divine et exercer réellement notre libre arbitre. La santé de tout notre être en dépend.

On a demandé à Bouddha : « Qu’as-tu gagné grâce avec la méditation ? » Et il répondit : Rien! Cependant, laisse-moi te dire ce que j’ai perdu : « la colère, la dépression, la folie, la peur d’être vieux et celle de mourir ». Cliquez ce lien pour voir la procédure des cinq points de pressions pour contrer la peur, créer l’Amour et retrouver notre vraie nature (https://jrfortin.com/jrf/blog/pba/).

9- Penser négativement

Toute pensée négative nous coupe de la Source, brise notre coordination corps-esprit et cause du stress à notre corps, alors que les pensées positives font tout le contraire. Se plaindre est certainement l’une des pires attitudes. Beaucoup de gens qui se plaignent et qui reçoivent de la pitié d’autres personnes qui se livrent au jeu de les écouter, en retirent des montées de dopamine.

Alors, si leur condition s’améliorait, ils ne pourraient plus se plaindre autant, alors pour eux, de manière inconsciente évidemment, ils y perdraient au change. Alors ils restent malades pour qu’on leur prête attention et qu’on s’occupe d’eux. Voici un article issu d’études variées qui démontrent l’impact négatif de se plaindre sur la santé d’une personne : https://jrfortin.com/jrf/blog/une-nouvelle-recherche-revele-que-se-plaindre-vous-rend-litteralement-malade-et-vous-tue-a-petit-feu/)

Lorsque quelqu’un se plaint de sa santé, on ne doit pas y prêter attention, car c’est notre propre énergie vitale qui est alors vampirisée. Vous remarquerez que si vous faites ça, beaucoup de plaintifs ne voudront plus interagir avec vous.

Vous ne devez pas faire preuve de pitié envers d’autres personnes, mais bien de compassion au sens divin. De cette manière, si vous êtes, ou aspirez fortement à ce niveau d’évolution, alors vous transmettrez vos fortes vibrations qui sont d’ores et déjà thérapeutiques.

 

En espérant que ceux qui liront ceci comprendront que l’esprit domine la matière et qu’ils ne sont que lumière et vibrations !

Shihan Jean-Rock Fortin, M.A.


POURQUOI LES GENS NE GUÉRISSENT PAS ?
Par Maria de los Angeles Rodeiro

« Parce que la guérison est très désagréable ! » Les obstacles à la guérison comprennent le fait d’abandonner de vivre dans le passé, de cesser d’être une victime et la peur du changement.

Diriger notre pensée et notre énergie sur notre passé se fait au détriment de nos cellules et de nos organes qui ont besoin d’énergie pour fonctionner et guérir. La guérison exige de vivre dans le présent et de récupérer l’énergie piégée dans nos traumatismes et dans nos blessures.

La seule raison de nourrir et de garder le passé vivant, c’est l’amertume de ce qui s’est passé.
Refuser de pardonner à un évènement ou à une personne du passé produit des fuites d’énergie. Le pardon guérit les fuites. Le pardon n’a rien à voir avec le fait de ne pas responsabiliser les autres pour les blessures qu’ils ont causées.

Quand nous arrivons à voir un évènement douloureux de notre vie comme un message ou un défi plutôt que comme une trahison personnelle, l’énergie de vie liée à cet évènement reflue vers les circuits énergétiques de notre corps physique.

Les gens ne guérissent pas parce qu’ils ne se sont pas libérés de l’illusion d’être une victime. La guérison exige souvent des changements de mode de vie, d’environnement et de relations.
En cela, le changement peut être effrayant !

Il est facile de rester dans un circuit d’attente, en affirmant que l’on ne sait pas quoi faire, alors que c’est rarement vrai. En fait, lorsque nous restons dans un circuit d’attente et que nous savons exactement ce qu’il faut faire, c’est que nous sommes terrifiés par le fait d’agir en conséquence.

Le changement est effrayant, et le temps d’attente donne un sentiment de sécurité, alors que la seule façon d’acquérir véritablement ce sentiment de sécurité est d’entrer dans le tourbillon des changements et de se sentir vivant à nouveau.

La guérison nécessite une action : manger correctement, l’exercice quotidien, penser autrement, … produisent des changements sains dans le physique.

Relâcher le passé, laisser tomber les emplois stressants ou les relations inappropriées sont des actions qui libèrent l’énergie du corps. Ce qui améliore l’une améliore l’autre, la puissance physique et l’Énergie sont intimement liées. »

Abonnez-vous à l'infolettre du DOJO

Pour plus d'information, contactez-moi !

Shihan Jean-Rock Fortin, M.A.
Québec, QC, Canada
Courriel : [email protected]
Téléphone : (418) 650-5494

A propos Shihan Jean-Rock Fortin, M.A.

Globetrotteur par affaires et pour le plaisir, et Orientaliste, je suis instructeur d'arts martiaux (maitre-enseignant de Ki-Aïkido [Shihan] & Art Martial Cognitif [AMC]), Fondateur du Dojo de lumière Ki-Aïkido-Kaï Québec (2010), "Séancier" de Kiatsu, Radiesthésiste, Coutelier d'art à mes heures (spécialisé dans la fabrication de Katanas modernes), Conférencier et Auteur du livre "Ki - Le Chemin de l'Éveil" (2018). Je suis également Coach de vie et Consultant en développement des organisations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *