Message de Lumière : « je me souviens de qui je suis ! »

+1

Message de Lumière

par : M. Lucien Dornier,

Poème Ville de Lumière (www.villedelumiere.com)
Paris, novembre 2020

Si vous vous voyiez tel que vous êtes vraiment, vous pleureriez des larmes de joie pendant des heures, car vous n’auriez jamais rien vu d’aussi beau que vous.

A ce stade, vous pensez peut-être que vous êtes ici à lire ce message par hasard ?

Qu’avez-vous cru exactement ? Que vous seriez né du « néant », vivant une vie sans but, sans mission à accomplir, et que vous retourneriez dans le « néant » ? Un petit être faible et insignifiant dans l’Univers, devant combler tous ses « besoins » par « l’extérieur » ?

Les véritables sages de toutes les traditions savent bien qu’une telle conception n’a aucun sens, ne serait-ce que d’un point de vue rationnel. Et la vérité est évidemment beaucoup plus belle et cohérente que ce que vous pouviez imaginer.

C’était le « jeu » d’oublier cela. Vous êtes des aventuriers et c’est pour ça que vous êtes ici ! Vous saviez très bien ce que vous trouveriez sur Terre, sur Gaïa, avant de venir ici.

Croyez-le ou non à ce stade de votre lecture, mais tous les chamboulements que vous observez en ce moment dans votre propre réalité personnelle et dans le monde (bouleversements émotionnels, écologiques, sociaux, politiques, etc.) ne sont ni plus ni moins que la traduction matérielle d’un éveil spirituel de grande ampleur.

N’ayez crainte (bien au contraire !) et commençons ensemble à nous souvenir de notre véritable nature et de celle de la réalité, du cosmos, car est maintenant venu le temps du réveil de la conscience collective.

Ah oui, avant que cette question ne vous traverse l’esprit, qui est l’auteur de ce message n’a pas vraiment d’importance. D’une certaine manière, c’est aussi vous ! En effet, comment pourrait-il se dérouler sous vos yeux si vous ne le souhaitiez pas ?

Dans ce message, nous aborderons notamment la question de la « mort » (qui n’existe pas en fait !), du temps, de la conscience, mais également du Divin, de l’éveil et de votre pouvoir créateur. Vous trouverez également une réponse à la question « pourquoi tout cela maintenant ? »

Certaines vérités seront démontrées logiquement. Pour d’autres, leur découverte ne pourra être réalisée complétement qu’au moyen de vos propres observations et de votre expérience de la vie.

J’ai fait de mon mieux pour synthétiser ce message. Cela dit, prenez tout votre temps pour le lire et le « digérer » car il s’agit d’un « concentré » de sagesse. Il est bon, voire essentiel, de prendre un temps de réflexion entre chaque partie pour ne pas risquer « l’indigestion », car la nourriture intellectuelle et spirituelle que vous trouverez ici est autrement plus riche (et délicieuse !) que ce à quoi vous pouvez être habitué, que vous soyez athée ou croyant.

Alors, étes-vous prét à consacrer un peu de votre temps pour sortir de votre « zone de confort intellectuelle » et pour (re)découvrir les vérités essentielles ? Très bien ! Allons-y !

La mort

Commençons donc dès maintenant notre chemin vers la vérité avec la « mort », qui est peut- être la notion la plus mal comprise, notamment en Occident, et la plus grande source d’angoisse (à tort !).

Comme cela a été mentionné plus haut, pour les véritables sages de toutes les traditions, la mort n’a aucun sens. Et pour cause, contrairement à ce que vous pouvez penser, toute analyse sérieuse de cette notion conduit à la conclusion que la mort n’existe pas, tout simplement. Bien sûr, vous pouvez voir la destruction d’un corps physique, son enterrement ou son incinération. Mais du point de vue d’une conscience la mort n’a aucun sens.

En effet, tout ce qu’une conscience peut connaître c’est l’existant puisque le non-existant (dit autrement le néant ou la mort), par définition, n’existe pas.
Dit d’une autre façon, il n’y a rien d’autre que l’existant. C’est d’une logique implacable et c’est sans doute le principe de base de tout chercheur de vérité sérieux.

Il y a toujours « quelque chose » puisqu’il ne peut en être autrement.

C’est la raison pour laquelle aucune religion ne parle de la mort au sens de néant ou de non- existant. Elles parlent toutes de « quoi avant » et « quoi après » votre vie actuelle, car c’est la seule question valable en l’espèce.

Vous pouvez dire, au sein de l’existant, que tel ou tel objet « n’existe pas encore » dans votre appartement par exemple, autrement dit que telle ou telle configuration de l’existant n’est pas encore manifestée physiquement depuis votre perspective (mais il l’est immatériellement, dans votre pensée, car sinon comment pourriez-vous parler de cet objet ?), toutefois, il y aura toujours l’existant en tant qu’ensemble, totalité, absolu et infini quelle que soit la configuration manifestée qu’il adopte à un tel ou tel instant depuis votre perspective.

Voilà pourquoi la mort ou le néant n’existe pas.

Prenez quelques instants pour méditer là-dessus et relire ce passage.

C’est beau non ? L’une des plus grandes angoisses contemporaines, et particulièrement occidentale, est totalement sans fondement. Pas parce que je voudrais qu’il en soit ainsi (même si la volonté est très puissante, nous y reviendrons), mais parce qu’il en est ainsi.

Comment cela a-t-il pu nous échapper ? Pourquoi est-ce seulement maintenant que la conscience collective s’éveille ?

Disons à ce stade que cela faisait partie du « jeu ». Tout cela s’inscrivant dans un âgequi a débuté il y a maintenant plusieurs milliers d’année, et qui se termine maintenant !

Et dans ce jeu cosmique divin extraordinaire, je ne suis qu’un parmi des milliers à contribuer à éveiller la conscience collective, à participer au grand réveil de l’humanité. Et, comme je le disais plus haut, vous en faites aussi partie puisque vous lisez ces lignes en ce moment !

Encore une fois qu’avez-vous cru ? Que les humains seraient évolués et sauraient tout du réel parce qu’ils savent fabriquer des avions et des ordinateurs ?

Quand on voit comment les comportements humains et l’usage des technologies ont failli conduire l’humanité dans le gouffre, on comprend mieux le degré réel d’évolution de l’espèce humaine.

Mais C’était le « jeu ». Pas d’inquiétudes. Nous aurons l’occasion de revenir plus loin sur tout ça, et notamment sur cette période qui s’achève. Au fond, les humains sont des enfants merveilleux, d’une beauté majestueuse, plein d’amour, mais ils ont juste commencé à se brûler les doigts avec des allumettes.

Poursuivons maintenant notre voyage avec le temps.

Le temps

Einstein a dit que le temps n’existe pas, que c’est une illusion. Là encore, les scientifiques contemporains redécouvrent ce qui a toujours été connu par la sagesse ancienne. Il n’y a pas besoin de faire des équations compliquées pour arriver à la conclusion que le temps n’existe pas. En vérité, chacun peut aisément le comprendre.

Vous vous apercevrez que vous n’êtes jamais dans le passé, et jamais dans le futur. Tout a toujours lieu maintenant, dans l’instant. Ce que vous nommez « passé » et « futur » ne sont ni plus ni moins que des pensées qui ont pour objet des situations que vous qualifiez de « passées » ou « futures ».

Lorsque vous voyez une voiture en mouvement, c’est parce que vous avez à l’esprit, dans l’instant, sa position actuelle et son autre position, que vous appellerez communément « position passée ». Mais ces deux positions sont en réalité superposées dans l’instant de votre conscience. Si ce n’était pas le cas, si vous n’aviez pas, dans le présent, sa position « passée », alors la voiture vous apparaîtrait totalement figée.

Par conséquent, dans l’absolu, le passé et le futur n’existent pas, il n’y a que le présent.

Les termes « avant », « maintenant » et « après » ne sont en fait que des indicateurs de « pondération » attachés à différentes réalités ou dimensions (ce sera l’objet de la partie suivante) qui sont toutes superposées dans l’instant, le présent.

Le mot « maintenant » renvoie à une pondération « forte », alors que les mots « avant » et « après », ou « passé » et « futur », sont attachés à une pondération plus « faible » dans votre réalité.

Comme vous fonctionnez encore de manière linéaire, ce sont simplement des termes pratiques pour s’organiser et pour communiquer avec les autres : j’ai fait cela, je fais ceci, puis je ferai autre chose. D’ailleurs, par commodité de langage, j’utilise à plusieurs reprises les termes du passé, présent et futur dans ce message.

Toutefois, je vous précise d’ores et déjà que la période du mode de fonctionnement linéaire est en train de se terminer. Croyez-le ou non, mais vous êtes déjà en train de passer à un mode de fonctionnement qui pourrait être qualifié de « quantique ». L’âge du linéaire touche à sa fin.

Et devinez quoi ? Vous allez aimer ! Car vous serez beaucoup plus libre qu’avant ! Vous n’avez pas idée du pouvoir immense inhérent à votre être. Nous y reviendrons.

Bien sûr, cela nécessite une « période » (si je puis dire !) d’adaptation, car d’une certaine manière, le temps est une construction qui vous protège. En effet, vous imaginez si vous pouviez dès maintenant manifester instantanément, sans délais, ce que vous avez à l’esprit ? Ce serait intéressant pour toutes les belles pensées que vous avez, mais nettement moins pour toutes les pensées négatives de peur et de haine que les humains entretiennent encore beaucoup trop souvent dans leur esprit.

Fonctionner de manière non linéaire nécessite d’avoir un esprit beaucoup plus stable. Alors je vous invite dès maintenant à pratiquer la méditation et surtout à maîtriser vos pensées. C’est d’autant plus nécessaire qu’en réalité vous attirez déjà à vous par la pensée vos expériences avec un « temps » de manifestation jusqu’ici relativement long par rapport à la période qui s’amorce.

A ce stade, dites-vous simplement qu’on ne chasse pas une pensée de sa conscience en la rejetant ou en la combattant, cela ne fait que l’entretenir comme vous l’avez sans doute appris à vos dépens. Il suffit de se focaliser sur ce que l’on souhaite créer, en laissant s’écouler, se dissiper ce que l’on ne souhaite pas. C’est déjà ce que vous faites bien sûr, avec plus ou moins de succès. Lorsque vous résolvez un problème, vous ne vous focalisez pas sur « problème » mais sur « solution ». Vous pouvez aussi ne pas penser et méditer un peu plus. Nous allons revenir sur tout cela par la suite.

L’étude du temps nous conduit à aborder le concept de dimensions.

Les dimensions

Nous avons vu que le temps n’existe pas dans l’absolu, que c’est une illusion.

Cela dit, revenons un peu en arrière, faisons comme si le temps existait vraiment. Dans ce cas, vous admettrez en principe comme vrai l’énoncé suivant : sur une infinité de temps, tout est possible, tout peut être créé. En effet, sur une période de temps infinie, on peut tout à fait concevoir que l’univers soit créé et recréé de toutes les façons possibles et imaginables.

Ensuite, vous intégrez cela au fait que tout a lieu maintenant (passé, présent et futur), alors vous admettrez que tout est déjà créé maintenant !

D’où le concept de dimensions. En effet, vous constaterez aussi que vous ne voyez pas l’infinité de tout ce qui est déjà créé, de la Création. Vous n’en voyez qu’une partie, une infime partie depuis votre perspective. Cela signifie que les autres « dimensions » de cette Création ne vous sont pas accessibles dans l’immédiat. Il pourrait d’ailleurs s’agir de l’expérience de l’une ou l’autre des dimensions, voire de plusieurs à la fois.

N’hésitez pas à prendre quelques instants pour bien comprendre cela.

L’enfer, le paradis, les différents mondes de la Roue du Samsara des bouddhistes, ça vous dit quelque chose ?

Toutefois, je ne dis pas que les descriptions qui sont faites par les religions de ces lieux ou dimensions sont exactes. Je dis simplement que l’on retrouve l’évocation de « mondes » différents.

Et tout cela est bien sûr totalement cohérent avec le fait que l’existant est véritablement sans limite, comme nous l’avons vu dans la partie sur la « mort ».

Vous voyez comme tout commence à s’emboîter parfaitement. Ceci permet également d’expliquer, au moins sur le plan théorique, qu’il puisse exister des « êtres » d’autres dimensions.

Là encore, les anges, les démons, les Dévas, les extra-terrestres, les êtres de lumière, les fées, etc. ça vous parle ?

Chacun se fera ensuite sa propre opinion sur l’existence ou non de tout cela selon ce qu’il est prêt à accepter et selon sa propre expérience.

Quoi qu’il en soit, sur le plan conceptuel, logique, l’existence de tels mondes et de tels êtres est parfaitement possible, comme nous venons de le voir.

Jusqu’ici, j’ai parlé des dimensions comme si elles correspondaient chacune à un monde ou univers différent. En fait, il est plus exact de dire que de tels mondes, comme le nôtre par exemple, sont plutôt des « bandes » ou « plages » de dimensions, comme une bande de fréquences électromagnétiques par exemple.

Au sein de chaque monde ou plage de dimensions, il y a une infinité de dimensions avec de multiples « sous-plages » qui les regroupent.

Vous êtes actuellement dans une plage générale de dimensions correspondant à l’univers tel que vous le connaissez. Au sein de cet univers, il y a de multiples sous-plages qui regroupent des dimensions, comme toutes les réalités possibles qui peuvent se dérouler chez vous, dans votre maison par exemple. Une infinité d’actions, avec des variations infimes peuvent se dérouler dans la plage « maison », elle-même comprise dans la plage « Terre », de la plage générale de cet univers.

Comme nous l’avons vu plus haut, ces dimensions sont la conclusion logique découlant du fait que tout a lieu maintenant et que l’existant est infini, et qu’ainsi tout est déjà créé même si vous n’avez accès qu’à une partie de la Création depuis votre perspective actuelle, à une dimension.

Et si tout est déjà créé, cela signifie également que toutes vos actions, toutes les versions possibles de « vous » existent déjà, même si c’est peut-être la conception la plus difficile à se représenter et à accepter à ce stade.

Cela ne remet nullement en cause votre libre-arbitre, comme nous le verrons plus loin. C’est « simplement » une manière de voir la réalité qui vous permettra de mieux comprendre son fonctionnement et par la même occasion de saisir toute l’étendue insoupçonnée de votre pouvoir créateur. Nous reviendrons sur tout cela par la suite.

Aussi, vous pouvez dire « j’agis pour obtenir et manger un gâteau au chocolat », mais dans l’absolu, il est en réalité plus exact de dire « je manifeste la dimension où la version de moi- même mange un gâteau au chocolat » ; « je lève mon bras » ou plutôt « j’accède à la dimension où mon bras est levé », car toutes existent déjà. Après, c’est vrai qu’il est plus court et généralement plus compréhensible par autrui si vous dites « je lève mon bras ».

A ce sujet, des scientifiques renommés comme Thibault Damour (médaille d’or du CNRS en 2017) abordent dans leurs travaux la question des dimensions. C’est notamment vrai pour les physiciens qui étudient la physique quantique, pour laquelle l’observateur ne peut être séparé de ce qu’il observe. Vous pouvez d’ailleurs visionner en ligne une conférence filmée de Thibault Damour qui porte sur ces questions : https://www.youtube.com/watch?v=Rhwzfmeuhk4

C’est très accessible et vraiment intéressant !

Et c’est justement cette absence de séparation entre « soi » et « l’extérieur » qui sera abordée dans la partie suivante sur la conscience.

La conscience

L’immense majorité des êtres humains pensent qu’ils sont « dans » quelque chose. Votre conscience serait dans votre cerveau, lui-même dans votre corps, qui serait à son tour dans le monde « extérieur ». Or, comme le savent notamment les sages de l’Advaita Vedanta (courant de l’hindouisme), il s’agit en réalité de l’inverse.

En effet, tout ce que vous percevez comme « extérieur », et même votre corps et vos pensées, vous apparaissent comme des perceptions, des sensations. Or, toutes ces perceptions ont lieu en vous, et vous n’avez pas lieu en elles.
Ainsi, votre conscience n’est pas dans quelque chose, tout est en elle.

Cela ne signifie pas que les autres personnes que vous percevez sont uniquement le fruit de votre imagination, mais elles ne sont pas « extérieures » à vous.
Elles sont dans votre conscience et vous êtes dans la leur. Comment est-ce possible ?
Pour mieux comprendre cela, vous pouvez imaginer deux consciences comme deux sphères qui s’étendent à l’infini, vous verrez alors que la question de savoir laquelle contient l’autre n’a plus de sens. Aucune ne contient l’autre et elles se contiennent toutes les deux en même temps.

Pourquoi à l’infini ? Parce que tout est en vous. Or, nous avons vu que l’existant est infini. Cela va du manifesté (ce que vous pensez, voyez, touchez, etc.) au non-manifesté (ni manifesté dans le plan immatériel de la pensée, ni dans le plan physique, et qui comprend donc tout le reste, les autres dimensions, l’infini). Je parle bien ici de non-manifesté et pas de non-existant. L’existant comprend le manifesté et le non-manifesté. Le non-existant n’existe pas.

C’est « l’étoffe divine » dont parlent les traditions hindoue et bouddhiste. C’est la même « trame » infinie qui compose toutes les consciences. Aucune n’est séparée du reste de l’étoffe et donc des autres consciences. Il y a seulement des perspectives différentes au sein de l’étoffe.

Cette explicitation sur la conscience permet de mieux comprendre les deux parties suivantes : les phénomènes parapsychiques et la loi de l’attraction.

Les phénomènes parapsychiques

N’avez-vous jamais entendu parler d’un proche ayant (ou qui aurait) des pouvoirs « particuliers » ou qui serait allé voir de telles personnes (guérisseur, chamane, médium, voyant par exemple) ?

Jusqu’à maintenant, ces personnes étaient en général assez discrètes (ou pas du tout, mais c’était plutôt le signe de charlatans). On ne peut que les comprendre, car il faut se souvenir qu’en Occident, il n’y a pas si longtemps, l’hypnose était encore considérée comme un phénomène de foire et la méditation et le Yoga étaient regardés avec une certaine condescendance. C’est dire si la conscience collective occidentale était prête à accepter l’existence de phénomènes parapsychiques.

Pourtant, dès les années 70, des travaux de recherche mettaient en évidence l’existence de tels phénomènes. A ce sujet, on pourra notamment mentionner le chercheur Russell Targ, de l’université de Stanford, auteur de l’ouvrage L’esprit sans limites, ou encore, plus tardivement, le chercheur Mario Beauregard, qui a écrit Les pouvoirs de la conscience.

Une fois encore, ces chercheurs (et d’autres) n’ont fait que redécouvrir ce qui était connu de la sagesse ancienne et qui perdure encore dans certaines cultures. On pensera notamment au chamanisme des Indiens d’Amazonie. Une pratique très ancienne, exercée autrefois dans le monde entier, qui connaît depuis quelques temps un nouvel essor en Occident.

Les moines bouddhistes parlent également à de multiples reprises de phénomènes parapsychiques.

Lorsque l’on a compris que rien n’est véritablement séparé de soi (cf. partie sur la conscience), il est évidemment beaucoup plus facile de comprendre que l’esprit puisse agir ou percevoir « à distance ».
Toutefois, la traduction la plus fascinante et également la plus puissante des pouvoirs de l’esprit réside dans ce que l’on nomme « la loi de l’attraction ».

La loi de l’attraction

Vous utilisez tous les jours la loi de l’attraction, sans vous en apercevoir pour la plupart d’entre vous.
Selon cette loi, vous attirez à vous les expériences auxquelles vous pensez. Plus vous y pensez et plus la charge émotionnelle attachée à cette pensée est importante, plus grande est la probabilité que vous obteniez rapidement ce à quoi vous pensez.

D’un certain point de vue, c’est tout à fait compréhensible. Par exemple : vous avez à l’esprit un gâteau au chocolat, vous en avez très envie, vous vous voyez déjà le savourer et cela suscite déjà en vous de la joie. En plus, vous savez que la pâtisserie de votre quartier en propose pour un prix raisonnable, vous croyez donc très fortement en la possibilité de l’obtenir. Alors vous vous dites « je vais obtenir ce gâteau au chocolat ».

A ce moment-là, vous possédez déjà les principaux éléments qui vont attirer à vous ce gâteau au chocolat : l’objet de votre pensée (direction) et l’émotion associée (énergie), soutenus par votre croyance en la possibilité de l’obtenir. C’est important car, à l’inverse, si vous croyez que c’est impossible, d’une part, vous ne cultiverez probablement pas très longtemps une telle pensée, d’autre part, votre pensée ne serait plus « c’est possible d’avoir un gâteau chocolat » mais « ce n’est pas possible d’avoir un gâteau au chocolat ».

C’est d’ailleurs vital pour certains intérêts occultes que vous pensiez que telle ou telle choses est impossible et que telle autre est la seule issue possible. C’est la base de la manipulation et de la domination : tout repose sur votre croyance que vous n’auriez pas le choix. Or, c’est précisément en ce moment que les différents peuples du monde s’éveillent et réalisent que si, ils ont bien le choix. Je referme la parenthèse, nous reviendrons plus loin sur la période qui s’ouvre.

Si nous revenons à l’exemple du gâteau au chocolat, fort de cette pensée et de l’émotion associée, vous passez à l’action. Vous vous rendez à la pâtisserie et vous achetez ce gâteau au chocolat. L’objet de votre pensée est maintenant physiquement manifesté dans votre réalité, alors qu’auparavant il ne l’était que dans votre esprit.

Maintenant, il convient de préciser que ça fonctionne pour le positif (obtenir tel gâteau, associé à de la joie par exemple) mais aussi pour le négatif. Par exemple, si vous avez très peur que votre compagne ou compagnon vous quitte, vous risquez de mettre en place les circonstances pour que cela se produise, malgré vous.

Ce que vous ne savez peut-être pas non plus, c’est que vous pouvez aussi très bien ne pas agir physiquement et obtenir quand même l’objet de votre pensée, qu’il s’agisse d’un objet à proprement parler ou d’un événement, d’une situation. D’ailleurs, là encore, c’est ce qui se produit déjà en permanence, mais vous ne vous en êtes probablement pas rendu compte c’est tout.

La raison première est que, dans la mesure où vous vous considéreriez « séparé » de votre « environnement », votre croyance en une réalité « extérieure » vous a empêché d’observer et de comprendre un tel phénomène (du moins pour certains sans doute). Car comment concevoir une chose pareille avec une telle croyance ? Ce ne pouvait être que des « coïncidences ».

A ce moment-là, vous n’avez donc pas attiré à vous la constatation d’un tel phénomène. Vous voyez, même pour l’observation (ou la non-observation) de l’œuvre de la loi de l’attraction c’est cette même loi en action !

Cela explique ainsi pourquoi il peut être si difficile pour certaines personnes d’observer et de comprendre des choses qui sortent des cadres conceptuels auxquels elles croient très fortement. La loi de l’attraction amplifie tout ce qui va dans le sens de leurs croyances.

Toutefois, il existe bel et bien des règles et éléments objectifs qui sont toujours valables quelle que soit la perspective adoptée. On peut les nommer les vérités universelles ou absolues. C’est ce que recherchent et enseignent les véritables sages et tout scientifique digne de ce nom. C’est également ce que je fais depuis le début de ce message, et la loi de l’attraction en fait partie.

Vous pouvez être sceptique, mais je vous invite fortement à bien faire attention aux pensées que vous entretenez et aux résultats que vous obtenez. Je suis persuadé que si vous cherchiez un peu dans votre passé avec un regard neuf, vous trouveriez des exemples de l’œuvre de la loi de l’attraction sans même avoir agi. Observez notamment les événements qui surviennent dans votre réalité lorsque vous avez un état d’esprit fortement négatif ou au contraire lorsque vous êtes dans un état d’esprit très positif. Vous verrez alors que cela va bien au-delà de votre interprétation de ces événements, c’est de leur survenance même dont je parle.

Serait-ce le « biais de représentativité » et le « biais de confirmation » dont parlent les psychologues ? C’est-à-dire, respectivement, le biais qui consiste à tirer une règle d’un nombre d’exemples qui n’est pas représentatif du phénomène, et le biais qui consiste à ne retenir que les informations qui vont dans le sens de ses croyances.

Oui, ces deux « biais » sont à l’œuvre, bien sûr, car la loi de l’attraction attire précisément à vous tout ce qui va dans le sens de vos pensées et croyances. C’est la raison pour laquelle il n’est pas pertinent d’analyser le fonctionnement de cette loi au moyen de ces « biais ».

Alors comment démontrer « objectivement » que la loi de l’attraction existe ? La question est également valable pour toute vérité en définitive.

Personne ne peut connaître pour vous le fonctionnement de l’Univers. Les véritables sages ne peuvent que vous invitez à observer tel ou tel aspect de votre réalité (cf. partie sur la conscience) pour que vous découvriez vous-même les vérités universelles qui sont valables quel que soit le point de vue. Si vous n’êtes pas ouvert d’esprit et n’avez pas l’intention de les découvrir alors vous ne les verrez et ne le comprendrez pas (ce qui ne signifie pas qu’elles n’auront pas d’influence sur vous).

S’en remettre à des sages, maîtres, scientifiques ou n’importe quelle « autorité extérieure » qui perceraient pour vous les secrets de l’Univers sans que vous ne les compreniez vous-même ce n’est pas de la connaissance. C’est simplement faire confiance à quelqu’un ou quelque chose. Ce n’est pas nécessairement absurde, loin de là, mais ce n’est pas de la connaissance.

C’est pourquoi il est fondamental de connaître soi-même les vérités universelles essentielles qui vous permettent notamment la maîtrise de votre vie. Le reste, c’est du « bonus ». Vous ne pouvez pas tout connaître dans tous les domaines pour le moment, il est nécessaire de prioriser. Et je pense que vous admettrez aisément qu’il vaut mieux acquérir la connaissance relative à la maîtrise de soi avant celle permettant de développer la bombe atomique…

Ainsi, pour la démonstration de l’existence de la loi de l’attraction, personne d’autre que vous ne pourra mieux la constater à votre place. Je me contenterai donc de répéter ce qui a déjà été dit plus haut : soyez ouvert d’esprit et observez notamment quels événements surviennent dans votre réalité lorsque vous avez un état d’esprit très contrasté. Comprenez que vous utilisez déjà la loi de l’attraction au moyen d’actions physiques pour obtenir ce que vous choisissez mais que cette loi fonctionne également en permanence, sans que vous ayez à agir physiquement.

A ce propos, revenons donc maintenant à l’exemple de notre gâteau au chocolat pour comprendre comment vous pourriez l’obtenir, sans même agir.

En vertu de la loi de l’attraction, si vous entreteniez suffisamment fort la pensée que vous allez l’obtenir sans agir, associée à une émotion puissante, alors vous l’obtiendriez to?t ou tard. Le moment où vous l’obtiendriez dépendrait de la constance et de l’intensité de votre pensée et de l’émotion associée. Cela pourrait être le lendemain ou dans la semaine, mais ce pourrait être le soir même si vous étiez suffisamment puissant (comme un moine bouddhiste surentraîné en méditation). Par exemple, vous pourriez avoir la joie de voir votre compagne ou compagnon rentrer à la maison vous annonçant qu’il ou elle a acheté des gâteaux au chocolat en passant, sans même lui avoir téléphoné !

Bien sûr, encore une fois, il vous faudrait vraiment croire que c’est possible car sinon cela reviendrait à entretenir deux pensées contradictoires, et donc à envoyer deux « ordres » contraires à l’Univers. Au demeurant, c’est ce que beaucoup de gens n’arrêtent pas de faire. C’est pour ça qu’ils obtiennent des résultats mitigés. Comme vouloir faire un régime et continuer à manger des gâteaux au chocolat, par exemple.

De plus, même si vous n’entretenez aucune pensée contradictoire, il est nécessaire d’être très clair dans votre intention. Par exemple, si vous pensez « obtenir telle chose plus tard » alors tant que ce sera « plus tard » ce ne sera jamais maintenant, d’où la « procrastination ».
De manière plus subtile encore, si vous vous focalisez sur « vouloir telle chose » alors vous obtiendrez le «vouloir», si vous vous focalisez sur «obtenir telle chose» alors vous l’obtiendrez.

En fait, ça fonctionne déjà comme ça pour les gestes les plus simples : comment faites-vous pour bouger votre bras ? Ce n’est pas en vous demandant « comment faire ? », ni en lisant un manuel pour le bouger, ni en étudiant la biologie, ni même en « voulant » le bouger, même si c’est une étape préalable. C’est simplement en le faisant ! « Just do it ».

Ainsi, lorsque vous désirez manifester une situation, définissez bien ce que vous choisissez et mettez-y l’énergie, l’enthousiasme. Le « comment » n’a en réalité pas beaucoup d’importance, qu’il s’agisse d’une action sur le plan physique ou seulement d’une pensée. Ne vous perdez pas dans des détails inutiles et restez focalisé sur votre objectif, « l’intendance suivra » comme disaient certains. Et vous comprenez maintenant à quel point cela va bien au-delà de ce que vous pouviez imaginer.

C’est la raison pour laquelle il est vraiment nécessaire de faire attention aux pensées que vous cultivez. Comme nous l’avons vu à la fin de la partie sur le temps, on ne chasse pas une pensée en la combattant ou en lui résistant, cela ne fait que l’entretenir. Il vous suffit de vous focaliser sur ce que vous souhaitez créer ou faire, tout en laissant s’écouler, se dissiper les pensées qui ne vous servent pas. C’est la maîtrise dans l’acceptation.

Pas acceptation au sens de résignation, mais au sens de pouvoir se focaliser sur ce que vous choisissez en étant libre du reste, et donc en acceptant le reste (ce qui n’est pas l’entretenir ou l’approuver, au contraire). C’est ce qui vous permet d’ailleurs de rentrer dans un véritable état méditatif.

A ce sujet, certains moines bouddhistes préfèrent parler de « tranquillité attentive », plutôt que de « concentration », car ce dernier terme peut laisser penser que vous faites un effort, qu’ainsi vous luttez contre quelque chose. Or, si vous luttez contre quelque chose (une pensée, une douleur, etc.) alors vous ne pouvez pas être exclusivement focalisé sur l’objet de votre méditation puisque votre attention est en partie ailleurs.

Avec une certaine maîtrise, vous pouvez entrer dans une méditation profonde nommée Jhâna ou Dhyâna. Inutile de vous dire que si vous atteignez un tel niveau, votre pouvoir de focalisation sera décuplé et les résultats que vous obtiendrez avec la loi de l’attraction seront spectaculaires.

En résumé, si votre pensée est sans ambiguïté et que vous y mettez suffisamment d’énergie focalisée, alors oui, vous pouvez tout obtenir. Vous êtes un co-créateur de votre réalité avec les autres êtres qui s’y trouvent, mais en définitive, la loi de l’attraction vous permettra toujours d’avoir la prééminence si vous savez l’utiliser. C’est votre croyance que cela ne se déroule pas ainsi qui est le principal obstacle à votre maîtrise véritable.

Toutefois, vous pourriez vous demander ce qui se passerait si deux personnes choisissaient d’obtenir la même situation ou objet. Par exemple, s’il n’y avait plus qu’un gâteau au chocolat dans la pâtisserie et que vous étiez deux à le vouloir au même moment. Comment prétendre alors que chacun puisse obtenir tout ce qu’il veut avec un tel dilemme ?

En vérité, vous pouvez l’obtenir tous les deux. Chacun dans votre propre réalité ou dimension ! Souvenez-vous : il existe une infinité de dimensions, qui sont déjà créées.

En effet, dans la dimension où la version de vous-même a une plus forte volonté que l’autre personne, alors vous obtenez le dernier gâteau au chocolat. Dans l’absolu, cela ne signifie pas que l’autre personne ne l’a pas obtenu dans une dimension différente.

Bien sûr, vous pouvez aussi être courtois et laisser le dernier gâteau au chocolat.

A ce propos, lorsque vous aurez lu jusqu’à la fin ce message, je pense que vous réaliserez pleinement que vous avez bien mieux à faire que d’entrer en compétition avec qui que ce soit, si vous ne le saviez pas déjà. C’est d’autant plus crucial pour vous à l’aune de la nouvelle période qui s’amorce. Nous y reviendrons. Alors je vous déconseille fortement d’utiliser la loi de l’attraction ou quoi que ce soit d’autre pour nuire à un autre être.

L’état d’esprit sera d’ailleurs au cœur de la partie suivante.

L’éveil de l’esprit

Lorsque le mental n’est pas encore éveillé, il a tendance à penser qu’il est l’être lui-même, alors qu’il n’en est qu’une partie (corps, mental, âme ou conscience). Il peut alors souvent tomber dans l’agitation par peur de perdre le contrôle ou de disparaître. Par ignorance, l’intellect peut aussi régulièrement entretenir des pensées qui ne servent pas le bien-être (pensées de peur, de haine, etc.).

A ce moment-là, vous êtes peut-être sous l’emprise d’un ego déséquilibré, qui devient alors une caricature de vous-même qui vous étouffe en pensant vous protéger sous son armure illusoire. C’est ce qu’entretient l’intellect qui n’est pas encore éveillé.

A cet égard, il faut bien comprendre que peu importe l’objet de votre pensée négative (contre quelqu’un d’autre, vous-même ou n’importe quoi), cette pensée a toujours lieu dans votre esprit. Or, vous conviendrez avec du recul que personne n’aime avoir ce genre de pensées dans sa conscience.

La haine est malheureusement souvent utilisée de manière inconsciente comme substitut d’énergie à l’amour. Elle donne un but, aussi absurde soit-il en vérité : détruire son
« ennemi ». Pour certains, elle évite même l’implosion, car sans « ennemi » cette haine muterait en tristesse voire en dépression. Mais si une telle personne prenait un peu de hauteur, elle s’apercevrait qu’il lui serait bien plus profitable d’aller se servir à la source de l’amour, énergie originelle et illimitée, comme nous le verrons plus loin.

Toutefois, c’est la peur qui constitue le principal frein à l’éveil. C’est le blocage, la crispation, l’enfermement, le rejet, c’est ce qui engendre la haine par crainte de perdre quelque chose. Alors que l’amour c’est l’énergie, la fluidité, l’unité. Mais qu’est-ce qui peut bien justifier d’entretenir de la peur même dans la « pire » des situations ?

Certains pourraient répondre que la peur sert à maintenir en vie, ce serait « l’instinct de survie ». Toutefois, d’une part, la peur n’est pas l’instinct de survie. Ce dernier vous fait respirer à chaque instant, sans que cela ne soit associé à de la peur. D’autre part, comme nous l’avons vu, et nous y reviendrons, vous ne pouvez pas véritablement mourir.

Aucun véritable maître ne conseillerait d’avoir peur.

L’attention, la vigilance, l’instinct de survie, l’énergie, l’amour, c’est ce qui vous maintient en vie ! Pas la peur.

Lorsque vous comprenez que cette dernière n’a aucun fondement véritable (C’était juste le
« jeu » de l’oublier), qu’elle n’est jamais justifiée, alors vous commencez à vous rapprocher à grands pas d’un état d’amour permanent.

Car si rien ne justifie la peur (et plus généralement toute pensée négative), tout justifie l’amour, la confiance et la sérénité. En effet, qu’est-ce qui pourrait justifier de ne pas être dans un état permanent d’amour ?

Sachant que cela ne signifie pas se faire marcher sur les pieds. L’amour, c’est l’amour des autres et de soi. Bien au contraire, vous saurez mieux vous affirmer, le cas échéant avec fermeté, mais sans peur et sans haine de votre prochain (car ça n’a jamais de sens, quoi qu’il fasse) puisque vous serez dans un espace d’amour et de confiance.

Ainsi, lorsque vous vous éveillez, vous commencez par prendre l’habitude de cultiver uniquement des pensées d’amour, de joie et de confiance (sans vous juger pour les pensées négatives restantes bien sûr). Vous vous demanderez même sans doute comment vous avez pu entretenir aussi longtemps des pensées de peur, de haine ou de tristesse.

Vous trouvez la sagesse et le courage pour observer vos ombres intérieures, sans les nier ou les rejeter, pour mieux les transmuter en Lumière. Car les peurs proviennent de ces parties de soi qui sont ignorantes ou dans la souffrance, que l’on refuse de voir.

Votre intellect réalisera qu’il est également nécessaire qu’il s’efface plus souvent de manière à ce que vous puissiez vivre la pureté, l’énergie et l’amour de l’instant présent, sans pensées (ou le moins possible). Libre de tout jugement et de toute peur, libre du passé et du futur et de toutes les limitations de la dualité.

Ce qui nous amène justement à l’étude de cette dernière.

La dualité

Nous vivons dans un monde de dualité, du moins en apparences. Cela signifie qu’aucune chose n’existe indépendamment de ce qu’elle n’est pas. Par exemple : la couleur bleue n’a de sens que parce qu’il existe d’autres couleurs que le bleu. En effet, comment pourriez-vous dire que quelque chose est bleu ou n’est pas bleu si vous n’aviez jamais rien connu d’autre que le bleu ? Dans cette perspective, parler de « bleu » ou même de « couleurs » n’aurait en soi aucun sens. La seule réalité perçue serait « claire » ou « sombre », autrement dit comme voir en noir et blanc.

D’ailleurs, cela nous amène à un autre exemple : le « clair » n’existe que parce qu’il y a du « sombre ». On pourrait les multiplier : le jour et la nuit, le masculin et le féminin, le matériel et l’immatériel, se définissent l’un par rapport à l’autre.

Toutefois, même les concepts qui ne s’inscrivent pas dans une « paire », comme les quatre exemples de paires précédents, sont soumis à la dualité. C’est le sens du premier exemple sur les couleurs : il n’y a pas que le noir et le blanc mais une infinité de nuances de couleurs possibles qui se définissent chacune par rapport aux nuances qu’elles ne sont pas.

C’est le monde de la « Maya » comme le disent les hindous : celui de l’illusion, dans le sens où aucune chose n’a d’existence absolue mais uniquement relative, par rapport à ce qu’elle n’est pas. C’est le monde du « fini », où toute chose est intrinsèquement limitée.

Et c’est à ce moment-là qu’on saisit les limites d’une compréhension purement intellectuelle du réel, par opposition à l’expérience pure, le ressenti, au-delà des mots.

Effectivement, quoi de plus soumis à la dualité que l’intellect ? Le mental classe, hiérarchise, ordonne. Autrement dit, il définit les choses.

Or, définir quelque chose c’est tracer une limite entre ce qu’est cette chose et ce qu’elle n’est pas. Ainsi, toute compréhension intellectuelle du réel est en soi limitée.

En vérité, l’intellect, c’est la dualité même. C’est pour cette raison que j’ai dit au début de cette partie que nous vivons dans un monde de dualité « en apparences ». Il est en fait plus exact de dire que nous vivons dans le monde de l’intellect. Du moins c’est ce qu’il croit. Car la réalité, le phénomène vécu, est toujours au-delà des définitions et donc du mental.

En effet, ce que vous percevez lorsque vous voyez du « bleu » sera toujours au-delà d’une définition. Comment définir le bleu hormis dire qu’il n’est pas les autres couleurs ?

Vous direz « c’est la couleur du ciel » et on vous demandera « quelle est la couleur du ciel ? » A ce moment-là, vous montrerez le ciel et vous direz : « le bleu c’est ça », autrement dit l’expérience, le ressenti, au-delà des concepts.

« L’existant » est la seule réalité absolue, qui n’est pas une illusoire, puisqu’il n’y a pas de « non-existant », comme nous l’avons vu plus haut.

C’est ce qui échappe à la dualité, c’est la non-dualité. L’existant est Un.

C’est le Brahman (hindouisme) ou le Nirvana (bouddhisme) qui correspondent à la non- dualité, et donc à l’existence absolue, au-delà de toutes limites mentales. Cette réalité ne peut qu’être vécue, ressentie, perçue et en aucun cas « définie », comme vous l’aurez compris.

Ainsi, l’intellect comprend qu’il doit s’effacer (au moins un peu) pour que vous puissiez accéder à une réalité absolue, à l’existence même.

Sinon, l’intellect continue à s’agiter dans tous les sens comme si son propre effacement allait faire disparaître l’être, alors que c’est tout l’inverse.

Vous-même, vous pensez peut-être que l’effacement de l’intellect (au moins momentanément) vous fera perdre votre discernement, que vous deviendrez fou ou comme une coquille vide.

Avez-vous l’impression que c’est le cas lorsque vous faites de la méditation ou que vous contemplez une chose sans penser ?

Non, au contraire, pendant une séance de méditation vous pouvez ressentir un bien-être inégalé. Et après une telle séance, vous avez l’esprit plus clair, plus efficace et surtout vous vous sentez beaucoup mieux (sauf si vous n’avez pas lâcher prise pendant votre séance de méditation bien sûr).

D’ailleurs, si vous ne faisiez absolument rien, c’est-à-dire si vous n’agissiez et ne pensiez plus du tout, vous obtiendriez immédiatement ce que les bouddhistes appellent « Nirvana ».

Mais ce n’est pas à la portée de n’importe qui d’arrêter totalement son mental. Ce n’est pas parce que vous arrêtez le « discours intérieur », soit la couche la plus facilement décelable de l’intellect, que vous ne pensez plus. En effet, si vous observez autour de vous, sans discours intérieur, et que vous voyez « chaise », « table » ou même « bleu », alors c’est que vous pensez. Sinon, comment pourriez-vous « voir » cela ?

Mais alors, jusqu’où cela va-t-il ?

Lorsque le mental cesse complétement, en effet, vous ne pouvez que fusionner avec le Tout, sans séparation d’aucune sorte, sans dualité. Nirvana. C’est logique puisque le règne de la dualité est celui du mental.

Bien sûr, je ne dis pas que le but de votre vie actuelle est de devenir moine pour atteindre Nirvana. Je dis simplement que vous gagnerez à ce que votre intellect s’efface plus souvent. Cela vous permettra de voir au-delà de son filtre, dans l’expérience pure, une réalité qui vous apparaîtra magnifiée. Vous vous ouvrirez à une nouvelle connaissance, non intellectuelle et intellectuelle, de la vie et du réel. Vous serez plus lucide sur vous, sur les autres et sur le monde, sans même avoir besoin de penser et de déduire quoi que ce soit, seulement en « voyant », car tout vous apparaîtra plus clairement. Ce n’est que parce que vous ne voyez pas clairement les choses que vous êtes obligé de les déduire.

Toutes les choses de la dualité, qui peuvent être belles, mais également engendrer le manque, la peur, la haine et la réaction, ne sont que des réalités illusoires. C’est le règne de la Maya, du mental. Elles n’ont pas d’existence véritable et absolue. Elles sont simplement entretenues par votre croyance en elles, par votre mental. Et en général, on ne s’en défait pas comme ça, en un clin d’œil, même si tout dépend de votre volonté et de votre application sur le chemin de l’éveil.

Cela ne signifie pas que la dualité serait « mauvaise », mais il faut bien avoir à l’esprit que c’est une construction mentale et pouvoir s’en détacher pour éviter d’en être esclave. Plus vous devenez maître de votre esprit, plus vous maîtrisez la manifestation et la dualité, et plus vous pouvez jouir de la Vie.

Toutefois, l’expérience pure, au-delà du mental, est la seule réalité véritable et absolue. C’est faire l’expérience de ce qui « est », de l’existant infini, non-dual, l’Un.

L’existant, l’Être même, peut être nommé de différentes façons : l’unité, l’amour, la liberté, la plénitude, la confiance, l’énergie, la connaissance et la création qui sont des termes renvoyant à la réalité véritable, à la non-dualité, même si les mots utilisés pour décrire cette réalité appartiennent au mental et donc à la dualité.

En effet, l’amour, c’est l’état qui n’a besoin de rien, libre du manque et de la séparation, libre de la dualité, il « est » tout simplement. C’est l’énergie originelle et infinie.

C’est la liberté vécue lorsqu’il n’y a plus aucune limite à son pouvoir créateur. C’est le libre- arbitre absolu, affranchi de toutes réactions, conditionnements et limitations, et qui peut se consacrer pleinement à la création véritable.

L’étude de ce qui échappe à la dualité, l’infini, nous conduit maintenant à aborder le Divin. Dieu, la Source, Allah, Ishvara, Brahman, le Créateur Suprême.

Les chrétiens parlent de Dieu, les musulmans d’Allah, les hindous d’Ishvara en tant que Seigneur Suprême manifesté et de Brahman comme l’Absolu au-delà du manifesté et du non- manifesté. On parle également de l’Un, l’Unique, la Totalité, ou la Source.

On dit aussi que Dieu « est » amour (et non pas qu’il « a » de l’amour, car c’est sa nature), qu’il est pure lumière, bonté, sagesse et énergie infinies, au-delà des mots.

C’est le Créateur Suprême de l’Univers, omniprésent, omniscient et omnipotent. C’est l’Infini.

Parler de Dieu, c’est parler de ce qui n’a aucune limite. Le concept de « chaise » admet une limite, même si l’objet perçu sera toujours au-delà du concept. Alors que le concept de « Dieu » n’en admet intrinsèquement pas, même en tant que concept.

C’est pour cette raison que les mots utilisés pour se référer à Dieu sont ce qu’il y a de plus global: l’Un, l’Unique (ce qui n’est pas dual), l’Absolu, la Totalité, le Tout, voire c’est… « Cela », comme disent certains maîtres de l’Advaita Vedanta.

Dieu, c’est l’Infini.
L’Infini, c’est l’Existant, l’Etre, car il n’y a pas de non-existant.
C’est la Liberté, car il n’y a aucune limitation illusoire de la dualité.
C’est l’Amour, car il n’y a pas de manque ou de séparation.
C’est l’Énergie, car il n’y a pas de limite au potentiel infini de l’Existant, de l’Être.

C’est la Connaissance, car toute la réalité est vue clairement telle qu’elle est, sans limitation ni déformation du mental.

C’est la Puissance ou le Pouvoir créateur, car l’Énergie et la Connaissance permettent la maîtrise absolue de la manifestation, de la Création.

C’est la Conscience, car l’Être se connaît et se découvre Lui-même à l’Infini dans tous ses aspects créateurs.

Ainsi, Dieu est la réalité ultime et illimitée au-delà de la forme, ressentie comme l’amour, la joie, la liberté, l’énergie inconditionnels et infinis (Lumière éclatante). C’est la perspective globale, infinie et omnisciente.

Et Il est aussi la réalité illusoire de la forme, limitée par nature, la dualité, qui naît de cette réalité ultime et qui engendre la séparation, le manque, la peur, la haine et la tristesse, l’amour et le bien-être limités, conditionnés à quelque chose (Lumière sombre). Sinon, cela signifierait que Dieu pourrait être absent de quelque chose. Or, c’est impossible puisque Dieu est Tout.

Ainsi, Il est aussi vous, en tant qu’être créateur ayant une perspective « séparée » dans la dualité, mais en réalité sans séparation véritable, et dont la finalité ultime est de se connaître toujours plus sur le chemin du retour à Lui-même comme réalité infinie et omnisciente (Lumière éclatante). C’est la beauté sublime du « jeu » cosmique divin extraordinaire auquel « vous » participez.

Dieu, c’est tout Cela, et bien plus encore.

Vivre la divinité

Lorsque vous comprenez que l’Amour, la Perfection, Dieu est tout ce qui existe véritablement et que tout le reste n’est qu’illusions, alors vous entrerez dans la plénitude, comprenant que tout est parfait, car ce n’est pas la réalité elle-même qui dit « je suis triste, ennuyeuse, injuste, imparfaite, etc. », elle ne dit rien de tout cela.

Votre situation à tel ou tel instant est parfaite, tout comme vos idées, vos projets et leur évolution dans ce même instant. « L’enfer », c’est de vouloir que chaque instant soit différent de ce qu’il est, vous empêchant ainsi en permanence de le savourer pleinement.

A ce moment-là, vous comprenez qu’il n’a jamais été nécessaire de faire quoi que ce soit pour ressentir pleinement l’énergie de l’amour, la fusion avec l’Un. C’est comme un soleil rayonnant dans un ciel désormais sans nuage.

Vous n’avez aucun besoin, seulement des préférences, aucun attachement, seulement des affinités.

Même nourrir votre corps physique relève d’une préférence et non d’un besoin dans l’absolu car, comme nous l’avons vu plus haut, vous êtes un être divin qui va bien au-delà du cadre de votre corps physique. Souvenez-vous : il est en vous et vous n’êtes pas en lui. Votre être véritable est immortel, il n’y a pas de « mort » pour lui.

L’Amour « est » à chaque instant, même lorsque vous rencontrez une situation apparemment conflictuelle. C’est l’Amour qui agit déguisé sous la forme illusoire de la dualité, de la séparation et du conflit. Et c’est l’Amour qui résout le conflit apparent pour que tous les aspects de Lui « reviennent » à l’état d’équilibre.

C’est pour cette raison que l’on parle aussi de Lumière sombre (les actes se rattachant à la division, la peur, le conflit, le mensonge) et de Lumière éclairée ou éclatante (les actes se rattachant à l’amour, la paix, l’harmonie, la vérité), car en définitive, au-delà de la forme qu’Il prend, l’Amour, la Lumière, Dieu, il n’y a que Cela.

Quand on comprend la Vérité, alors on manifeste l’Amour de manière beaucoup plus pure qu’auparavant (Lumière éclatante), en sortant progressivement des couches plus denses de la dualité (Lumière sombre). On réalise que ces couches de dualité ne pouvaient exister que par son ignorance de la Vérité. L’être exprime et manifeste ainsi une divinité toujours plus pure.

Vos divines aspirations sont l’expression de l’Amour, du Divin, dans la perspective qui est la vôtre, et se traduisent selon vos goûts et vos talents à tel moment de votre perspective, lorsque vous écoutez véritablement votre Cœur, votre âme divine.

Vous êtes libre de réaliser vos divines aspirations, guidé par votre âme, de manifester pleinement ce que vous souhaitez vivre et créer pour vous, pour l’humanité, pour la Création.

La fin de l’âge sombre et l’avènement du nouvel âge d’or

Pourquoi « maintenant » ? Pourquoi toutes ces révélations, en vous, dans le monde, ce message, maintenant ?

Car c’est la fin de l’âge sombre, aussi nommé l’âge de fer ou le Kali-Yuga pour les hindous. La période durant laquelle l’humanité n’a jamais été autant coupée du « Ciel » (la spiritualité, la connaissance véritable) et de la « Terre » (Gaïa, la planète, son écosystème).

Cet âge sombre s’achève en ce moment et nous entrons dans le nouvel âge d’or, aussi nommé le « Nouvel Age » ou « New Age », dont vous avez peut-être déjà entendu parler via diverses communautés ou personnes se réclamant de ce courant spirituel.

L’avènement du nouvel âge d’or a été annoncé par les plans supérieurs à de nombreux auteurs et « channels » contemporains comme Alice Bailey, Marilyn Ferguson et bien d’autres sources moins connues du public qui diffusent en permanence les messages célestes.

Cette période est également mentionnée dans les traditions gréco-romaine, judéo-chrétienne et hindoue, pour lesquelles il existe quatre âges : l’âge d’or (25 920 ans), l’âge d’argent (19 440 ans), l’âge de bronze (12 960 ans), et l’âge de fer ou âge sombre (6 480 ans).

La durée de ces âges est expliquée par la « Tétraktys » de Pythagore. Chaque âge est divisé en ères, qui dure chacune 2 160 ans.

Le passage de l’humanité de l’âge d’or vers l’âge sombre correspond à un monde dans lequel l’amour et la connaissance véritables sont de plus en plus absents.

L’âge sombre correspond au Kali-Yuga hindou, l’âge(Yuga) où « Kali la Noire » a plongé le monde dans l’obscurité. Cet âge débuté il y a plus de 4 000 ans avant notre ère, au moment du « Déluge », mentionné dans de nombreuses traditions.

C’est l’âge de la tromperie, de la malfaisance, de la peur. C’est la société des fausses valeurs, dans laquelle la véritable richesse n’est plus distinguée clairement.

A cet égard, voici un extrait de la traduction anglaise du Vishnu-purâna hindou (H. H Wilson. Londres. 1868) qui décrit l’âge sombre :

« Au lieu de protéger ceux sous leurs ordres les chefs les dépouilleront […] Seule la quantité de bien, d’argent, d’or, déterminera le rang. La raison de la dévotion sera la recherche de l’avidité […] le succès emploiera la fausseté et la perfidie […] la terre ne sera recherchée que pour ses trésors minéraux. […] Les hommes concentreront leurs désirs sur l’obtention de la richesse, même si celle-ci est malhonnête […] »

Comme cet âge débuté il y a plus de 6 000 ans, jusqu’ici, les hommes considéraient comme « normal » que les dictateurs, les arrivistes et manipulateurs en tout genre, l’oligarchie actuelle, accèdent au pouvoir et dirigent l’humanité. C’est l’adage « soit on est un prédateur, soit on est une proie » ou encore le « capitalisme darwiniste ».

C’est l’âge où la plupart des gens s’en remettent à des « autorités extérieures » pour leur dire ce qu’il faut faire et penser à leur place. Leur dire ce qui existe et ce qui n’existe pas, sans y réfléchir par eux-mêmes. C’est l’impossibilité pour beaucoup, jusqu’alors, de s’écarter de tout récit dominant propagé dans les médias, par conformisme, ignorance et par peur du regard de l’autre, tant le manque de confiance en soi des individus et l’orgueil de certains sont grands.

Même les religions, qui étaient pourtant censées rappeler aux hommes leur véritable nature grâce au concours d’êtres exceptionnellement éclairés (Jésus et Bouddha par exemple), ont été infiltrées et perverties, prônant à de nombreuses reprises la division plutôt que l’unité entre les hommes.

C’est l’âge de la séparation, de la fragmentation : statuts, classes sociales, travail à la chaîne, savoirs divisés en spécialités, déconnectés du reste, de l’ensemble et donc mutilés d’une certaine manière. Fragmentation de l’individu lui-même, entretenant sans cesse des aspects contradictoires dans ses opinions et ses comportements : des « croyants » qui se comportent dans leur vie de tous les jours comme s’ils ne croyaient pas en Dieu ; des athées qui pensent tout savoir sur le réel sans même avoir réfléchi un seul instant sur ce que signifie la « mort » ou le « néant ».

Une période où, globalement, tout savoir est envisagé comme un moyen pour la production matérielle et où l’on se garde bien d’apprendre aux individus la connaissance et la maîtrise de soi. Bien au contraire, cultiver les pulsions, les faiblesses et les fragilités des gens est en réalité le but recherché afin qu’ils restent les esclaves dociles qu’ils ne pensent pas être.

L’âge sombre, c’est l’époque de la dualité.

Cet âge s’achève en ce moment avec la fin de notre ère, celle du christianisme, qui correspond également à celle du Poisson. Les ères précédentes de cet âge furent celle de la civilisation gréco-romaine, ère Bélier, et auparavant, l’ère des civilisations égyptienne et hindoue, ère Taureau.

Quant au nouvel âge d’or, il débute avec l’ère du Verseau.

C’est le moment des révélations : WikiLeaks, affaire Snowden, Panama papers, pédophilie et violences sexistes, corruptions, conflits d’intérêts et scandales écologiques à répétition, etc.

Les êtres humains s’éveillent massivement et découvrent, d’une part, comment ils fonctionnent véritablement en tant qu’être (cf. parties précédentes de ce message), d’autre part, à quel point ils sont gouvernés par des individus et intérêts corrompus, viciés, qui les conduisaient tout droit vers la catastrophe (extinction massive, totalitarisme moderne rendu possible via la surveillance généralisée). Ces intérêts néfastes jouent actuellement leur survie et sont prêts à tout pour gagner du temps. Par exemple, en tentant de créer la peur le plus largement possible dans la conscience collective pour ensuite mieux manipuler les gens (leur méthode préférée).

Et, au moment où j’écris ces lignes, attendez-vous à des révélations bien plus grandes encore, tant l’ampleur de ce qui a été occulté dépasse de très loin tout ce que beaucoup peuvent imaginer.

Toutefois, mon propos, ici, n’est nullement d’attiser la peur, la paranoïa ou la haine. Vous aurez compris en lisant ce message depuis le début que cela n’a aucun sens d’entretenir de telles pensées. Il est simplement de vous faire comprendre dans une perspective plus globale l’âge dans lequel l’humanité a vécu durant ces derniers millénaires. Ce qui explique les dysfonctionnements et les injustices que vous croyez être la norme, ainsi que l’occultation des vérités essentielles et des potentialités de l’homme.

Mais C’était le « jeu », souvenez-vous, vous êtes des aventuriers. Vous pensez que vous en êtes à votre première incarnation ?

L’Ombre a joué son rôle à la perfection pour que vous retrouviez avec une joie immense la Lumière éclatante de la Vérité, de l’Amour, de Dieu.

Alors il n’est plus temps d’entretenir de la peur et du ressentiment contre quoi que ce soit et qui que ce soit.

L’avènement du nouvel âge d’or est là. L’arrivée de celui-ci ne peut être empêchée, il est inéluctable, conformément au Plan Divin. A ce sujet, croyez-le ou non, l’humanité reçoit depuis des dizaines d’années, et a fortiori maintenant, une assistance considérable de la part de certains plans qui aident à « l’accouchement », en toute discrétion jusqu’ici. D’une certaine manière, ce message en fait partie. Je n’en dirai pas plus, vous verrez tout cela par vous-même très bientôt, si ce n’est pas déjà le cas. Même dans certains médias « mainstream » (pourtant sous contrôle étroit jusqu’à présent), les témoignages se multiplient…

Inexorablement, l’humanité s’éveille et redécouvre la connaissance et l’amour véritables, Dieu, et les potentialités infinies de l’être humain. Un être exceptionnel et majestueux, immensément plus beau, aimant et puissant que tout ce qu’a cru l’humanité pendant cet âge sombre.

C’est une révolution sans précédent dans l’histoire des derniers millénaires. Ce n’est pas seulement le passage d’un âge à un autre, c’est la fin d’un cycle complet ! De l’âge sombre à l’âge d’or, le contraste le plus saisissant qui existe. Les manières de penser et d’agir de chacun ainsi que la société dans laquelle nous vivrons seront radicalement différentes de ce que nous avons connu jusqu’alors.

C’est au-delà même d’un changement de « civilisation », c’est un changement de « réalité ». Le passage d’une réalité linéaire à une réalité « quantique » où vous pourrez manifester, créer ce que vous souhaitez de manière beaucoup plus libre. L’ancienne réalité vous apparaîtra tellement contrainte par rapport à la liberté, la créativité, l’amour et l’harmonie de la nouvelle réalité qui arrive. C’est le retour de l’homme vers le divin, que j’aborde dans les parties précédentes.

Et je ne parle pas ici de décennies ou de siècles. Ce passage s’opère en ce moment même (début 2020) de manière exponentielle désormais. D’où les multiples ajustements, mutations et révélations dans votre vie personnelle et dans le monde, qui vont maintenant crescendo. Si vous pouviez voir l’intensité de certaines énergies divines auxquelles votre corps, votre esprit, et plus généralement la planète, sont exposés en ce moment, vous comprendriez aisément les périodes de confusion et de fatigue extrême que nous pouvons tous traverser en ce moment. Le passage d’un plan de réalité à un autre ne s’opérant pas sans une profonde transformation du psychisme, du corps, et plus généralement de toute cette réalité, car tous ces éléments sont liés (souvenez- vous, il n’y a pas véritablement « d’extérieur »).

Une évolution notable est celle du raccourcissement du délai entre vos pensées et leur manifestation dans votre réalité. Autrement dit, l’illusion du temps est en train de disparaître. Il s’agit d’ailleurs d’un moyen très efficace pour éveiller chaque être humain à son véritable pouvoir créateur. En effet, lorsque vous obtenez immédiatement les résultats de vos actes et pensées, vous ne pouvez plus ignorer que vous en êtes le créateur. Les plans supérieurs savent se montrer astucieux dans le processus d’élévation et d’éveil du monde !

Cette évolution, et plus globalement toutes les transformations qui s’opèrent en ce moment, peuvent toutefois donner des vertiges au sens littéral du terme. Et ceux qui ne comprennent pas ce qui se passe peuvent se laisser gagner par la panique et l’angoisse devant l’ampleur des changements dans leur vie personnelle et dans le monde. Ce dernier peut en effet donner l’impression d’être plus chaotique qu’il ne l’a jamais été. Et d’une certaine manière c’est bien le cas, le nouveau monde ne pouvant voir le jour que si l’ancien disparaît. Il ne s’agit donc « que » d’une transition.

Le jeu en vaut la chandelle ! Il est essentiel de retenir cela. Restez simplement bien centré sur vous-même et diminuez les tourbillons incessants de vos pensées (cf. parties précédentes). Pour vous aider, pratiquez une séance de méditation par jour si vous le pouvez. Cela vous aidera à gagner en clarté et en stabilité émotionnelle pour mieux transmuter vos ombres en Lumière et réaliser vos divines aspirations.

Et n’ayez crainte, souvenez-vous qu’au fond tout va bien, comme nous l’avons vu dans la partie « Vivre sa divinité ». Amusez-vous dès maintenant avec la loi de l’attraction et tout ce que vous avez découvert pour vivre une vie remplie de joie, d’amour et d’harmonie, au-delà de tout ce dont vous pouviez rêver jusqu’alors, car vous êtes divin.

Sachez aussi que vous n’êtes pas seul, jamais. Alors vous pouvez demander de l’aide aux plans supérieurs dès que vous en ressentez le besoin. C’est justement l’objet de la partie suivante.

Recevoir de l’aide des plans supérieurs

« En vérité, en vérité, je vous le dis, ce que vous demanderez au Père, il vous le donnera en mon nom. Jusqu’à présent vous n’avez rien demandé en mon nom. Demandez, et vous recevrez, afin que votre joie soit parfaite. »

Évangile selon saint Jean, chapitre 16, versets 23 et 24. Ça paraît trop beau pour être vrai n’est-ce pas ?

A tel point qu’il semble même absurde pour beaucoup de gens, y compris des croyants, de formuler une telle demande.

Et puis qu’est-ce que le Ciel pourrait bien faire d’un pauvre « pécheur » comme vous après tout ? Vous pensez en être digne peut-être !?

Et voilà comment la méconnaissance de la nature du réel, de soi et de Dieu, combinée à une profonde mésestime de soi, peuvent vous empêcher d’accéder à une aide bienveillante, considérable, et disponible à chaque instant !

Souvenez-vous, l’Amour, Dieu, est la seule réalité qui existe véritablement. En vous, « au- delà » de vous, partout !

Il n’y a que la Lumière, quelle que soit la forme qu’Elle prend : sombre ou éclatante.

Alors, quel que soit le chemin que vous avez pu emprunter jusqu’ici, n’hésitez plus : demandez et vous recevrez !

En réalité, les plans supérieurs vous aident déjà en permanence, mais ils sont également tenus de respecter votre libre-arbitre, le plus beau cadeau que Dieu nous ait donné. Pour recevoir une aide encore plus grande ou dans un domaine particulier, vous devez donc en faire la demande. Autrement dit, en tant qu’être disposant du libre-arbitre, vous devez avoir l’intention d’aller de l’avant et d’être aidé dans votre chemin pour recevoir une aide spécifique. C’est le sens de l’adage « Aide-toi et le Ciel t’aidera », souvent mal interprété.

Afin qu’une aide la plus efficace possible vous soit fournie, il est utile que vous ayez à l’esprit ce que nous avons vu dans la partie sur la loi de l’attraction. Votre intention doit être claire, sans motif caché, et en plus, dans le cas d’une telle demande, correspondre aux aspirations de votre âme (pour cela, écoutez votre Cœur) car les plans supérieurs ne vous aideront pas à réaliser ce qui est en désaccord avec votre âme (contrairement à vous, en tant qu’être créateur, qui peut attirer malencontreusement à lui des événements indésirables, du fait de son mental et de ses peurs, sa haine ou sa tristesse).

En effet, si vous faites une demande d’aide à Dieu (ou à un archange par exemple) alors qu’au fond de vous-même vous n’avez pas vraiment envie de la recevoir, ne serait-ce que parce que recevoir une réponse (quelle que soit sa forme) bouleverserait trop vos croyances actuelles, alors il n’est pas certain que vous la recevrez. Vous comprenez ?

Bien sûr, il y a également certaines expériences que votre âme a souhaité vivre dans cette vie. Dans ce cas, les plans supérieurs n’empêcheront pas la réalisation de ce que vous êtes venu vivre, le plus facile comme le plus difficile. Ils pourront toutefois vous fournir une perspective nouvelle vous montrant en quoi même les expériences difficiles vous ont rendu plus fort ainsi qu’un soutien puissant et fort appréciable dans ces moment-là, comme vous donner de l’énergie ou vous guider vers une personne qui vous aidera.

Sachez aussi que les plans supérieurs chercheront toujours à favoriser votre autonomie. Alors, si c’est une question que vous posez, évitez qu’elle soit trop fermée, du style : « dois-je faire ceci ou cela ? » Mais posez plutôt la question de ce que vous apporterait tel ou tel choix.

Soyez ensuite attentif et réceptif à tout ce qui peut arriver dans votre réalité : idées, sensation, énergie, rencontre, événement, livre, message quel que soit sa forme, même les paroles d’une chanson !

Si c’est une question que vous avez posée, généralement, plus le message se répète dans votre réalité, plus c’est un signe. Pourquoi est-ce si subtil ?

Parce que les êtres plus évolués opèrent essentiellement depuis une dimension supérieure à la vôtre (si ce sont de tels « intermédiaires » qui agissent), qu’ils n’ont pas envie de faire tout le travail à votre place (votre âme ne le veut pas non plus d’ailleurs) et qu’ils préfèrent éviter de se matérialiser devant vous en disant « Coucou ! Je suis là ! Et devine quoi, je ne t’ai pas quitté d’une semelle depuis que tu es né. Oui, j’ai TOUT vu ! » et vous regarder faire une syncope immédiatement. Mais ça arrive pour certaines personnes !

Cela dit, plus la transition vers la nouvelle réalité progressera, plus vous obtiendrez une « guidance » claire. Et les transformations se déroulent à un rythme exponentiel maintenant.

Certaines personnes sont bien entendu en avance sur vous. Dans le cas de la communication avec les plans supérieurs, il s’agit des médiums notamment (cf. partie sur les pouvoirs parapsychiques), dit aussi « canal » ou « channel » pour « channeling » en anglais, qui est sans doute le terme le plus employé maintenant.

Attention toutefois aux charlatans. Ceux qui prétendent régler tous vos problèmes d’un coup de baguette magique sont à fuir. Personne ne peut changer votre mode de fonctionnement à votre place, personne ne peut être heureux pour vous. Même les plus grands maîtres ne peuvent que vous assister, quand bien même cette assistance serait considérable, et elle l’est déjà en vérité.

Si vous souhaitez vous assurer des talents véritables d’un channel, vous pouvez lui poser une question sur vous dont vous êtes le seul à connaître la réponse (et qui n’est pas sur votre profil Facebook non plus de préférence). Ne posez pas de question personnelle sur les autres car les plans supérieurs ne violent pas l’intimité des tiers.

Soyez vigilant, écoutez toujours votre Cœur et votre intuition pour déterminer avec quelle personne vous souhaitez travailler, qu’il s’agisse d’un channel ou d’un autre type de praticien comme les chamanes par exemples.

Vous pouvez aussi commencer à pratiquer le channeling vous-même. Il existe de bons ouvrages sur le sujet, comme S’ouvrir au channeling de Sanaya Roman et Duane Packer.

Progressivement, vous allez développer une connexion plus directe avec votre âme divine, avec Dieu, et avec une myriade d’êtres divins très évolués qui veillent déjà sur vous en permanence.

C’est d’autant plus essentiel de se connecter à son âme, et plus généralement aux plans supérieurs, que cela vous permet de connaître ce que vous êtes venu réaliser dans cette vie.

Autrement dit, vous saurez ce que vous êtes venu expérimenter et ce que vous êtes venu apporter au monde, aussi modeste que cela puisse être. Vous aurez ainsi connaissance de vos divines aspirations de plus en plus clairement.

Vos divines aspirations

Pourquoi certaines âmes choisissent-elles parfois des événements difficiles à vivre ?

En effet, de votre point de vue actuel d’être incarné dans la matière, certaines expériences peuvent vous sembler absurdes, voire même cruelles. Toutefois, n’oubliez pas, comme nous l’avons vu plus haut, que ce monde de dualité n’est qu’une apparence par rapport à une réalité absolue au-delà de la forme. Aussi, votre âme jouissant d’une perspective plus élevée, elle relativise fortement ce que vous pourriez juger, momentanément, comme insurmontable ou cruel.

Pour vous aider à comprendre cela, je vous invite à considérer ce que nombre de personnes regardent comme « divertissements » à la télévision ou au cinéma, ou même les romans qu’elles lisent. Les histoires lues et regardées sont-elles toujours un long fleuve tranquille ?

Non, on peut même dire que dans bien des cas les gens aiment lire et regarder des histoires avec des « rebondissements », voire des moments très difficiles vécus par les personnages de l’histoire. Il en est de même pour nombre d’âmes. Une fois que vous retrouverez une perspective plus élevée, tout cela vous aura paru comme un rêve ou comme une histoire d’une certaine façon.

Les expériences difficiles vous donnent également l’occasion de dépasser certaines choses pour mieux retrouver la Lumière véritable. Elles vous permettent d’acquérir une sagesse de plus en plus grande au fil de vos différentes vies.

Ainsi, plus vous évoluerez, plus vos divines aspirations se porteront sur des buts élevés, au-delà des « drames » et « histoires » du quotidien que vous aurez suffisamment expérimentés comme ça pour en être « lassé » et avoir appris de vos expériences. C’est pourquoi, les plus grands maîtres comme Jésus ou Bouddha se consacraient entièrement à leur propre évolution spirituelle et à celle des autres, via l’enseignement et la guérison notamment.

Pouvez-vous imaginer Jésus ou Bouddha regardant un « divertissement » à la télévision ? A fortiori un « divertissement » où l’on parle en permanence de meurtres ou d’intrigues relatives à cela ?
Ils sont tout simplement passés à autre chose depuis bien longtemps. C’est ce qui distingue les « veilles âmes » ou « âmes anciennes » des « âmes jeunes », et cela ne dépend aucunement de votre âge actuel comme être incarné.

Cela ne signifie pas qu’il est « mal » dans l’absolu de regarder des films qui parlent de meurtres ou qu’une âme souhaitant vivre des événements relatifs à cela en tant qu’être incarné est « mauvaise ». C’est juste qu’à partir d’un certain nombre d’expériences et d’apprentissages, vous passez à autre chose. Mais il arrive aussi que des êtres « se perdent » plus ou moins longtemps avant de retrouver le chemin vers une Lumière plus pure.

A ce sujet, il est très probable que vous ayez déjà atteint un stade d’évolution élevé en tant qu’être, et qu’ainsi votre âme s’intéresse à des sujets « supérieurs » depuis longtemps, mais que vous ayez choisi de venir « ici-bas », sur Terre, à ce moment crucial pour aider l’humanité à retrouver le chemin de la Lumière pure, à votre façon. Comme bien d’autres avant vous.

C’est pourquoi en ce moment, beaucoup d’êtres « humains » retrouvent subitement le sens de ce qu’ils sont venus faire sur Gaïa, et diffusent ensuite des vérités, conseils et guérisons à qui veut bien les recevoir (comme votre serviteur, présentement).

Le fait que vous lisiez toujours ce message à ce stade n’est pas un hasard. Des âmes beaucoup plus « jeunes » n’auraient tout simplement pas été attirées par un tel message (quand bien même cela vous arriverait de regarder des « divertissements » à la télévision. C’est le risque inhérent à « l’ici-bas », même pour un être évolué qui a choisi le Service). Ainsi, bienvenue aux « travailleurs de Lumière », dits aussi « porteurs de Lumière », qui nous rejoignent.

Malgré les difficultés que vous pouvez rencontrer dans cette période de transition vers le nouvel âge d’or, c’est bien la partie la plus facile et la plus merveilleuse du chemin qui vous attend. Aussi, les expériences difficiles dont nous venons de parler sont en principe largement derrière vous. Si ce n’était pas le cas, vous ne seriez pas ici à lire ce message en ce moment. Alors ne vous inquiétez pas à propos des expériences que vous allez maintenant vivre, au contraire ! Je tenais simplement à expliciter les raisons pour lesquelles des âmes peuvent souhaiter vivre certaines expériences difficiles.

Il s’agit maintenant pour vous de trouver vos divines aspirations pour les vivre pleinement dans la nouvelle période qui s’ouvre.

Nous avons vu que la connexion avec les plans supérieurs vous permet notamment d’obtenir des informations sur vos divines aspirations. Cette connaissance peut s’acquérir via une demande de votre part aux plans supérieurs, ou via un channel (cf. partie précédente).

Vous pouvez aussi d’ores et déjà commencer à écouter votre Cœur, qui est en soi la porte d’accès à votre âme. Détendez-vous, prenez quelques respirations calmes et profondes et posez-vous notamment les questions suivantes : qu’est-ce que j’aimerais vraiment faire et être si je n’avais plus aucune limitation ? Qu’est-ce qui me ferait vraiment plaisir ? Qu’est-ce que j’ai toujours rêvé d’être ? Suis-je appelé depuis toujours dans une certaine voie ?

Vous pouvez d’ailleurs vous poser la question de ce qui vous ferait vraiment plaisir pour des actes de votre vie quotidienne et pas seulement pour Le but de votre vie.

Conclusion

Voilà, nous arrivons au terme de ce message. J’espère que vous aurez apprécié les enseignements qu’il délivre. Comme vous l’avez constaté, il est assez dense. Alors n’hésitez pas à revenir par la suite sur certaines parties qui vous paraissent difficiles à comprendre sur le moment.

A chaque fois, j’ai privilégié une approche rationnelle de ce qui est exposé : par la démonstration logique ou en vous invitant à observer et expérimenter vous-même certaines vérités.

En effet, j’ai estimé qu’à une époque où le mental est tout puissant il était nécessaire de poser logiquement les choses afin que l’intellect puisse comprendre par lui-même de manière plus profonde la nature du réel, de soi, de Dieu. Par la même occasion, l’intellect comprend également ses limites intrinsèques.

Comme nous l’avons vu, la nature ultime de la réalité, du Divin, restera à jamais un mystère pour le mental qui ne peut saisir ce qui se trouve au-delà de toute définition intellectuelle. Cette réalité absolue ne peut être que vécue, ressentie, et c’est pourtant dans cette expérience pure que se trouve la Connaissance véritable, infinie et donc indéfinissable.

Nous vivons une période extraordinaire, celle de la fin de l’âge sombre et de l’avènement du nouvel âge d’or. Et c’est bien pour ça que vous êtes venu sur Terre dans la période actuelle !

Pouvez-vous imaginer que tout cela soit le fruit du « hasard » ? Pouvez-vous encore imaginer que vous venez du « néant » et que vous y « retournerez » après avoir vécu votre vie comme un « accident cosmique » ?

Pour ceux qui resteraient dubitatifs, je vous invite à prendre le temps de la réflexion et à mettre en balance ce qui est exposé ici avec vos propres croyances. La Vérité serait-elle trop belle ? Trop cohérente ?

En cette fin d’âge sombre et de début du nouvel âge d’or, il est vrai qu’il n’est pas encore évident pour beaucoup de se faire une opinion éclairée par leurs propres réflexions, libre de toute croyance imposée de « l’extérieur » et de la peur d’être jugé.

Pourtant, comme nous l’avons vu, chacun est maître dans « sa réalité » et nul ne peut connaître les vérités essentielles de l’Univers pour vous. Alors il est fondamental que chacun reprenne son destin en main s’il désire éviter bien des souffrances inutiles. Suivre des règles imposées par d’autres au détriment de votre Cœur ne pourra que vous détourner un peu plus de votre véritable chemin.

Malgré une période de transition qui donne déjà lieu à de grandes turbulences en vous et dans le monde, c’est bien la meilleure partie du sentier qui est devant vous désormais ! Alors n’attendez plus, lâchez vos anciennes croyances inutiles et vivez enfin pleinement en adéquation avec l’appel de votre Cœur, celui de votre âme divine.

Ne vous laissez pas impressionner par les derniers soubresauts d’une ombre finissante qui cherche par tous les moyens à gagner du temps (Coronavirus et compagnie).

Que risquez-vous après tout ? De « retourner » dans le « néant » avec quelques années d’avance !?

Méditez régulièrement pour apaiser votre mental et acquérir la maîtrise de votre esprit.

C’est d’autant plus essentiel en cette période de révélations et de transformations. Car le passage vers le nouvel âge d’or est une transition vers un monde « quantique » où vous manifesterez beaucoup plus rapidement ce à quoi vous pensez. Et le processus a déjà commencé.

Pour celles et ceux qui souhaiteraient obtenir plus d’informations sur la nature du réel, sur soi, et sur Dieu, je vous invite à lire l’excellent ouvrage Conversations avec Dieu (4 tomes) de Neale Donald Walsch, qui a été vendu à plusieurs millions d’exemplaires dans le monde. Et pour plus de détails sur la loi de l’attraction, vous pouvez lire La loi de l’attraction d’Esther et Jerry Hicks.

N’oubliez pas, vous n’êtes jamais seul. Demandez à Dieu et aux plans supérieurs toute l’aide dont vous avez besoin, même si vous avez l’impression de fabuler au début. L’assistance que nous recevons tous en cette période de transition est considérable, et vous n’avez encore rien vu ! Attendez-vous à bien plus de révélations.

Reprenez votre pouvoir créateur, amusez-vous à créer et à vivre ce qui plaît à votre Cœur, à réaliser vos divines aspirations. C’est ce qui plaît à Dieu, et Il se tient prêt à vous aider encore davantage dans cette voie si vous en faites la demande.

Je vous souhaite mes meilleurs vœux de réussite, de joie et d’amour dans cette période extraordinaire qui s’ouvre !

Poème Ville de Lumière
Paris, novembre 2020

par : M. Lucien Dornier

www.villedelumiere.com

Abonnez-vous à l'infolettre du DOJO

Pour plus d'information, contactez-moi !

Shihan Jean-Rock Fortin, M.A.
Québec, QC, Canada
Courriel : [email protected]
Téléphone : (418) 650-5494

+1
Shihan Jean-Rock Fortin, M.A.

A propos Shihan Jean-Rock Fortin, M.A.

Globetrotteur par affaires et pour le plaisir, et Orientaliste, je suis instructeur d'arts martiaux (maitre-enseignant de Ki-Aïkido [Shihan] & Art Martial Cognitif [AMC]), Fondateur du Dojo de lumière Ki-Aïkido-Kaï Québec (2010), "Séancier" de Kiatsu, Radiesthésiste, Coutelier d'art à mes heures (spécialisé dans la fabrication de Katanas modernes), Conférencier et Auteur du livre "Ki - Le Chemin de l'Éveil" (2018). Je suis également Coach de vie et Consultant en développement des organisations.

Un Commentaire

  1. Excellent texte pour comprendre et s’élever spirituellement.

    +2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *